Magazine Bd

BD, les naufrages d’Ythaq, tome 4,5,6 et 7

Par Corwin @LR_Corwin

Globalement, je ne vais pas avoir grand chose à ajouter à mon précédent billet qui présentait la série “les naufragés d’Ythaq“. Considérez ceci : si le début de la série vous a plu, vous ne serez pas déçu de la suite… Quoique… Bon allez, tout d’abord, ne boudons pas notre plaisir : on retrouve bien la “brasier” Granite, la sulfureuse Callista et le toujours un peu naïf Narvath (mais pas que, parce que bon, y a deux trois bricoles qui vont bien lui pourrir la vie)… plus quelques faire-valoir du genre Dhokas, Krurgor, Khengis, etc…

la-marque-des-ythes
La qualité des dessins et de la coloristion sont toujours impeccable et participent énormément au succès de la série. Quant aux personnages… C’est tout bonnement génial. Tant que l’on reste dans l’étude elle-même des persos. Et par dessus tout, Callista. Je ne sais pas (et comment le savoir) si Arleston a spécialement soigné cette demoiselle en s’appuyant sur l’expérience accumulée avec la Cixi de Lanfeust, mais c’est un fait indéniable : elle a tout pour elle ! Un caractère invivable, une beauté magnétique, des caprices de stars, l’habitude du confort et du luxe, l’attirance des femmes, etc etc etc. Elle en arrive même à occulter Granite, pourtant destinée à porter la série.

De là à imaginer un “spin-off” axé sur ce personnage…. m’étonnerais que chez Soleil quelqu’un n’y ai pas déjà pensé !

Donc, sur ce second cycle, du t4 u t7, là où ça coince (ah ben oui, tout n’est pas parfait), il faut tout de même avouer que c’est dans le scénar.
Arleston nous ressort la ficelle (ou la corde) qu’il a utilisé pour lancer “lanfeust des étoiles” depuis “lanfeust de troy”. A savoir : on prend un violent recul et au lieu d’étudier un microcosme, on se rend compte que tout ce qui se passe sur Ythaq est orchestré depuis des lustres par une race inconnue. Ythaq ne serait qu’un terrain de jeu, qu’une zone expérimentale. Pour qui pour quoi, je préfère vous laisser le découvrir par vous-même.

Je dois avouer que réussir ce “recul” et continuer dans la progression de son histoire, Arleston a eu recours à de belle trouvaille (les quatre éléments, le téléporteur par le noyau, l’île avec de nombreux voyageurs dotés de pouvoirs, etc etc) qui donnent lieu à de jolies planches. Mais le retournement ou la découverte des vraies personnalités de certains acteurs de premier plan… et bien, comment dire… j’ai trouvé ça un peu gros. Voilà. J’ai même failli rouvrir le premier tome pour voir s’il n’y avait pas moyen de relever des incohérences.

Mais je ne l’ai pas fait ! Pourquoi ?
Parce que justement, j’ai pris beaucoup de plaisir à dévorer ces quatre tomes. Parce que je ne voulais pas gâcher ce moment. Je sais que beaucoup reproche à Arleston de se laisser aller à la facilité. Les pirouettes qu’il use dans la fin du cycle “lanfeust des étoiles” n’ont pas forcément été bien accueilli. Et après ?
Les Naufragés d’Ythaq est une excellente série, très belle, bien colorée, avec un monde attachant et des persos sympathiques. Que demande le peuple ?

que ça continue, bien sûr……………

;)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Corwin 69 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines