Magazine Cinéma

La violence dans Indiana Jones et le Temple Maudit

Publié le 10 novembre 2009 par Olivier Walmacq
On a souvent reproché à Indiana Jones et le Temple Maudit son côté trop violent pour un film tous publics. C'est d'ailleurs en grande partie à cause de ce reproche que Steven Spielberg et George Lucas décidèrent de concevoir un troisième épisode plus léger, sans violence et avec beaucoup d'humour. Etait-ce la meilleure solution ? Pas forcément. Car, au final, Indiana Jones et la Dernière Croisade est plus une comédie qu'un vrai film d'aventure. En outre, une comédie proche des films de Gérard Oury comme la Grande Vadrouille ou l'As des as alors qu'il aurait été préférable de s'inspirer des comédies de John Ford et d'Howard Hawks comme ce fut le cas pour les deux premiers films de la série.Au sujet de la violence du Temple Maudit, les scénaristes du film, Willard Huyck et Gloria Katz, s'expliquent dans une interview publiée dans l'Ecran Fantastique n°48 en septembre 1984.Les scénaristes Willard Huyck et Gloria KatzPensez-vous que si vous deviez, maintenant que vous avez un enfant, récrire Indiana Jones et le Temple Maudit, vous l'écririez autrement ?G.K: Non, parce que je pense sincèrement que c'est aux parents qu'il appartient de décider si un film est trop violent pour leurs enfants ou non. Il me semble que je n'ammènerais pas un enfant de moins de huit ou dix ans voir le film, mais après tout, les enfants ne sont plus ce qu'ils étaient... Et je trouve que l'on voit beaucoup plus de scènes de violence à la télévision que dans ce film. Il y a, par ailleurs, chez les enfants, ce besoin de se faire peur. Ils adorent ça, je crois. Personnellement, j'ai horreur des films sanglants. Mais pour moi, le Temple Maudit ne se déroulant pas dans un contexte réaliste, la violence s'y exprime d'une façon toute différente. Rien à voir avec la violence quotidienne. C'est pour ainsi dire un conte de fées, et les contes de fées n'ont jamais été aseptisés.Sans compter que la notion de rédemption n'a plus de sens s'il n'y a pas d'épreuve...G.K: Exactement. Loin de nous l'intention d'exploiter la vogue actuelle de la violence. Ce n'est jamais gratuit dans le film. Nous nous sommes tout simplement efforcés de donner une certaine réalité à un culte maléfique.Que pensez-vous, alors, des commentaires de la presse, qui ont taxé le Temple Maudit de « complaisance dans la violence » ?W.H: Je crois que les critiques ont fait l'amalgame entre la violence et l'atmosphère sombre, étouffante, du Temple Maudit. Dès que les héros y pénètrent, le ton du film change radicalement et je pense que c'est l'atmosphère dans laquelle se déroulent les quelques scènes un peu violentes qui leur ont fait dire qu'elles étaient très dures. Mais c'était très précisément l'intention de Steven, de faire un film qui s'inspirait davantage de la maison hantée de Disneyland que de la promenade dans la jungle dont relevait plutôt le premier film. Il me semble que c'est ce qui accentue la violence. Pour moi, la scène du cœur arraché, qui est éminemment violente du point de vue des idées, perd de son impact par le seul fait que la victime est toujours consciente et suit les événements de ses propres yeux. Je me demande si les parents ne réagissent pas plus fortement que leurs enfants à ce spectacle. Encore que j'aie entendu dire que certains enfants avaient été impressionnés.G.K: Ceux dont j'ai entendu parler n'avaient pas été impressionnés le moins du monde ! Il s'agit là d'une violence de conte de fées, comme quand on met ses mains devant les yeux pour regarder un film quand on est petit. J'ai vu tellement de films infiniment plus épouvantables que je trouve qu'on nous fait là un procès injuste.W.H: Il me semble que, plus que les images, c'est l'idée des enfants que l'on fouette qui a frappé les gens, parce qu'en réalité, quand on observe bien le film, on voit peut-être des enfants recevoir des coups de fouets, mais dans les plans d'ensemble, jamais en gros plan et parfois même hors champ.G.K: Enfin puisque nous avions besoin d'un « méchant », il fallait bien qu'il fasse de méchantes choses ! Nous ne pouvions pas nous contenter de lui faire dire: « c'est moi le méchant du film, avec un M majuscule ! » Les nazis, c'était plus facile: pas besoin de montrer leurs crimes, on sait qu'un nazi, c'est très, très méchant. Alors que là... Nous ne pouvions pas, non plus, nous contenter d'un méchant de pacotille. Il fallait pour ainsi dire faire toucher sa méchanceté du doigt pour rendre la fable convaincante. Nous avons trouvé que la violence était tempérée par le changement d'attitude d'Indy...G.K: Je suis d'accord avec vous. On nous a aussi reproché d'avoir fait un film pessimiste, d'où l'humour était absent à partir d'un certain moment. A cela je répondrais que nous ne pouvions pas passer notre temps à faire échanger des plaisanteries fines aux personnages. Ç'aurait été au détriment du film. Nous nous sommes efforcés, au contraire, de rendre crédible ce culte maléfique parfaitement invraisemblable. Y ajouter des notations humoristiques aurait tout gâché.W.H: D'ailleurs, la séquence dans laquelle Indiana est possédé est celle que Harrison Ford et Steven Spielberg attendaient avec la plus grande impatience parce qu'elle révèle un aspect inédit de la personnalité du héros.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines