Magazine Cinéma

Invasion

Par Rob Gordon
Pas assez nul pour être rigolo, simplement sans intérêt : c'est le triste constat qu'il convient d'établir à la vue d'Invasion, quatrième adaptation du roman de Jack Finney, et espérons la dernière. Il faut dire que la qualité de ces films n'a cessé de décroître, du classique de Don Siegel jusqu'à ce bidule improbable signé Olivier Hirschbiegel. "Signé" car le réalisateur allemand a été gentiment débarqué de la salle de montage par le producteur Joel Silver, consterné par l'absence de rythme et de tension des premières images. C'est donc James McTeigue (V pour vendetta) qui s'est octroyé le final cut ; malheureusement, le montage ne fait pas tout. Si la version qui nous est présentée est meilleure que celle de Hirschbiegel, alors il faut absolument se procurer le premier montage, qui doit être sacrément gratiné.
À chaque film sa métaphore : là où le Body snatchers d'Abel Ferrara voyait la contamination comme une variation sur le mode du vampirisme et de la toxicomanie, Invasion fleure bon le consensus mou. Pas besoin de vous faire un dessin : Hirschbiegel interprète clairement les jets de substance visqueuse émis par les contaminés de façon sexuelle. D'où un farouche message anti-sexe (protégé ou non) et une morale béate qui ne ravira que les plus coincés d'entre nous. À fuir.
De la part du réalisateur de L'expérience, thriller tendu et oppressant, on attendait au moins une atmosphère flippante et paranoïaque, avec force sursauts et rebondissements sanguinolents. Même pas : les scènes les plus intéressantes sont systématiquement expédiées en trois plans maximum. Annihilant toute possibilité de suspense, le film n'a plus qu'à nous asséner une nouvelle fois sa morale des plus dispensables. Et le four est complet, puisque les acteurs sont extrêmement mauvais ; à leur tête, Nicole Kidman (qui ressemble de plus en plus à Arielle Dombasle) multiplie les mimiques éhontées comme dans un spectacle de Guignol. Bref, c'est un spectacle dont on peut allègrement se passer.
3/10

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rob Gordon 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines