Magazine Culture

Cleon Peterson, exposition “The uncosoled” à Bruxelles (Alice Gallery, du 17 sept. au 24 oct. 09)

Publié le 24 août 2009 par Blogcoolstuff
Cleon Peterson, exposition “The uncosoled” à Bruxelles (Alice Gallery, du 17 sept. au 24 oct. 09)
L'artiste américain originaire de Los Angeles Cleon Peterson exposera chez Alice Gallery (Bruxelles) à la rentrée, du 17 septembre au 24 octobre prochain.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, Cleon Peterson s'est d'abord fait connaître en tant que graphic designer. Il est ainsi à l'origine de logos et de nombreux visuels pour des firmes de skate telles que Foundation Skateboards, Pig Wheels, Zero Skateboards. Par ailleurs, il travaille toujours au sein de Studio Number One, le studio de création de Shepard Fairey. C'est d'ailleurs à Peterson que l'on doit la fameuse maquette de la monographie "Supply and demand" sur Obey.
Depuis quelque temps, Cleon Peterson s'est également fait connaître pour ses talents d'artiste peintre : il a ainsi eu les honneurs d'une exposition solo dans la prestigieuse galerie Deitch Projects de New York et a fait sensation lors de son exposition en duo avec Kill Pixie en août 2008 à San Francisco.
Cleon Peterson, exposition “The uncosoled” à Bruxelles (Alice Gallery, du 17 sept. au 24 oct. 09)
Le monde intérieur de Peterson est un monde de chaos total où la violence règne en maître et semble régir l'ensemble des relations individuelles et sociales. Décrit par le biais d'une palette chromatique réduite à quelques dominantes récurrentes (noir, rouge et blanc), ce monde de violence extrême vient en quelque sorte démentir la théorie hobbesienne selon laquelle "à l'état de nature l'homme est un loup pour l'homme, à l'état social l'homme est un dieu pour l'homme". Car si l'homme tel que nous le décrit Peterson est bel est bien prédateur pour son alter ego, c'est pourtant bien de l'homme du XXIème siècle dont il s'agit. L'homme moderne donc, voire post-moderne, et réputé hautement civilisé...
Visiblement sous-tendues par une philosophie résolument pessimiste, les scènes de violence extrême peintes par Peterson ont cette particularité de ne pas opposer victimes et bourreaux, innocents et coupables. Conçues de manière très narrative et contant toujours la même histoire - celle de la prédation universelle -, elles décrivent chaque protagoniste, de l'homme en uniforme à la femme aux vêtements arrachés, comme mû par une aversion sans limite envers son prochain, les traits figés dans un rictus de haine et de douleur commun à tous.
Cleon Peterson, exposition “The uncosoled” à Bruxelles (Alice Gallery, du 17 sept. au 24 oct. 09)
Paradoxalement c'est par le biais d'un style graphique très méticuleux, précis et léché que cette impression de chaos est véhiculée. Un peu à la manière des grandes pages des "Six cent soixante-seize apparitions" de Killoffer (ed. L'Association, 2002), les peintures sur papier de Peterson réussissent en effet cette gageure de faire cohabiter harmonieusement en un même espace limité une foule de personnages dont le débordement de violence n'est pas, a priori, favorable à pareille savante construction. C'est donc aussi au spectacle d'une grande maîtrise dans l'art de la composition que la galerie Alice nous invite à la rentrée.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blogcoolstuff 125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine