Magazine Cinéma

"AU REVOIR, A JAMAIS" ( 1996 ) de Renny Harlin

Par Charlyh

Chers amis, chers ennemis, si vous vous attendiez peut-être à ce que ce soir je traite de la suite de « PIEGE DE CRISTAL » « 58 MINUTES POUR VIVRE » qui se passe également un soir de Noël ( John McLane étant venu cette fois attendre son ex-épouse à la descente de l’avion qui la voit arriver de L.A. quand il remarque que quelques terroristes – parmi lesquels un débutant - ont décidé d’envahir cet aéroport new-yorkais ) et bien, non, je ne le ferai pas.
Et poursuivons cette thématique des films de Noël irrévérencieux avec celui-ci :


«  THE LONG KISS GOODNIGHT » ( 1996 ) de Renny Harlin

Institutrice dans une petite ville américaine qui s’apprête à fêter comme il le faut et traditionnellement les festivités de Noël, Samantha Caine aurait tout pour lui réussir, un mari aimant et une petite fille qu’elle adore, si la mémoire ne lui manquait pas.
Car, effectivement et malheureusement, amnésique, elle ignore tout de son passé. Et c’est bien pour cela qu’elle emploie Mitch Hennessey, ex-flic devenu détective à la moralité douteuse, pour enquêter sur son passé… En vain. Du moins, jusqu’à un accident de la route réveille chez elle de sombres souvenirs ( et réflexes ) et que son exposition à la télévision lors d’une parade de Noël pousse un criminel à s’évader pour la retrouver et vouloir la tuer.
S’il n’y avait que lui.
Et qui est Charlie ?

Point échaudé par le bide, l’année 1995 précédente ( bien que sortit en février 1996 en France ), de son « ILE AUX PIRATES », que le réalisateur américain, aujourd'hui, d’origine finlandaise offrit à son épouse Geena Davis ( héroïne de "LA MOUCHE" mais surtout de "THELMA & LOUISE" - et aussi "BEETLEJUICE" - qu’il retrouve dans ce film également ), le réalisateur du « CLIFFHANGER » de Sylvester Stallone en 1993 retrouve donc encore une fois sa sculpturale épouse rousse pour lui offrir ce double rôle d’institutrice bon chic bon genre amnésique qui dissimule en fait l’identité et la passé d’une tueuse à gages expérimentée pour la CIA.
Mixant les sombres souvenirs d’assassin à la « TOTAL RECALL » de Paul Verhoeven ( en 1990 ) et révélations mortelles sur le passé d’un agent secret comme dans cette « Mémoire dans la Peau », téléfilm de 1988 avec Richard Chamberlain dans le rôle de Jason Bourne adaptant déjà le roman de Robert Ludlum, le scénario de Shane Black ( scénariste sur la saga du buddy movie ultime « L’ARME FATALE » et autres « DERNIER SAMARITAIN » et « LAST ACTION HERO », parodie tribute du film d’action ) va permettre sur 120 minutes explosives au réalisateur du « CAUCHEMAR DE FREDDY » d’enchainer de putains de scènes d’action que ses acteurs masculins, Sly ou Bruce Willis, pourraient envier à son épouse, faisant s’enchainer action et répliques humoristiques tout au long de l’enquête puis de la survie de Charlie Baltimore et son sidekick Mitch Hennessey ( interprété par l’acteur Samuel L. Jackson, qui après des succès comme « PULP FICTION » ou « UNE JOURNEE EN ENFER » allait retrouver Renny Harlin dans le film suivant du réalisateur « PEUR BLEUE » avant d’enchainer les rôles mythiques dans des sagas comme « STAR WARS » ou son incarnation de Nick Fury à venir ), inversant les codes classiques du film d’action, faisant de la femme celle qui a les couilles et d’un mec son suiveur…
Film sortit en France le 11 décembre 1996 ( vous voyez que c’est un film de Noël ), « AU REVOIR A JAMAIS ( THE LONG KISS GOODNIGHT ) » restera, hélas, un flop commercial pour New Line n’engrangeant même pas la moitié de son budget : à peine 33 millions de dollars de recette pour 65 dépensés !! En faisant un film d’action méconnu ou décrié par les professionnels de la profession dont, je crois, finalement certains n’auront pas su voir le coté divertissement pur du projet, ce quatrième gros projet du réalisateur Finlandais étant un vrai bon film pop-corn comme il sut en réaliser alors avant de se perdre et s’égarer dans des projets de commandes de studios comme ces « DRIVEN » avec Sly, « PROFESSION PROFILER » et son huis-clos enneigé qui va décimer sur la trame d’un énième « 10 Petits Nègres » cinématographique des enquêteurs du FBI et flics avant de disparaître avec l’une des doubles moutures de cet « EXORCISTE, AU COMMENCEMENT » mais surtout ce « COVENANT, LE PACTE DU SANG » ( que David Decoteau ne renierait pas avec quelques éléments crypto gay de plus au scénario de J.S. Cardone ) en 2006.
Mais où est donc passé l’explosif réalisateur de « 58 MINUTES POUR VIVRE » ?
Car oui, m’sieurs-dames, Renny Harlin est aussi le réalisateur de la suite de ces péripéties de John McLane en 1990.
La boucle de cet article consacré à des films de Noël irrévérencieux étant bouclée puisque l’on est revenu au film que vous pouviez attendre et dont je parlais en introduction.
Et sur ce la bande-annonce française de ce film que je ne saurai trop vous recommander, si vous ne voulez pas réfléchir mais vous divertir tout de même, et comme le dit le titre français ( plus que le titre canadien « SOUVIENS-TOI CHARLIE » vendant un peu la mèche blonde décolorée ) « au revoir, à jamais » ?

Un titre "Who are you ?" des Who qui collera bien mieux à cette bande-annonce qu'à certaines séries, non ?

Vous pouvez éteindre votre télévision et surtout que je ne vous prenne plus jamais à fumer une clope en cachette !!

Fiche IMDB ( en français ) du film
HH


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Charlyh 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines