Magazine Cinéma

"L'Oeuf du serpent": polar parano-politique

Par Vierasouto

Ingmar Bergman, 1977, sortie DVD 7 octobre 2009


13 - 10
2009
Version imprimable -Commenter l'article


  Ce film est atypique dans l'oeuvre de Bergman et tout d'abord parce qu'il bénéficie de moyens financiers beaucoup plus importants que ceux auquels le réalisateur était habitué chez lui. Car Bergman vient de fuir la Suède pour des raisons fiscales et, après un stop à Paris qu'il ne trouve pas assez sombre, il s'établit à Munich. Un producteur allemand et Dino de Laurentis vont alors financer le film dont il rêvait... Le film est tourné en anglais avec un casting mixte (David Carradine, Liv Ullmann) dans les mêmes décors que "Berlin Alexanderplatz" de Fassbinder. L'objectif de Bergman était de recréer le Berlin des années 20 et de tourner un film expressionniste façon Fritz Lang, certaines scènes dans la rue pavée la nuit sont sublimes, tout le film semble d'ailleurs se passer la nuit, la rue, les chambres sombres, les sous-sol : cabarets ou archives de l'hôpital. Sur cette production de luxe dont la logistique le gêne, d'après Liv Ullmann dans les bonus du DVD, malgré que son attention soit dispersée sur les décors, Bergman se focalise sur un sujet plus intimiste : l'histoire de la destruction d'un couple sur fond de la détérioration de l'Allemagne à la veille du pusch raté d'Hitler dans une atmosphère antisémite, irrespirable. 
Abel Rosenberg, trapéziste américain venu de Philadelphie avec un cirque pour faire un numéro avec son frère et sa belle-soeur à tous les défauts pour s'intégrer à Berlin en 1923 : étranger, juif et chômeur dans un pays ravagé par le chômage, la misère et l'inflation. Le récit se passe pendant une dizaine de jours de novembre 1923 : Abel rentre dans son hôtel où se tient un joyeux banquet au rez-de-chaussée, il ouvre la porte de sa chambre avec un plateau repas pour trouver son frère suicidé sur son lit  d'une balle dans la bouche (tandis qu'on entend les chants monter à l'étage...)  Affolé, il cherche à joindre sa belle-soeur Manuela dont son frère était séparé. Le commissaire de police Bauer finit par le relâcher après un tour à la morgue où il lui laisse entendre  qu'on pourrait bien le soupçonner d'une dizaine de crimes impunis commis dans son quartier dont une jeune femme qu'il a croisée ou le portier du cabaret où travaille Manuela. On découvre alors Liv Ullmann en danseuse à perruque bouclée vert pâle et robe en plume orange, maquillée comme un travesti. La jeune femme essaie de s'occuper d'Abel, mais, bien qu'ils soient attirés l'un vers l'autre, le fantôme du frère suicidé les sépare, ils se sentent harcelés, Abel ne peut dormir que complètement ivre.
-----

photo Carlotta
La suspicion de tout s'installe, après les crimes dont la police accusait Abel à mots couverts, c'est lui qui soupçonne Manuela de mener une double vie car elle travaille aussi le matin. Chassés de la pension de famille parce qu''Abel est juif, le couple trouve refuge dans un logement intégré à l'hôpital Saint-Anne grâce à l'entremise d'un type inquiétant, une vieille connaissance. Entre temps, des casseurs on mis le feu au cabaret et tabassé le patron qui est juif. Abel est affecté aux archives de l'hôpital dans les sous-sols, on a alors basculé de la parano au délire de persécution. Abel finit par devenir ce qu'on attendait de lui, un homme qui ne contrôle plus rien. Dans les sous-sols, Abel sera confronté à un médecin de l'hôpital Saint Anne qui filme des expériences sadiques sur la limite de tolérance des êtres humains qui préfigurent celles des camps, bien qu'ils n'aient été soumis à aucune expérimentation précise, le couple Abel et Manuela a finalement supporté le même genre de stimuli en étant enfermé dans le logement de l'hôpital cerné de fantômes.

photo Carlotta

Film très noir, dur, pessimiste, où les êtres humains sont soumis à une sombre destinée à laquelle ils n'essayent pas d'échapper, subissant, souffrant, tournant en rond comme des souris en cage ou fuyant vers nulle part, marchant telle cette foule hagarde (filmée au début du film et reprise à la fin) vers un destin encore plus sombre d'où vont éclore les générations futures, hantées par les traumatismes des générations précédentes, conditionnées pour le futur régime nazi. L'intrigue tenant d'un film d'espionnage n'intéresse pas Bergman, prétexte à tricoter une ambiance anxiogène Kafkaïenne (asphyxie de l'Allemagne et d'un couple en particulier) sur fond d'un drame historique et d'analyse de la logique politique.
photo Carlotta
DVD collector Carlotta. Bonus du DVD avec "Loin de Suède" qui comporte des interviews de  Bergman, Liv Ullmann et David Carradine. Livret de 36 pages.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines