Magazine Culture

Compte-rendu du concert de Sebastien Schuller, le 22/10 à l'Espace Tatry (Bordeaux)

Publié le 23 octobre 2009 par Mikatxu @crystalfrontier
Compte-rendu du concert de Sebastien Schuller, le 22/10 à l'Espace Tatry (Bordeaux)
Allez les Filles remettait le couvert, après la soirée rock'n'roll avec The Jim Jones Revue au Bt59. Les artistes évoluaient dans une veine bien différente, puisque c'était à Sebastien Schuller et Splendor in the Grass que revenait la charge de remplir la salle de Tatry. Le premier venait promouvoir son très beau disque "Evenfall", et les seconds, des locaux (bassin d'Arcachon), venaient plus ou moins préparer l'audition régionale pour le printemps de Bourges.
Les références du groupe sont en bonne partie cinématographiques. Le nom du groupe est celui d'un film d'Elia Kazan, le titre "Moviola" fait référence à l'appareil qui fut, plus ou moins, le premier banc de montage, et les références furent encore nombreuses. Mais leur musique est surtout très belle, avec ses contours flous, entre pop délicate, rock plus fiévreux et touches électro. Il y a pas mal d'inventivité dans les titres, qui évoquent tour à tour Phoenix, Arcade Fire ou Tahiti 80, sans que cela ne tourne au plagiat. Le chanteur a pas mal de charisme, un brin dandy, et surtout une très belle voix, qui accompagnent fort à propos les belles mélodies du groupe : bref, ce fut une belle surprise, et leur présence était aussi cohérente avec la venue de Sebastien Schuller.
Le MySpace de Splendor in the Grass
Compte-rendu du concert de Sebastien Schuller, le 22/10 à l'Espace Tatry (Bordeaux)
Sebastien Schuller monte sur scène à la suite de son groupe (qautre musiciens, tous très bons), avec sa casquette vissée sur la tête. Je suis très content qu'il ouvre le concert sur "Open Organ" : pourtant pas facile, la chanson est parfaitement reproduite, la voix de Schuller est un peu plus brute (moins affectée ?) que sur disque, la batterie plus puissante, les subtilités sont toutes retranscrites avec un talent épatant. La setlist est plutôt centrée sur "Evenfall", ce qui est logique...et ne connaissant que ce disque, j'en suis ravi. Les titres se sont enchaînés dans un grand respect de la part du public, dont une bonne partie était assise. De la musique de Sebastien Schuller émane une sorte de lumière, qui réchauffe, malgré la mélancolie qui s'échappe en filigrane de titres comme "Balançoire" ou "The Border". Mais le groupe sait durcir le ton, la musique se parant alors d'une forme de puissance insoupçonnée, dans laquelle on retrouve la sécheresse du post-rock avec toujours ces petits ornements synthétiques. Sebastien Schuller a aussi pioché dans "Happiness", son premier disque, et a même joué un inédit, durant lequel il n'a pas hésité à jongler entre ses boucles et son clavier, allant de son séquenceur à ce dernier. Le set s'est conclu après une heure et quart superbe, que je n'ai pas vue passer. Pour l'anniversaire de sa mère (c'est lui qui l'a dit), Sebastien Schuller a livré une grande prestation : espérons qu'elle était là pour y assister !
D'ailleurs, il pleuvait quand je suis rentré, il ne pleuvait plus quand je suis sorti. J'ai réussi mon créneau du premier coup en rentrant : il y a des soirs comme ça...
Photo signée Pascal Codron, prise à Paris, La Cigale
Le MySpace de Sebastien Schuller, le site officiel
La chronique de "Evenfall" sur POPnews, l'interview

Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par Splendor in the Grass
posté le 30 octobre à 18:26
Signaler un abus

Merci beaucoup pour cette belle critique. Au plaisir de se revoir ailleurs...

Laurent//SitG

A propos de l’auteur


Mikatxu 904 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines