Magazine Cinéma

10 ans et toutes ses dents

Par Helen
10 ANS ET TOUTES SES DENTS Allez, il faut s'y mettre. Le siècle a presque 10 ans, c'est le temps de sortir les listes. Impossible d'être exhaustif dans l'exercice, quelques souvenirs sont déjà flous, j'y vais donc par bribes, tops multiples et personnels et autres petits bouts.
Pour le top de 2009, on attend la fin de l'année, il manque certains gros morceaux. Mais pour 2000-2008, ça commence comme ça
Les documentaires de la décennie: le début de siècle du réel?
Être et avoir de Nicolas Philibert
The Fog of War d'Errol Morris
10e Chambre, instants d'audience et La vie moderne de Raymond Depardon
Les glaneurs et la glaneuse et Les plages d'Agnès de Mlle Varda
Pour un seul de mes deux yeux d'Avi Mograbi
L'avocat de la terreur de Barbet Schroeder
Elle s'appelle Sabine de Sandrine Bonnaire
Man on Wire de James Marsh
Adagio pour un gars de bicycle de Pascale Ferland
L'encerclement de Richard Brouillette
Tyson de James Toback
Red Race de Chao Gan
Capitalism, a love story de Michael Moore
Les auteurs de la décennie: du sérieux
Gus Van Sant: Elephant, Gerry, Last Days et Milk dans le même 10 ans, ça vous pose un cinéaste
Abdellatif Kechiche: La faute à Voltaire, L'esquive et la Graine et le mulet. Feuille de route impeccable
Jacques Audiard: Sur mes lèvres, De battre mon coeur s'est arrêté, Un prophète: le cinéma français a découvert le genre
Michael Haneke: La pianiste et Caché, sans discussion
Les Dardenne: Le fils, L'enfant...et en trichant un peu Rosetta (1999), la trilogie est parfaite.
Clint Eastwood: Mystic River, Million Dollar Baby, Flags of Our Fathers / Letters from Iwo Jima, Changeling..et le cinéma américain est redevenu classique
Les rescapés de la décennie
Les années 90 avaient été leur terrain de jeu, mais malgré quelques déconvenues, les Coen (The Man who wasn't there, No Country for Old Men) et Tarantino de justesse (Inglourious Basterds) auront aussi laissé leur patte sur les 00's.
Les auteurs québécois de la décennie
Louis Bélanger: Post Mortem et Gaz Bar Blues, comme tout ça est beau, comme tout ça est vrai.
Robert Morin: Petit Pow Pow Noël et Papa à la chasse aux lagopèdes: tout, sauf du cinéma de papa.
Les ovnis québécois de la décennie
Jimmywork de Simon Sauvé
À l'Ouest de Pluton de Myriam Verreault et Henry Bernadet
La trilogie de la décennie
Lord of the Rings de l'ami Jackson, quoi d'autre?
Les femmes de la décennie
Claire Denis, surtout pour Trouble Every Day
Pascale Ferran et Lady Chatterley
Marjane Satrapi et Persépolis
Céline Sciamma et La naissance des pieuvres
Claire Simon et Les bureaux de Dieu
Catherine Hardwicke et Thirteen
Ceux qui ont fait rire la décennie
Ricky Gervais et Tina Fey pour le petit, Sacha Baron Cohen et Van Damme dans JCVD pour le grand écran
Les beaux films de la décennie, pas de classement, juste ce qui émerge, comme ça. L'écume, donc...
Dancer in the Dark de Lars Von Trier
Fast food, fast women d'Amos Kollek
In the Mood for Love de Wong Kar-wai
The Yards de James Gray
Moulin Rouge de Baz Luhrmann
No Man's Land de Danis Tanovic
24 Hour Party People de Michael Winterbottom
Ma mère de Christophe Honoré
25th Hour de Spike Lee
Lost in translation de Sofia Coppola
L'homme sans passé d'Aki Kaurismaki
Sweet 16 de Ken Loach
Chicago de Rob Marshall
La mala educacion de Pedro Almodovar
Election et Vengeance de Johnnie To
History of violence / Eastern Promises de David Cronenberg
United 93 de Paul Greengrass
Little Children de Todd Field
Mysterious Skin de Gregg Araki
Le petit lieutenant de Xavier Beauvois
Flandres de Bruno Dumont
Still Life de Jia Zhang ke
Et pour finir, last but not least: mes deux meilleurs, impartageables, inégalables de la décennie
Keane de Lodge Kerrigan
Mulholland Drive de David Lynch
Finalement, pas pires, ces 10 ans...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Helen Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines