Magazine Côté Femmes

J'aurais bien aimé vous parler de daurade aux raisins mais...

Par Peggy Picot

daurade

... mais je n'en ai plus du tout envie. Mais alors vraiment plus du tout. Pourtant la daurade farcie aux raisins, c'est une chouette recette. Mais là... en faisant ma petite revue de presse italienne, je suis tombée sur une nouvelle franchement hallucinante. Bien sûr, ici chez nous, dans la culinosphère, la liberté d'expression semble une denrée secondaire, le blog de cuisine n'étant pas le lieu le plus évident de l'expression civique. Certains en ricanent d'ailleurs facilement: le blog de cuisine c'est l'archétype du politiquement correct de la toile. Mais là... Le net italien connait un embrasement conséquent depuis quelques jours. Pourquoi? Parce que le gouvernement de Romano Prodi a entrepris de mettre en place une loi (oui mes amis une LOI) visant à obliger les auteurs de blogs et de sites personnels à s'enregistrer officiellement sur un registre de l'"Autorité des Communications" et, bien sûr en prime, à payer une taxe (du type de la vignette auto) pour avoir le droit de publier sur internet. C'est un peu compliqué à exposer dans le détail, le projet de loi (pour ceux qui parlent italien, clic) dont fait partie cette mesure compte 20 pages... Approuvé par le gouvernement le 12 octobre, il est maintenant entre les mains du Parlement où le texte sera discuté. Son instigateur, le sous-secrétaire à la Présidence du Conseil, Ricardo Franco Levi, se défend bien sûr de vouloir porter atteinte à la liberté des blogs. Il n'a jamais pensé contrôler l'adolescent qui écrit son journal intime sur internet. Mais alors pourquoi? Vous aurez quand même compris l'esprit: contrôler la liberté éditoriale de l'internet. Raison avancée? trop de diffamation sur la toile, c'est scandaleux. Ah oui, c'est scandaleux, on est d'accord... Il faut dire que le trop-plein de liberté d'expression commence à irriter sacrément les sphères du pouvoir. Quel est le poil à gratter qui démange si fort les parlementaires italiens? Beppe Grillo. Cet humoriste est devenu un véritable phénomène de la blogosphère italienne.

grillo

Oui, c'est lui. Débarqué de la Rai à la fin des années 80 alors que ses émissions faisaient une satire du politique un peu trop poussée au goût du gouvernement de Bettino Craxi, il a continué de se produire sur scène, avec un succès immense et grandissant. Ses spectacles, uniques, indéfinissables signent son engagement citoyen virulent. Il y parle beaucoup d'environnement, d'écologie, n'hésite pas à dénoncer les scandales financiers comme politiques. Il y explique les effets pervers de la mondialisation, les dérives de la société de consommation. Depuis 2005, il a aussi créé son blog, qui attire aujourd'hui, près de 200 000 visiteurs chaque jour, jusqu'à 500 000 au mois de septembre où il a organisé le V-Day, le Vaffanculo-day (est-il utile que je vous le traduise??). Oui, vous avez bien lu. 500 000 personnes par jour. Son site fait partie des 10 blogs les plus consultés au monde. Mais pourquoi ce drôle de trublion italien, ce chevelu agité au verbe haut, passionne-t-il les Italiens? Le personnage est contesté, bien entendu, certains l'accusent de démagogie, mais il fait surtout grincer des dents les députés qui le taxent d'anti-politique. On peut dire ce qu'on veut, sa voix est utile dans un pays où la liberté de la presse est constamment questionnée et la jeunesse complètement désintéressée de la politique, sans illusion, en proie au doute sur l'avenir du pays. Le V-Day a mobilisé des centaines de milliers de personnes sur plus de 200 places en Italie, qui sont venues signer la pétition de Grillo pour une loi populaire instituant un parlement propre. Il a ainsi recueilli 300 000 signatures en un seul jour. Il faut dire que 25 députés lourdement condamnés par la justice font toujours partie du parlement. Et ça, pour Grillo, ça ne passe pas! C'est ce qu'il est venu dire au Parlement européen en juin dernier où il a dénoncé l'état politique de son pays. Un aperçu du personnage?

Vous savez le plus drôle au sujet de cette vidéo? C'est un extrait de spectacle repris par une émission dédiée à l'impertinence, Striscia la notizia diffusée chaque soir sur l'une des chaînes de Berlusconi. Un show très populaire, excessif, animé par des comiques avec l'aide de deux filles légèrement vêtues. Et c'est là dont on parle de la censure dont est l'objet Grillo! Sur la Médiaset de celui que Grillo appelle le "Psycho-nain". L'Italie n'est pas à une contradiction prêt et c'est la raison pour laquelle je l'aime. A voir Grillo se démener en passant un message politique fort, postillonnant sur son public hilare, on comprend un peu plus de l'Italie actuelle, et l'on dépasse les clichés.

Ah oui, l'Italie de mon coeur. C'est un pays où il faut un permis pour cueillir les champignons, peut-être même pour ramasser les feuilles mortes dans les bois et les châtaignes, qui sait. C'est un pays où, un gouvernement dit "de gauche" s'efforce de mettre le nez dans le réseau des blogs, vous savez ces gens du peuple qui utilisent l'internet pour s'exprimer et diffuser des informations, une forme d'investigation que les médias traditionnels ne peuvent plus se permettre. Ne croyez pas que nous soyons, ici, en France, les mieux placés pour donner des leçons à ce niveau: quand on voit que la première grève sérieuse depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, a été complètement éclipsée par les déboires conjugaux de ce dernier, dont tous les journaux, des quotidiens aux hebdos ont fait des gorges chaudes. S'ennuie-t-on à ce point dans ce pays qu'on doive guetter les secrets d'alcôves de ceux qui président à notre destinée pour nous réveiller de la léthargie? Alors oui, je devrais vous parler de daurade aux raisins. Oui, vraiment.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Peggy Picot 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog