Magazine Cuisine

Quatre-vingt-unième participation aux TWD - Sablés

Par Vibi

Quatre-vingt-unième participation aux TWD - Sablés
Quatre-vingt-unième participation aux TWD - Sablés Quatre-vingt-unième participation aux TWD - Sablés
Quatre-vingt-unième participation aux TWD - Sablés Quatre-vingt-unième participation aux TWD - Sablés
Recette suggérée par Barbara de Bungalow Barbara
dans le cadre de ma quatre-vingt-unième participation aux TWD

La plus grande préoccupation que chacun de nous aurait pu avoir à propos du sable, serait très certainement la construction d’un quelconque château sur une plage de vacances, mais lorsque de grands volumes de sable se déplacent, les conséquences peuvent être bien plus sérieuses. Chaque printemps et durant de nombreuses semaines, le nord de la Chine et la péninsule coréenne tombent sous l’emprise de terribles nuages jaunes. Ce ne sont pas des nuages à proprement dit, composés de milliards de gouttelettes d’eau en suspension dans l’air, mais plutôt des nuages composés de sable et de pollution industrielle. Formés au départ par les tempêtes de sable du désert de Gobi, ils migrent souvent avec le vent, à des centaines de miles vers l’est, jusqu’au dessus du Pacifique; ils auraient même déjà été aperçus aussi loin qu’en Californie. Leur intensité varie d’année en année mais leur arrivée est toujours garantie. Lorsqu’ils approchent, de grands efforts de protection sont mis en branle pour minimiser les dommages faits aux récoltes, aux élevages et à la population; au printemps, la mode chinoise est aux vêtements, aux lunettes et aux masques de protection! De si infimes particules pourraient ne pas sembler si alarmantes, mais chaque année à la fin du printemps, jusqu'à 15 tonnes de sable et de poussière de sable auront recouvert chaque mille carré des régions les plus touchées de Chine, de même que 1.5 tonne par mile carré au Japon. Au printemps 2008, quelques mois avant les Jeux Olympiques de Beijing, la pollution a atteint un sommet record alors qu’une tempête de sable s’abattait sur la ville, étouffant les piétons et retardant de nombreux vols. La qualité de l’air mesurée à 5, représentait la pire jamais connue et forçait la population à rester à l’intérieur. La tempête venait de la province de Hebei, une région qui entoure Beijing et que l’on croit tendra à disparaître d’ici quelques années, ensevelie sous le sable. Parce que le désert s’engouffre dans les vallées de la Chine, étouffant les rivières et les précieuses terres arables, Beijing a lancé une massive campagne de reforestation pour contrevenir au fléau, mais cette grande muraille verte pourrait ne pas être en mesure d’empêcher le sable de s’infiltrer. Alors que la majorité se plaint de la météo, on peut se demander combien de milliers de kilomètres carrés de terre sont perdues et combien de temps encore avant qu’il n’y ait nulle part en Chine pour l’agriculture?

Quatre-vingt-unième participation aux TWD - Sablés

Tempête de sable dans la région de Hebei

  • 1 t. beurre
  • ½ t. sucre
  • ¼ t. sucre glace
  • ½ c. à thé sel
  • 2 gros jaunes d’œufs à température ambiante
  • 1 blanc d’œuf
  • 2 t. farine
  • Paillettes de sucre coloré, noix finement hachées, bonbons, etc. (ou autres au goût)

Dans une grande jatte, à l’aide d’un batteur électrique, battre le beurre jusqu’à bien crémeux.
Ajouter les sucres et le sel et continuer de battre jusqu’à pâles et mousseux, environ une minute.
Incorporer les jaunes d’œufs à la maryse.
Ajouter la farine et battre à nouveau au batteur, seulement jusqu’à ce qu’elle soit bien incorporée (ne pas trop battre).
Terminer d’amalgamer la pâte avec les mains, sans trop la manipuler.
Transférer le tout sur une pellicule plastique, façonner un rouleau de 9" de long et l’envelopper bien serré.
Mettre au frigo au moins 3H ou encore mieux, toute une nuit.
Déballer le rouleau, le badigeonner de blanc d’œuf et le saupoudrer de paillettes de sucre coloré, de poudre de noix ou encore de bonbons au choix.
Couper le rouleau en tranches uniformes de ½ à ¼" (mais pas plus fin!) et déposer les tranches sur une plaque de cuisson préalablement tapissée de papier parchemin.
Faire cuire au four sur la grille du centre, à 350° pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à légèrement dorés.
Laisser complètement tiédir à température ambiante et conserver dans une jarre à biscuits ou une boîte de métal.
Source: Baking, From My Home to Yours - Dorie Greenspan - déclinaison


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vibi 521 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte