Magazine Culture

Un entretien avec Pierre Vinclair à propos de Barbares

Par Florence Trocmé

Un entretien avec Pierre Vinclair, à propos de Barbares

Pierre Vinclair vient de publier Barbares, son premier livre de poésie, aux éditions Flammarion. On peut en lire une note de lecture ici.

Florence Trocmé: j’aimerais que vous donniez quelques éclaircissements sur le nom de votre héros, ce Popée avec un seul P mais également sur le nom du personnage féminin, Aka
Pierre Vinclair : je travaille beaucoup avec internet, et la première version de ce texte est parue en blog, sous pseudonyme. Comme je considère ce texte comme une épopée, à l'heure d'internet, cela fait une e-popée. Dans un deuxième temps, il y a Poppée la femme de Néron, à la beauté exemplaire. Derrière mon personnage (qui a un côté, j'imagine, du moins j'espère, vaguement beckettien), il y a donc l'ombre de la beauté un peu futile d'une femme d'empereur, ce qui souligne par contraste ses propres attributs, qui sont aussi les attributs du monde dans lequel il évolue (qui n'a rien de la beauté apollonienne du monde romain du premier siècle). Moins le -p, car j'écris Popée et non Poppée. C'est le "p" de poésie (comme chez Jude Stefan ou Philippe Beck) qui manque, c'est la case vide qui fait aussi avancer l'histoire : car c'est ce "p" que cherche Popée (il cherche un monde, par le chant).
aka, est en premier lieu une déformation d’Écho, le personnage des Métamorphoses d’Ovide où elle suit Narcisse. D'ailleurs les premiers vers de "Métaformoses" sont une reprise du passage où Narcisse se mire dans l'eau (sauf qu'il se mire ici dans les fragments de sa bouteille éclatée). Donc, d'abord, c'est Écho, c'est-à-dire la répétition qui diffère, le double qui n'est pas tout à fait identique. De Écho on passe à Aka (en minuscules) car Aka () signifie « rouge » en Japonais, rouge comme le sang (son apparition, au chant 5, est appelée "Hémoglobie", comme hémoglobine mais "globie" comme le globe, le monde). Enfin, AKA (en majuscules) et non Aka, à cause de A.K.A., also known as, c'est-à-dire la pure transitivité, un nom qui signifie c'est-à-dire, c'est-à-dire qui n'est qu'un passage entre deux noms, en l'occurrence entre Popée, qui a le nom (qui est l'envers d'Ulysse), et le sanglier qui est appelé le Sans Nom (le Sans Nom qui se dédouble dans "Chant du bouc" entre l'animal et « celui qui est       personne », c'est-à-dire l'homme-dieu (celui qui est = YHWH ; personne = Ulysse)). Dans ce AKA se joue donc en quelques sortes le statut même de l'Écho comme doublure, et en même temps comme pure transitivité entre l'être (le nom) et le rien (le Sans Nom). 
F.T. : pouvez vous en dire un peu plus sur votre « personnage », Popée, ce clochard déjanté, mais aussi sur l’étrange figure du Négateur.

P.V. :
Popée est effectivement ce que vous dîtes, figure de clochard déjanté, et emblématique comme le dit l'expression « Clochard de l'Être » qui donne une dimension métaphysique à son statut : il est une figure de l'homme moderne qui n'a pas de lieu (Levinas dit quelque part dans Totalité et infini je crois que l'homme est celui pour lequel il n'y a pas de lieu, qui n'est nulle part chez lui). Les éclats dans lesquels il vit sont effectivement les éclats de sa bouteille, qui explose au moment où commence le texte, comme une image de l'explosion du monde (de la représentation d'un monde un) devenu chaos épars. Le poème dans son entier présente les tentatives (la marche et la parole chant 2, la religion chant 3, la contemplation de soi chant 4, l'amour chant 5 et 6) ou les médiations pour refaire de l'un, du monde, dans ce chaos, et le chant 7 l'acceptation du chaos comme chaos, acceptation paradoxale car elle se veut le fondement tout d'un même d'une sorte d'éthique (« ô mon dieu/ je veux bien oui [rapport à la fin du monologue de Molly dans Ulysse de Joyce] / demeurer [retour de l'idée de lieu, de demeure] / dans ce chaos / sans fond ») à la toute fin.
- Le Négateur est une figure qui assume à la fois le rôle du négatif, comme dans la philosophie de Hegel, c'est-à-dire la négation qui permet de retrouver une affirmation plus haute, et celle du diable (« Ainsi qu'un diable traçant sur le blanc / Qui dirait marcher c'est faire la partition d’un voyage / Revenir le verbe coupé dans le lieu », premiers vers du chant 2), diable traduit en « Négateur » dans le livre de Job dans la bible (récente traduction d’écrivains chez Bayard). Le diable, du grec diabolein, c'est celui qui sépare, qui coupe dans l'un. En tant qu'il est celui qui par lequel, dans lequel, le monde devient chaos, Popée est en un sens le diable, le Négateur lui-même, et en un sens il ne l'est pas car il le subit : le Négateur est en fait l'extériorisation de ce qu'il a en lui (un peu comme les Érinyes sont une extériorisation, une personnification de la mauvaise conscience chez Eschyle). C'est la personnification de son destin. La figure du négateur revient dans « Chant du bouc ».
F.T. : Je me demande s’il n’y a pas dans ce livre une sorte de concaténation de mythes, de scènes de cauchemar, de scènes de guerre (et sans doute cachées de multiples allusions et réminiscences artistiques et littéraires (qui nourrissent le texte par en-dessous, comme un humus) et peut être même, me suis-je demandée, des éléments empruntés au monde des jeux vidéo et des films d’horreur, autres territoires de l’imaginaire contemporain). Pourriez-vous dire ce qu’il en est ?

P.V. : le rapport aux mythes anciens est en effet important. Le poème présente à la fois une sorte de mythologie bouffonne ou grotesque, signant à la fois la nécessité et l'impossibilité d'un rapport aux mythes. Retour paradoxal au paganisme qui peut s'entendre dans un rapport à Lyotard, dans Instructions païennes ou Au juste par exemple. Un des points communs aux trois poèmes de Barbares est de travailler ce rapport au paganisme. L'autre point commun, c'est Kant, et sa trilogie des Idées métaphysiques qui nomment des objets totaux (le monde, l'âme, Dieu) qui ne peuvent être objets de connaissance. Le but du jeu était en un sens d'en faire des objets de poésie ou de mythe, mais détournés, transformés, profanés (Popée : monde transformé en chaos ; Chant du bouc : âme transformée en pur chant ; Éloge du maître : Dieu ravalé en éros).
Quant à l'humus sur lequel s'élève le texte, il y a comme vous l'avez vu de la philosophie (Kant, Hegel, Levinas, Lyotard, Jean-Luc Nancy beaucoup aussi, sur la question du monde) et de la littérature (Homère, La Bible, Ovide, Mallarmé, sur lequel j'ai fait un DEA (le sanglier qui a un peu le rôle du Faune, et en même temps celui d'Hérodiade, "reptile inviolé"), Céline, Beckett, le Médéa de Bénézet, sans oublier le Paterson de WC Williams que je venais de découvrir lorsque j'ai commencé Popée, tentative de faire moi aussi un long poème bizarre et allégorique avec des vers et de la prose.
Il y a, encore oui une dimension carnavalesque, grotesque ou baroque, préclassique en tous cas je crois, qui correspond à ce que j'écrivais du rapport au paganisme (plutôt que le sérieux de la religion chrétienne, sérieux que je n'aime pas.) Mais là où vos remarques me surprennent le plus, dans leur acuité, c'est ce que vous relevez du rapport aux jeux vidéo. Figurez-vous que le Laurent de l'épitre dédicatoire est en fait mon cousin. Il travaille dans une société de jeux vidéo en Colombie, et il était le premier lecteur de ce Popée lorsqu'il était, comme je vous l'ai dit, sur blog. Il n'en finissait pas de commenter le texte, si bien qu'arrivé au cinquième chant, je lui ai offert de décider de la fin du poème. Pour me mettre au défi, il m'a proposé de faire intervenir un sanglier, ce qui dans une démarche de poésie, même grotesque, n'est pas si évident comme vous imaginez !  J'ai donc écrit cette fin pour lui (raison de l'épitre), travaillé que j'étais par sa vision des jeux vidéo qui transparaissait dans chacun de ses commentaires (quant à moi, je n'y joue pas, ni ne regarde de films d'horreur). 
Bio-bibliographie de Pierre Vinclair
la présentation de Barbares
un extrait de Barbares


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Barbares, de Pierre Vinclair (lecture de Florence Trocmé)

    Barbares, Pierre Vinclair (lecture Florence Trocmé)

    L’âme n’est qu’un chant qu’on habille de la peau des morts     « Tu vis dans les éclats. Pas dans un labyrinthe » : pour  un lecteur un peu au fait de la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Chappuis

    Pierre Chappuis publie Comme un léger sommeil aux Éditions José Corti. Poezibao proposera dans les jours qui viennent une note de lecture de ce livre par Antoin... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Silvain

    En ce début d’année, Poezibao rend ici hommage à Pierre Silvain décédé fin 2009 et qui, on ne le sait sans doute moins, écrivait aussi de la poésie. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Pierre Morhange

    , né dans une famille juive en 1901 et mort en 1972, a été professeur de philosophie. Il fonde la revue Philosophies et milite au Parti communiste. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Pierre Drogi

    est né à Metz le 15 mars 1961. Il est enseignant, poète et traducteur (du roumain, principalement et de Nichita Stanescu en particulier). Il est actuellement... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Dhainaut

    De Pierre Dhainaut, les éditions Arfuyen ont récemment publié Plus loin dans l’inachevé. Ce livre a reçu le Prix de littérature Jean Arp 2010. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Pierre Michon, Les Onze

    , Éditions Verdier, 2009 L’APÔTRE MANQUANT DU TABLEAU DE LA TERREUR      Les Onze. Douze pages de Jules Michelet — les douze pages du chapitre III du seizième... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18343 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines