Magazine Caricatures

Espagne, le poids du franquisme

Par Va33

Tempête sur la mémoire espagnole
L'Espagne va profiter d'une loi de réhabilitation des victimes du franquisme, pour rendre un peu plus présentable l'encombrant mausolée franquiste qu'est la basilique du Valle de los Caidos, où est enterré le "caudillo" Francisco Franco.
La loi dite de la Mémoire historique qui sera soumise mercredi au vote des députés, prévoit de "dépolitiser" cet imposant monument creusé dans la montagne à une cinquantaine de kilomètres de Madrid. Selon un amendement au projet de loi du gouvernement socialiste, il sera désormais interdit de rendre hommage sur place au général Franco ou à son mentor idéologique, Primo de Rivera, qui y est également inhumé.

Jusqu'à présent, chaque 20 novembre, jour anniversaire de la mort de Franco (20 novembre 1975) et de Primo de Rivera, fondateur de la Phalange (20 novembre 1936), y était marqué par des cérémonies de nostalgiques d'extrême-droite. En vertu de la future loi, cette immense nef de 262 mètres de long, creusée dans le roc et surmontée d'une immense croix, sera "régie strictement" comme n'importe quel autre lieu de culte. De plus, les deux énormes écussons de pierre aux armes du régime franquiste qui ornent l'entrée, pourraient être éliminés, selon un autre aspect de la loi stipulant le retrait de tous les symboles restants de la dictature.
Mais, il sera difficile de rendre parfaitement neutre ce lieu voulu par le caudillo pour "célébrer la mémoire de ceux tombés pour la glorieuse croisade", les combattants franquistes de la guerre civile (1936-39) qui avaient renversé le gouvernement républicain élu du Front populaire. Une tentative avait déjà été faite sous Franco lui-même pour rendre plus acceptable l'endroit, aux yeux du Vatican notamment, avec l'accueil des dépouilles non seulement des Franquistes mais aussi de Républicains. Au total, 40.000 à 60.000 personnes seraient inhumées dans des cryptes, aménagées au fond de la basilique.
"Plutôt que dépolitiser ce lieu, il faudrait au contraire le politiser et parler des 15.000 prisonniers politiques" qui ont travaillé à l'excavation de la basilique, ajoute-t-il. Mais, pour la porte-parole d'Amnesty International Espagne, Eva Suarez-Llanos, la décision de "dépolitiser" l'endroit peut "aider à la réhabilitation morale des victimes" du franquisme. Cependant, "une réhabilitation authentique passe par l'accès à la vérité, la justice et la réparation", ce que la future loi de la Mémoire historique ne garantit pas pleinement, selon elle.

Les associations de victimes ont réclamé en vain que la dépouille de Franco soit déplacée vers un cimetière privé et que la Valle de los Caidos abrite désormais un centre de mémoire historique sur la guerre civile.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Va33 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte