Magazine Cinéma

"Chrysalis" : naissance opaque d'un réalisateur

Par Vierasouto

David Hoffmann (Albert Dupontel), lieutenant de la police européenne, accepte de reprendre du service pour traquer l'assassin de sa femme, soupçonné de meurtres en série. Son enquête le conduit dans une clinique sophistiquée dirigée par un médecin femme, le professeur Brügen (Marthe Keller).
Film fantastique français et premier film d'un jeune réalisateur, Julien Leclercq, un projet ambitieux dès le départ, trop ambitieux sans doute. A l'arrivée, un film patchwork remarquablement glacé, suite de tronçons d'histoire juxtaposés avec une vocation plus esthétique que scénaristique. C'est là où le bât blesse, bien qu'on remarque une manière de filmer prometteuse, la recherche de style grignote le récit, le nécrose.


...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines