Magazine Culture

2009 - Eilen Jewell - Sea Of Tears - Review - Chonique d'une artiste dark et sexy

Publié le 13 octobre 2009 par Saab190780
2009 - Eilen Jewell - Sea Of Tears - Review - Chonique d'une artiste dark et sexy
Même ayant parlé de son second album Letters From Sinners & Strangers (2007) au début de cette année, je ne pouvais pas m'empêcher de revenir sur une des chanteuses que j'affectionne énormément : Eilen Jewell, qui est de retour cette année avec un nouvel album Sea Of Tears dixit un océan de larmes, tout un programme ! Je la trouve extraordinaire, son chant est toujours très cool et moderne, elle n'en fait jamais de trop et si sa voix peut être comparée à celle de la divine Norah, Eilen possède un vrai swing rock'n'roll qui lui est tout particulier. Qu'en est-il de ce nouvel effort ? Plus sombre, plus dramatique comme son titre l'indique, plus intense et mature aussi. Laissant un peu le folk de côté, Eilen remonte à ses première amours : la musique de Buddy Holly ou encore d'Elvis Presley. Le résultat est instantanément plus prenant et électrique. Un bijou noir à l'ambiance très cinématographique de bout en bout. Et Eilen n'a jamais été aussi envoûtante. Rain Roll In introduit en douceur sur une note apaisant l'album mais n'est peut être pas très représentatif de la suite. On entre dans le vif du sujet avec le merveilleux bluesy Sweet Rose qui traîte de la jalousie. L'écriture est remarquable. Une pépite.
Que dire de la reprise du morceau rockabily Shakin’ All Over créé à l'origine par Johnny Kidd and the Pirates ? On croirait cette chanson faite pour Eilen qui se révèle très sexy pour la circonstance. L'une des meilleurs pistes rock de 2009. Un must à écouter absolument. Ce swing est jouissif ! Le tempétueux Sea Of Tears fait également partie des meilleures pistes de l'album. Ce morceau dark assez relevé sonne déjà comme un classique ! Fading Memory est la première ballade de l'album : heartbreaking, je frissonne encore après maintes écoutes. Sur une note plus légère, on retrouve l'excellent Nowhere In No Time qui fait songer au flègme de Norah. I'm Gonna Dress In Black, deuxième reprise de l'album (des Them de Van Morrisson) est un morceau brûlant d'une sensualité vénéneuse. Un des highlights de l'album. Somptueux. One Of Those Days et son ambiance poisseuse façon western spaghetti qui s'éternise est un petit bijou de mélancolie. Plus encore le blues désabusé de Final Hour colle dangereusement à la peau. Une merveille. Troisième et dernière reprise de l'album The Darkest Day de Loretta Lynn offre un petit rayon de soleil sous la forme de ce petit bijou country. On enchaîne sur l'électrique Everywhere I Go qui possède un instrumental très intéressant pour aboutir déjà à la superbe conclusion : le désarmant et touchant Codeine Arms.
Troisième album qui sort un peu des sentiers battus du folk et de l'americana, le son est plus orienté vers le rock vintage des années 50's et 60's. Cet album assez dark ne fait pas l'unanimité parmi les fans anglophones de la demoiselle ne comprenant pas son virement dans une telle telle mélancolie. Pour ma part, c'est mon préféré, j'ai mis plusieurs mois pour l'écouter et le déguster. Je peux voir en Eilen, une Patsy Cline des temps modernes. Rien que cela ! Un must de 2009, il va sans dire.

Note Finale : A++ (+)

Site Officiel
MySpace
Ou Acheter ce bijou ?

CdWow
Eilen Jewell - Sea of Tears


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Saab190780 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines