Magazine Culture

Le Reggae ou “expressions musicales jamaïcaines”

Publié le 20 octobre 2007 par Lumpyana

Le reggae c’est quoi? De la musique de chevelus aux cheveux dread’locks sales et en plus fumeurs de joint. NON!!!

C’est une expression culturelle jamaïcaines issus de la musique traditionnelle. Certes l’image de BOB Marley, de Lee Scratch Perry, Tiken Jah Fakoly, Dub Incorporation et d’autres … Nous montre bien une image qui finis par être carricatural mais n’oublions pas ou plutôt cherchons à comprendre l’origine de la musique d’ou elle viens, ou elle vas et ces changements dans le temp et l’histoire.

On confond reggae (musique), Rasta (rastafari religion), et d’autre confusion tout aussi facile que stupide.

“il n’est pas nécessaire d’avoir des dreads, ou une crete sur la tete pour etre un Rebel” encore moins pour fumer suiver mon regard.

“Le reggae est l’une des expressions musicales jamaïcaines les plus connues et les plus populaires. Il est devenu, à la faveur de son succès international, un style musical incontournable porteur d’une culture qui lui est propre.”"Le reggae est apparu à la fin des années 1960. Il est fruit de nombreuses rencontres et de métissages : évolution du ska et du rocksteady, il trouve ses racines dans les musiques traditionnelles caribéennes comme le mento et le calypso, mais est aussi très influencé par le rythm&blues, le jazz et la soul music (la musique américaine est alors très en vogue en Jamaïque). À ces influences s’ajoute celle de musiques africaines, du mouvement rasta et des chants nyabinghi, qui utilisent les Burrus africains (tambours) apportés par les esclaves en Jamaïque. Ce métissage ne s’arrêtera pas là: aujourd’hui nombre de styles s’inspirent, intègrent ou reprennent le style reggae de par le monde. Le reggae est aujourd’hui une musique universelle, comme le souhaitait celui qui fut son principal ambassadeur, Bob Marley.

Si le terme apparaît vers 1973 dans la presse occidentale, son origine est obscure. Il pourrait venir du mot d’anglais jamaïcain, “streggae“, qui désigne une personne mal ou trop peu habillée, et de là, les prostituées[1]; ce mot aurait été modifié par une radio jamaïcaine de l’époque . D’autres explications existent, comme celle qui en fait la contraction des expressions “regular guy”, “regular people”, en somme une musique faite pour “l’homme de la rue” (citation Bob Marely, interview [réf. nécessaire]). Pour le chanteur Bob Marley, le terme aurait des racines espagnoles et désignerait la « reine des musiques » (« la musica del rey »)[2]. Selon d’autres sources, il serait la contraction et l’altération du terme anglais « raggamuffin » (littéralement « va-nu-pieds ») [3] ou peut-être de rege-rege « querelle ». Autre hypothèse, « reggae » désignerait une tribu de langue bantou originaire du lac Tanganyika[4]. Derrière toutes ces étymologies possibles, se dessinent les particularités d’un genre musical fait d’héritages, de brassages, d’appropriations et de confrontation à la dure et rugueuse réalité. Enfin, dernière explication, la plus simple et sûrement la plus séduisante, le terme « reggae » découlerait de la spécificité de son rythme - «a ragged rythm» un «rythme déguenillé» ou «irrégulier» - comme le soutient le guitariste de studio Hux Brown [5].

Tout aussi problématique est la question de la paternité du reggae en tant que genre musical proprement dit ; paternité qui, contrairement au rocksteady, est très controversée : certains attribuent le premier disque de reggae aux Maytals avec Do the Reggay en août 1968. Cependant, si Toots est certes le premier à utiliser le mot “reggae” dans une chanson, d’autres morceaux au tempo un peu plus rapide que le rocksteady ont déjà préfiguré le style au cours de l’année 1968. Ainsi Pop-a-Top de Lynford Anderson annonçait déjà, début 1968, un nouveau style de rythme, bien plus rapide. D’autres compositions se disputent le titre de premier reggae, dont le Bang A Rang de Stranger Cole et Lester Sterling (pour Bunny Lee), le Nanny Goat de Larry Marshall et Alvin (sous la direction de Jackie Mittoo, pour Studio One), la première version méconnue du Soul Rebel de Bob Marley, et le No more heartache des Beltones.

Cette première phase d’évolution du reggae, que l’on qualifie de période du “early reggae“, est caractérisée par un tempo plus rapide, et l’accélération du jeu à contretemps déjà présent avec le ska et le rocksteady. Puis le tempo ralentira, la basse se fera plus lourde encore, mais le reggae gardera cette base rythmique basse/batterie prédominante et ce mouvement chaloupé qui lui est propre.

Lee « Scratch » Perry est également à l’origine d’un des premiers succès reggae de 1968, Long Shot (interprété par les Pioneers, avec les jeunes frères Aston « Family Man » et Carlton Barrett à la basse/batterie), où il utilise une rythmique particulièrement rapide. Scratch travaille alors pour Joe Gibbs et le quittera pour ne pas avoir été crédité pour son travail sur ce morceau [réf. nécessaire]. - Il reprendra ce morceau à son compte en se lançant dans la production, avec son propre label “upsetter” (énerveur). “People Funny Boy” fera un carton en Angleterre. - Scratch utilisera par la suite des pratiques innovantes qui transformeront le reggae, comme l’introduction de bruitages (l’origine du sample). Il fondera également le légendaire studio Black Ark où seront enregistrés, entre autres, Bob & The Wailers, The Congos, Max Romeo, Junior Murvin.”

Reggae source wikipédia

Liste de chanteurs de reggae source Wikipedia


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lumpyana 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines