Magazine Cinéma

Les Producteurs

Publié le 10 novembre 2009 par Olivier Walmacq

45433877_p

Genre : Comédie

Année : 1968

Durée : 95min

L'histoire : Max Bialystock, escroc n'arrivant plus à ammaser suffisamment d'argent, s'associe avec Leo Bloom, un autre escroc. Tous deux décident de se lancer dans la production d'une comédie musicale théâtrale. Mais ils recherchent une comédie musicale pourrie, persuadés qu'un bide entraînera plus de spectateurs qu'un gros succès (les spectateurs allant en masse voir si le résultat est aussi raté qu'on le dit). Une comédie musicale écrite par un ancien nazi nostalgique, Springtime For Hitler, sera leur choix...

45433911_p

La critique de ClashDoherty :

Mel Brooks réalise, en 1968, un de ses meilleurs films (et son premier), un film qui a fait l’objet d’un remake honteux (en 2005) avec Uma Thurman, j’ai nommé Les Producteurs.
Le film est interprété par Zero Mostel, Gene Wilder, Dick Shawn, Kenneth Mars, et Andreas Voutsinas. Entre autres. Mais les deux premiers acteurs cités, et Kenneth Mars, sont les principaux rôles du film.

Les acteurs sont vraiment excellents (Gene Wilder, surtout, et mention spéciale à Kenneth Mars), et l’histoire, assez tordue et tordante.
Le passage musical final (la fameuse pièce des deux producteurs véreux, avides de récupérer un max de pèze) est d’un mauvais goût total (swastika de danseuses en tutu, chantant, en allemand, Springtime For Hitler, sur une mélodie très Cabaret de Bob Fosse – mais 4 ans avant Cabaret).

Un des meilleurs films de Brooks, et son premier. Franchement, s’il n’y avait pas Frankenstein Junior, on aurait ici LE meilleur film de Brooks, carrément.
Assez méconnu par rapport aux comédies qu’il fera par la suite, Les Producteurs est sorti, dans certains pays, en 1971, et sur certains sites web, il est répertorié comme étant de l’année 71. Mais il date bel et bien de 68.
Acteurs en roue libre, ambiance délirante et gentiment provoc (il n’y avait qu’un mec comme Brooks, juif, pour oser aborder une comédie musicale sur Hitler et Eva Braun coulant des jours heureux - et que dire du nom du personnage de Leo Bloom, volontairement proche de Léon Blum ?), The Producers est un sommet de l’humour, un film délirant, mais cependant plus fin que les films suivants de Brooks.

Note : 18/20

IMG000043


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines