Magazine Environnement

Les jeux olympiques prennent un tournant écologique

Publié le 21 décembre 2009 par Alternativechannel
La ville de Vancouver souhaite gagner la médaille d’or du développement durable lors des jeux Olympiques 2010. Par alexa Tymocko ©Andrew Raun La troisième ville en importance du Canada vise la médaille d’or à l’ouverture des JO d’hiver en février prochain. Vancouver s’affiche comme la métropole la plus verte au pays et en fera la promotion lors de cet événement qui rassemblera 205 nations autour du flambeau. Le Comité d’organisation des jeux (Covan) a soutenu qu’il laisserait un bilan environnemental neutre après les célébrations. Un objectif difficile à réaliser alors que 1,8 million de visiteurs et 5 500 athlètes sont attendus pour l’occasion. Les secteurs de l’hôtellerie, de l’industrie touristique, de la restauration et du transport battront leur plein! Cette révélation est la première du genre dans toute l’histoire du mouvement olympique. Le COVAN s’est engagé à neutraliser l’impact des émissions de carbone générées avant et pendant le Jeux d’hiver. Et il doit convaincre les visiteurs à faire de même. Une facture pour les visiteurs Les visiteurs voyageant par avion pourront calculer la facture de carbone de leur voyage et acheter des crédits pour financer ces actions. Mélanie Wong, responsable du marketing chez Offsetters espère «créer un ensemble de bonnes pratiques qui seront suivies par les futurs comités d’organisation olympiques». Le total du leg carbonique a été calculé à 268 000 tonnes d’émissions de carbone par le Centre pour la durabilité et l’innovation sociale de Sauder School of Buisiness de l’Université de Colombie-Britannique. Cela équivaut à 49 084 véhicules en fonction ou à l’Électricité utilisée dans 37 171 maisons pendant une année. ©John Johnson Selon Deborah Carlson, spécialiste du changement climatique de la Fondation David Suzuki, le programme de compensation de CO2 vise seulement moins de la moitié de ces émissions. La Fondation estime que 100 000 tonnes d’émissions de carbone indirectes sont directement attribuables aux voyages en avions prévus par les spectateurs. Malheureusement, avec l’expérience, seulement 5% des voyageurs consentent à compenser leur vol monétairement. Voyager intelligemment De leur côté, les représentants du COVAN, au nombre de trois, voyagent en voiture hybride dans un seul convoi au lieu de trois. Ils encouragent fortement les touristes à se déplacer intelligemment en se renseignant avant de partir. Résidents et spectateurs seront appelés à contribuer à la réussite du plan de transport intégré en laissant leurs véhicules à domicile et en privilégiant le transport en commun, les déplacements à pied ou à vélo, le covoiturage et les voyagements collectifs si le déplacement est absolument nécessaire. L’augmentation des transports en commun de ces zones clé permettra aux touristes de voyager plus facilement. À Whistler et dans le corridor Sea to Sky, la capacité de ces transports sera plus que triplée pendant la période des jeux d’hiver. Des bâtiments certifiés LEED Quelques-uns des sites olympiques ont été adaptés aux bâtiments et aux pistes déjà existants. Les nouvelles infrastructures construites pour l’occasion ont été, quant à elles, construites selon des normes environnementales très strictes. Six d’entres elles visent la certification internationale or et argent du LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). "Nous ne les avons pas seulement conçues selon des normes environnementales mais également dans le but d'être utiles pour la communauté", affirme Ann Duffy, directrice de la Durabilité au Covan. De telle manière qu’au sud de Vancouver, l’Anneau de Richmond, site du patinage de vitesse, est ouvert au public et utilisé aussi par les sportifs depuis un an déjà. Il sera par la suite transformé pour héberger deux sites de hockey, huit salles de basket et une salle de gymnastique. Ce site a été pensé et modelé de façon verte. Tout a été pensé pour réduire l’empreinte environnementale : la chaleur résiduelle provenant de la fabrication de la glace pour chauffer le bâtiment, l’eau de pluie utilisée pour alimenter les toilettes ainsi que le système d’irrigation du site. Sans ces efforts, le comité estime que leur bilan de carbone serait de 20% plus élevé.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alternativechannel 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog