Magazine Culture

Et ainsi mes barrieres betement erigees tomberent comme on tourne les pages de ce qui pourrait etre le meilleur roman jamais ecrit...

Publié le 28 avril 2009 par Starlight172006
Et ainsi mes barrieres betement erigees tomberent comme on tourne les pages de ce qui pourrait etre le meilleur roman jamais ecrit...

Je sais, je sais...
J'ai demonte cette saga avec vehemence. Avec l'energie du desespoir, pour etre precise. J'ai entendu parler de cela par Muse, je suis allee le voir pour Muse, et ca a ete un echec pathetique. Quand mon entourage succombait aux romans, je persistait dans ma bete resistance basee sur un simili d'effet de mode.
Et puis finalement.
Finalement, samedi dernier, je regarde la bande annonce de New Moon, et que decouvris-je ? Des frissons. Je frissonais. Pas que j'avais froid. Ni meme la grippe porcine. Rien de tout ca. J'etais touchee pas Kristen Stewart se laissant glisser par terre en pleurs. Je savais vaguement ce qui justifiait cette insupportable peine. Et la, j'ai ressenti l'urgence de lire le tome deux. J'ai attrappe le livre qui reposait sur la comode de Charlotte, qui, comme deux ronds de flancs, m'a demande, completement incredule si je comptais LIRE le livre. J'ai opine du chef. Oui, je comptais lire le livre. Et j'ai mis mes menaces a execution immediatement.
Grand bien m'en a pris !
A peine avais-je retrouve ces personnages que j'avais bien cru detester qu'une espece de chaleur, de sensation de retrouver ma tribu m'avait envahie. Bella et Edward semblait s'aimer la, devant moi, comme si j'etais moi meme un tiers personnage de la saga. Decontenancee mais completement fascinee, pages apres pages, j'ai alors compris d'ou venait tout ce boucan fait autours de Twilight.
Stephenie Meyer ecrit exceptionnellement bien. Voila le secret. Chaque respiration froide d'Edward, chaque battement cardiaque de Bella, chaque sourire d'Alice, chaque grognement depreciatif de Charlie...Chaque petit element apparaissait la, devant moi, en vrai. Jamais ecrivain ne m'avait plongee dans un univers aussi magiquement. Je parcourais avidement les pages, tremblant, souriant, vivant chaque emotion au millieme de ce qu'elle etait. J'etais attrappee. Et completement accrochee a la plus belle histoire d'amour de ce siecle.
Et puis arrive le coeur de New Moon. Le depart d'Edward. Le depart d'Edward dans le seul et unique but de proteger "sa" Bella. Et les centaines de page de douleur qui vont s'en suivre. Et le coeur de la jeune femme qui ne s'en remettra pas. Et la terrifiante sensation qu'il n'y a pas qu'elle qui s'en remettra pas...Moi non plus. Moi non plus ! Terrifiee, je constate que je subis physiquement la douleur de Bella. Je ne lis pas un livre. Je suis dans le livre. J'y suis plongee coeur, ame et corps. Telle Bella tentant le diable pour faire survivre le souvenir de son ame soeur. En depit du fait qu'il n'ait plus d'ame. Je pleure. Je me vide de mes larmes tellement la peine de Bella est palpable. Mais comment fait-elle cela ?? Comment Stephenie (MEME TRES INSPIREE, JE SAIS !!!!!) reussit-elle a me faire me carapater dans mon lit, tremblante, comment me fait-elle ressentir le manque d'un personnage que je n'accepte d'apprivoiser que depuis quelques instants ? Je ne suis ni fascinee, ni captivee, ni passionnee...Je suis. Je suis juste. Quelque part dans une virgule, je suis, je me cache, je suis dans le roman comme si j'y avais toujours grandi, comme si les Cullen etaient ma famille de coeur, comme si j'etais habitante de Forks depuis toujours et temoin permanente de ce qui s'y passait, depuis l'arrivee de Bella en terres humides...
Mon coeur n'a pas que tremble. Il a saigne quand Edward a cru que Bella etait morte, il s'est noye dans une hemoraggie quand Bella a finalement realise la terrible erreur qui allait conduire Edward droit au suicide. Je n'en revenais pas de tellement ressentir les choses. Et pas seulement. Les voir. Les entendre. Les sentir. Aucune scene n'avait le moindre doute dans mon imagination. J'etais au sein meme des choses, mourrant de peur a chaque seconde, a chaque regard fievreux sur la pendule rapprochant Bella et Alice du moment redoute, du haut soleil sur le point de detruire Edward, pour toujours. Je pleurais toutes les larmes de mon corps quand le cheveux pres a laisse trepasser ma peur pour une joie indescriptible. Merde, c'est Bella qui le retrouve. Pas moi !!!!
Completement enchantee, tremblante, pas du tout remise de mes emotions, je referme le deuxieme tome, jette un oeil sur mon radio reveil...Il est 4 heures du matin !! Je ne m'en rends pas compte un SEUL instant. Je m'endors le coeur encore a Forks, me faisant violence pour ne pas sauter sur le tome trois dans la seconde. Je commence a rever de vampires...Je commence a me sentir toute bizarre en fait.
Et le lendemain, Axelle passant sous les lignes enemies semble etre le scoop de la semaine. On fait des gros yeux tout ronds. On y croit difficilement.
ET MOI DONC !!!!!
Il n'y a pas de mysteres. Stephenie Meyer est juste douee. Elle est juste exceptionnellement douee. Elle n'a pas cree Edward. Ni Bella. Elle n'a cree ni les Cullen, ni les Black, non. Elle leur a donne vie. Elle a enfante de ces personnages magiques. Ils le sont tous. Ils ont tous une personnalite a la fois complexe, profonde, reflechie, elle a donne a Carlisle et Esme toute la force que leurs incalculables annees sur terre leur ont confere. Elle a reussi a dessiner a la perfection une Alice sans jamais qu'une phrase, qu'un mot ne semble mauvais ou impossible a etre dit par elle. Elle maitrise ses personnages jusqu'au bout du bout du bout de la plus totale et embrassant magie. Elle a eu la patience de subir le caractere a la fois infiniment attirant et incroyablement agacant de Jacob...
Et comment ne pas s'arreter sur les protagonistes ?
Comment ne pas s'attarder sur Bella qui va devenir la plus poignante et fascinante heroine de l'histoire de la litterature. Comment ne pas succomber a son integrite, comment ne pas se briser quand elle souffre le martyre, comment ne pas vivre chaque battement du coeur encore tellement humain de Bella ? Mais malgre sa premiere personne, malgre ces "Je" saisissants au possibles, le tour de force de cette saga revient a la creation du personnage le plus enigmatique, le plus passionant, le plus fascinant, le plus incroyablement parfait dans toute sa splendeur, dans toute sa force...Edward. Edward Cullen. Chaque ligne de description est criante de magie. Chaque souffle de Bella semble trouver son echo dans le scintillement caracteristique des vampires quand le soleil pointe. Edward est un personnage tellement entier que jamais il ne pourra trouver d'equivalent humain pour l'incarner(meme si le tres jeune Robert Pattinson y arrive finalement, tres, tres bien), un personnage juste impossible a se representer vraiment tant cette force n'a jamais ete connue de quicquonque sur terre. Stephenie a reussi a inventer un personnage impossible a se figurer et pourtant tellement visuel. Elle a un talent probablement aussi incalculable qu'Edward est incalculablement beau.
Alors voila Axelle succombant. Succombante. Succombee. Magnifiee. Electrisee.
Surveillez donc ce petit blog qui est le mien. Des emotions venant tout droit des doigts enchantes de Stephenie vont surement venir eclairer ce blog qui ne brille pour l'instant que par une longue absence. Tsss, Stephenie et moi avons un enorme point en commun...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Starlight172006 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte