Magazine Poésie

Le sentiment d’une solitude déchirante (Jean Follain)

Par Arbrealettres

Le sentiment d’une solitude déchirante (Jean Follain)

Le sentiment d’une solitude déchirante
et d’une certaine incommunicabilité du monde
était parfois donné par la vue d’une brouette vide
vide encore chaude de la fumure transportée.
Le jardinier s’en était allé boire:
il se pouvait qu’il ne revînt jamais.
Je me disais que je lui avais quelques fois parlé.
A bien réfléchir, il se pouvait que je lui aie dit cent mots.

Les oiseaux passaient à tire-d’aile, les horloges sonnaient
et les ombres s’allongeaient sur le sol blanc.

Le jardinier n’était pas mort, il n’avait eu qu’une attaque.
Il ne parlerait plus et resterait sur un banc
devant sa porte et des mouches en pleine vie
marcheraient dans ses mains sur lesquelles tremblerait
l’ombre dentelée des feuilles pacifiques.

(Jean Follain)

Illustration


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les passions (Jean Follain)

    passions (Jean Follain)

    un été passe sur le monde un chien a pour dix ans de vie chacun poursuit sa passion et si l’un boit du vin fort l’autre refait la machine propre à sa vengeance... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • La chape (Jean Follain)

    chape (Jean Follain)

    Passé les champs de blé passé le bois glacé par-delà les troupeaux et les monts parmi la ronce et l’églantier au domaine des fourmis rouges une chape de drap... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • La Bête (Jean Follain)

    Bête (Jean Follain)

    Assise en un corps de logis où conduisent d’anciens chemins vit une bête qui n’attend rien du monde des pièces communiquent des portes se ferment et des nuits... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Métaphysique (Jean Follain)

    Métaphysique (Jean Follain)

    Quand ils l’aperçoivent au fond des chaumières ses mains soutenant le bol à fleurs bleues devant ses seins tendres ils sentent l’ardeur puis tout s’évapore du... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’empailleur d’oiseaux (Jean Follain)

    L’empailleur d’oiseaux (Jean Follain)

    L’empailleur s’était assis devant les gorges roses les ailes vertes ou mauves de ses passereaux rêvant à son amante au corps si différent parfois si près aussi... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Natures mortes (Jean Follain)

    Natures mortes (Jean Follain)

    Le sel dans la cupule en buis gardait le secret des cristaux une sombre robe et de soleil gorgée conservait un suc léger d’avoir frôlé les fleurs une boucle d’o... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Apparition de la vieille (Jean Follain)

    Apparition vieille (Jean Follain)

    L’escalier craquait sous son pas son dos ployait sous la ramée. C’était la vieillarde ridée des contes de veillée à la chaumière intacte. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine