Magazine Culture

Les dessous des coupures dans les programmes d'aide gouvernementaux à la culture

Par Saguay
Chaque fois qu'un gouvernement annonce des coupures dans ses programmes d'aide financière à la culture, il en résulte un tollé de protestations. Le dernier exemple en liste : les coupures dans les programmes des ministères Patrimoine canadien et Affaires étrangères et Commerce international Canada. Officiellement, la ministre de Patrimoine canadien explique en ces mots ces coupures: «Dans le cadre du dernier budget, nous avons décidé d'évaluer le rendement des investissements dans différents programmes. Pas d'un groupe ou d'un institut en particulier. Nous avons voulu évaluer le véritable impact des sommes investies. Et nous avons conclu que dans le cas de programmes comme le Fonds canadien du film et de la vidéo indépendants, les coûts administratifs étaient trop importants. Dans le cas d'autres programmes, comme celui dont bénéficiait l'INIS (l'Institut national de l'image et du son), il a été déterminé que l'investissement gouvernemental donnait un rendement plus ou moins intéressant.» Bref, ces coupures sont le fait de la rentabilité des programmes visés. Personnellement, j'ai une autre explication.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Saguay 806 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines