Magazine Culture

Oedipe Roi au Théâtre des Osses

Publié le 08 décembre 2009 par Alain Bagnoud

René- Claude EmeryOn peut lire d'une façon particulière Oedipe Roi de Sophocle, mis en scène par Gisèle Salin et magnifiquement interprété par René-Claude Emery, en même temps fort, innocent, exigeant et pur: comme une fable qui montre l'humiliation du mâle.
Le roi, campé au début comme un macho dominateur, dictateur paternaliste, perd peut à peu ses certitudes en même temps qu'il se découvre lui-même et que deviennent visibles à ses propres yeux les ressorts qui l'animent, le constituent, à mesure que le personnage public, social, historique qu'il s'est construit cède devant la vérité intime, oubliée ou niée.
Toute sa virilité cède alors petit à petit. Le doute la fissure, révélant ses côtés féminins, puis transformant finalement Oedipe en une larve rampante, à la fin de la pièce.
Il y a un deuxième volet à cette mise en scène, une deuxième pièce qui était jouée ensuite, le soir où j'étais à Sierre, aux Halles (le 5 décembre). Jocaste Reine, de Nancy Huston.
Je n'ai pas vu ça. Il me fallait rentrer et les horaires des chemins de fer sont plus implacables encore que les oracles des dieux grecs.
Mais je serais curieux de savoir si un point de vue complémentaire à celui que j'ai vu dans Oedipe Roi, un point de vue féminin ou féministe, s'y manifeste...

Théâtre des Osses, jusqu'au 12 décembre, supplémentaires 22 et 23 décembre à 19 h


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alain Bagnoud 665 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte