Magazine Bd & dessins

Des lectures de filles...

Par Caticat

Titre de post énormément provocateur :)

Depuis le temps que je traîne ces deux livres sur mon bureau pour vous en parler :
Des lectures spéciales filles :
c'est pas de la chick' litt', mais ça plaira plus sûrement à la gent féminine (c'est plein d'a priori, ce que je dis là...)
Messieurs, les commentaires vous sont ouverts pour me dire le contraire...

Au Bonheur des Dames de Zola

bonheur

Ils viennent de le rééditer avec une très jolie couverture chez Hatier.
En deux mots, deux mondes :
celui d'un grand magasin, le Bonheur des Dames et face à lui, celui des petits commerçants, artisans. L'expansion du premier entraîne la fermeture progressive de toutes les petites boutiques qui l'entourent. Une histoire d'amour heureuse (pour une fois chez Zola) entre Octave Mouret, tombeur de ces dames et gérant de ce grand magasin, et Denise Baudu, simple employée...
C'est la deuxième fois que je le lis : la première, j'avoue, j'ai un peu lu rapidement pour voir comment se passait The love story et à la deuxième lecture, j'ai beaucoup plus savouré les descriptions de Zola, ces étoffes, ces femmes dans ce temple de la consommation, le marketing avant l'heure, la manipulation de nous, pauvres clientes, la description des cohues, un monde chargé de couleurs, de vie toujours en mouvement...

Orgueil et Préjugé de Jane Austen

orgueil

Alors là c'est une grande histoire d'amour... :)
Deux héroïnes, une sage et douce, l'autre rebelle, féministe avant l'heure... On les suit à travers les saisons, les bals de province, les cancans dans l'Angleterre de la fin du 18ème siècle...
C'est écrit avec beaucoup d'humour et de "mordant". On suit les hésitations, les remises en cause, les questions autour de l'amour, de l'engagement, du mariage que se pose Elisabeth (la rebelle ;)...
Le livre se lit très vite.
Juste un regret : dans tout ce tourbillon de chassés-croisés amoureux, j'aurais aimé qu'Elisabeth rencontre un ou deux obstacles supplémentaires, histoire de diminuer un peu son amour propre... quand je dis ça, je prends la défense du Monsieur qui l'aime (Darcy, je crois...) Je trouve qu'au final, il a plus "souffert" qu'elle...
Mais bon, le livre fait déjà 622 pages, ç'aurait peut-être été trop long :

Bonne lecture
PS : La 4ème de couverture d'Orgueil et Préjugé précise que "Benjamin Disraeli a lu 17 fois ce livre"... Je n'irai peut-être pas jusque là, mais c'est un des livres que je ne range pas pour le relire prochainement...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Caticat 27 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte