Magazine Beaux Arts

Le jardin aux sentiers

Publié le 12 octobre 2009 par Elisabeth1

Après la Notte, c’est encore Lorenzo Benedetti, qui  est aux commandes pour la seconde fois à la « Kunsthalle » Fonderie.

kunsthalle.1255381041.JPG

Le jardin aux sentiers qui bifurquent, la nouvelle de Jorge Luis Borges, le mène à interroger les possibles d’une oeuvre et le rapport au temps dans un processus de création puis d’exposition.
Il choisit de présenter des artistes qui puisent des formes et des matières dans l’objet existant, le paysage contemporain et qui, par leurs regards et leurs interventions, les mènent à l’état d’oeuvres.

chambaud-la-danse.1255380733.jpeg

Par ailleurs, Lorenzo Benedetti questionne le principe de l’exposition en se penchant sur la combinaison oeuvre-espace, sur la tension qui émane de certains rapprochements et qui induit une métamorphose sans cesse renouvelée des lieux investis.

Sept artistes sont invités à participer à cette exposition. Issus de la jeune scène internationale, ils représentent une nouvelle génération de plasticiens qui, à travers leurs oeuvres, soulèvent des questions formelles dans un contexte à la fois physique, social ou historique.

La relation entre l’espace et la forme est fondée sur une dialectique systématique dans laquelle les éléments ont pour fondement la transformation. L’exposition tente de définir les éléments du changement qui naissent par tension entre les espaces et les formes qui y sont contenues. Dans l’exposition « Le jardin aux sentiers qui bifurquent », le sujet est lié à l’espace en tant que forme et à sa dynamique de métamorphose.
La multiplicité des combinaisons et transformations questionne perpétuellement l’espace d’exposition, tentant de le définir, tout en visant à dépasser ses limites, de définir son abstraction ou de redécouvrir les formes toutes faites qui s’accordent avec les conditions sociales ou historiques.

chambaud-atlas.1255381748.jpg

C’est ainsi que l’on peut voyager et annuler les distances avec les cartes des années 40, aplaties, mais trouées, « Atlas »  du mulhousien Etienne Chambaud, pour remplir éventuellement la marqueterie  de son roman les « pages blanches », absence et potentiel devant une œuvre littéraire dans la lumière d’une fenêtre où intervient par moment la rature, il nous fait rêver devant le collage de la « danse » (Irma Duncan à Grünewald, Anonyme, vers 1910).

Raphaël Zarka avec ses sculptures, les 2 cônes en aluminium, et 3 sculptures en bois.  Nous explique qu’on peut les travailler aujourd’hui comme on travaille la photographie documentaire. C’est la relation qu’il tient à avoir avec la sculpture abstraite.
Il s’est ingénié à la  reconstruction d’objets qui ont existé, décrits par un scientifique anglais Abraham Sharp au 18 e siècle,  qui avait découvert une méthode pour découper des polyèdres. Ce dernier a écrit un livre, La géométrie Improv’d, publié en 1718, riche en polyèdres, en particulier ceux avec des visages tétragonaux.  Le livre montre comment couper ces nouveaux solides à partir de cubes de bois .

zarka-bille-sharp.1255381340.jpg

Il s’est inspiré de 2 planches de gravure que Sharp n’a jamais réalisées, et il a ainsi réalisé ses polyèdres, semi-réguliers, Généalogie formelle, viennent d’un autre rayon du musée d’histoire de la science et qui le fascinent.


Pour Benoît Maire, c’est une tête de méduse en bronze qui regarde une autre tête de méduse une peinture, qui posent la question de la dialectique entre 2 méduses, elles sont là pour pétrifier ceux qui la regarde. (Méduse dont la tête, pourtant, changeait en pierre ceux qui la regardaient).Benoît Maire pose la question de savoir ce qui se passerait  si les 2 se regardaient mais aussi est évoqué,  la position de la sculpture par rapport à la peinture. (la solution de Volterra ?)

maire-meduse2.1255382196.jpg

Protélèmene –images  pliées, sont des  Sérigraphie sur 3 plaques de zingue qui se regardent et se replient sur elles-mêmes, une origine de la représentation idéale.
C’est une exposition austère, conceptuelle qui demande de la réflexion. A cet usage sont organisées tous les 1er jeudi du mois, des visites guidées.

Jusqu’au15.11 2009

photos courtoisie Kunsthalle sauf la photo 1 de l’auteur


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elisabeth1 1317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte