Magazine Culture

32. Richard Hawley

Publié le 13 octobre 2009 par Dylanesque

"Je me vois comme un artiste moderne. Mais il n'y pas grand monde qui soit d'accord avec moi"
(Richard Hawley, interview septembre 2009)

Et bien oui Richard, c'est bien ça le problème. Depuis le début de la décennie et la fin de Pulp, tu nous ponds de somptueux albums, très éloignés de l'étiquette brit-pop, mais ancré dans un aspect rétro qui te colle à la peau. Une voix qui rappelle les crooners du passé, des mélodies qui trouvent leur racine chez Roy Orbison ou Buddy Holly. Du rockabilly préhistorique, des slows classieux qu'on imaginerait volontiers lors d'un bal de promo des fifties. Une discographie régulière dans sa qualité, avec des albums aussi parfaits que "Lady's Bridge" ou "Coles Corner", mais que certains ont qualifié de revival.

http://dylanesque.cowblog.fr/images/B002LB6EN8.jpg

Avec "Truelove's Gutter", ton nouvel album, la qualité est toujours au rendez-vous. Et enfin tu peux prouver ton statut d'"artiste moderne". Un album avec seulement huit chansons, mais qui s'étend pourtant sur presque soixante minutes. De longues pistes vaporeuses qui s'étendent à partir d'une idée simple, de quelques accords. En surface, c'est limpide, clair et beau à pleurer. Ta voix, ce n'est plus seulement celle du crooner british, elle devient celle du vieux sage, du type qui est assis au fond d'un pub sombre, avec sa guiness entre les mains, et qui te parle de sa mélancolie, de ses regrets, qui fait un bilan. Encore une fois, tu nous entraîne à Sheffield, tu nous raconte l'histoire de ces rues, de ces couples, de ces ivrognes, ta propre histoire. Tu te livre à nous, en murmurant à travers une multitude de guitares, qui s'accordent en toute simplicité, elles sont discrète et nous caresse dans le sens du poil, avec une facilité déconcertante.

Alors je ne sais plus vraiment si c'est moderne, si c'est du revival. On sent Lou Reed au détour de "Remorse Code", neuf minutes de douceur, un coucher de soleil. L'harmonica de verre, inventé par Benjamin Franklin en 1761, sonne étrangement neuf et contemporain. Impossible d'aller piocher les meilleurs titres de l'album, il s'agit d'un tout, quand tu lance la première piste, il faut rester jusqu'à la fin, jusqu'à "Don't You Cry", longue ballade à couper le souffle.

http://dylanesque.cowblog.fr/images/mut94011MF.jpg

Bravo Richard, j'ai bien l'impression que tu viens de nous offrir ton meilleur album. L'automne sublime son écoute, il saura me réchauffer le coeur cet hiver, il saura illuminer mes promenades printanières et j'irais l'écouter sur la plage cet été, tard dans la nuit. "Truelove's Gutter" est un compagnon de solitude intense, passionant, émouvant, sincère... Beau.
Tout simplement beau.
Bravo et merci...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dylanesque 185 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines