Magazine Cinéma

HELLPHONE : le GSM des Enfers

Par Tom

HELLPHONE : le GSM des Enfers

HELLPHONE : le GSM des Enfers
HELLPHONE : le GSM des Enfers
HELLPHONE : le GSM des Enfers
HELLPHONE : le GSM des Enfers
HELLPHONE : le GSM des Enfers

Après "Brice de Nice" , le réalisateur et scénariste James Huth nous revient, en , avec "Hellphone". Ce film, basé sur un synopsis intéressant (un ado devient accro' à un GSM diabolique), revendique, sans la moindre timidité, son appartenance à un cinéma déjanté et pré-pubère mettant à l'échafaud, avec un soin tout particulier, les mœurs déviantes des CONsommateurs que nous sommes ! Dans le même style que Jan Kounen et son , "Hellphone" se goinfre de plans serrés, du moins dans sa première partie, et défigure à tout va des acteurs, au faciès typé, campant des personnages convulsifs et antipathiques à souhait. Jouant avec des archétypes qui sentent bon les vapeurs de Fast Food, James Huth ne se prive pas et catapulte, dans cette histoire, une belle bande de fripouilles iconoclastes...

HELLPHONE : le GSM des Enfers

Entre les pimbêches jouant les mijaurées, les profs champions du lancé de craie, des lycéens lèche-cul et des commerçants antipathiques, Jean-Baptiste Maunier, la petite tête blonde qui crève l'écran dans "Les Choristes", campe un ado' solitaire (enfin presque) amoureux d'une fille inaccessible pour lui...

HELLPHONE : le GSM des Enfers

En effet, Angie (Jennifer Decker) sort avec un malabar friqué (ou si vous préférez un petit con) et ne s'intéresse pas beaucoup à Sid, le héros du récit joué par Jean-Baptiste. Voulant être dans le coup et impressionner Angie, ce dernier acquiert un étrange GSM rouge sang. Il découvre rapidement que cet appareil possède des facultés extraordinaires. Sid, et son meilleur ami Pierre (Benjamin Jungers), vont mettre à profit les options infernales de ce GSM diabolique. Attention aux conséquences !!!

HELLPHONE : le GSM des Enfers

A mesure que l'intrigue déroule des scènes assez inégales, sous l'œil trop dirigiste de James Huth, Jean-Baptiste Maunier devient un charmant petit Gollum en puissance chérissant son téléphone portable comme son bien le plus précieux. Les relations de Sid avec son entourage vont bien entendu être franchement perturbées.

HELLPHONE : le GSM des Enfers

Rien de nouveau donc à l'horizon : ce n'est pas la première fois que l'on voit un film basé sur des cas de possessions diaboliques... "Hellphone" a toutefois le mérite de traiter de ce thème avec humour. Certes, celui-ci est souvent lourd mais devient heureusement, par moment, vivifiant et presque irrésistible.

HELLPHONE : le GSM des Enfers

Lorgnant sur le "Cellulaire" de Stephen King , sans la débauche inconsidérée de sang bien entendu, "Hellphone" cultive, le plus souvent, le n'importe quoi et le ridicule. Heureusement, la dernière partie du film est purement et simplement d'anthologie : ça va vite, c'est bourré d'allusions aux grands films horrifique ("Christine", "Massacre à la tronçonneuse", "Zombie",...) et ça a le mérite de faire rire aux éclats. Dommage que James Huth ne sache pas toujours sur quel pied danser ; cela aurait évité à son film de balancer continuellement entre la bluette estudiantine et les loufoqueries juvéniles parfois agaçantes.

HELLPHONE : le GSM des Enfers

"Hellphone" reste bien entendu un Teenage Movie très acceptable qui ravira un public jeune, pour son dynamisme, son langage si "tendance" et son histoire simpliste, prévisible mais agréable à suivre. En tout cas, ne rater pas l'apparition hilarante de Jean "Brice" Dujardin en spéléologue à la mèche folle !

HELLPHONE : le GSM des Enfers

La bande-annonce...

Un extrait...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tom 248 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines