Magazine Culture

On y était - Battles à l’Elysée Montmartre

Publié le 22 décembre 2009 par Hartzine

battles4801Battles à la soirée WARP, l’Elysée Montmartre, Paris, 8 décembre 2009

J’avais vaguement traîné sur la page myspace de Battles quelques semaines plus tôt, c’est donc quasi-ignorante, que je me suis rendue à ce concert, assez friande que je suis de découvertes rafraîchissantes. Ouvrez les écoutilles, laissez-vous pénétrer… Hum. De Battles je ne connaissais donc rien. Hormis cette appartenance au label WARP qui, l’exigence et la “pointitude” mise à part, ne m’en contait pas plus. Après le très bruitiste duo Nice Nice et le dj set pour le moins déconcertant d’anachronisme de Four Tet (qui a essayé de nous faire croire qu’il était 3h du mat’ et que la fête battait son plein, alors qu’il n’était que 21h ma gueule), Battles arrive, reprenez votre souffle.

Petit historique des familles : Battles se met au monde en 2006, se fend de quelques Eps, et d’un album Mirrorred en 2007, tout ceci qualifié par mes consorts journalistes de math-rock ou de post-rock. Vous savez ce genre un peu obscur et franchement 90’s, avec des types bien allumés qui prolongent des riffs vaporeux et/ou râpeux sur des plages cds défiants les lois de la norme. Mais si, rappelez-vous Tortoise, et surtout Mogwai. Qu’est-ce que j’ai pu déprimer en écoutant Mogwai! C’était pas leur faute les malheureux, j’étais juste en pleine post-adolescence dans ces années là. Mais les influences de Battles sont plus bigarrées encore…

Sur scène en effet, la batterie de John Stanier se fait furieuse et sèche, quand on sait que ce monsieur a officié chez feu-les très énervés-Helmet, on n’en est plus surpris. Le chanteur, Tyondai Braxton, ajoute lui aussi une couleur à la bataille qui lorgne vers le free-jazz. Entre impro et effets distordus absurdes et complètement assumés, on croirait voir sourire les clowns moqueurs de Mr.Bungle et surtout les frappés de Primus. Cette facette-là, j’avoue j’aime bien. On est toujours dans les 90’s, mais celles qui manquent un peu aujourd’hui. Osé et marteau.

Pour le reste, je suis restée sur le bord de la route, même si mes acolytes de show ont tout tenté pour me convertir. Les musiciens de Battles sont de vrais nerds, dans le bon sens du terme j’entends, et il ne fait aucun doute qu’ils se font foutrement plaisir sur scène, il n’y a qu’à voir le grand sourire de ce type au prénom imprononçable. Mais le côté “on s’fait un boeuf” sur scène remporte rarement mon enthousiasme, surtout quand il s’agit d’un genre qui ne me touche finalement plus beaucoup, les affres torturés de ma jeunesse, que je ne peux m’empêcher d’associer à ce son, depuis un (petit) moment dépassés.

Virginie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hartzine 83411 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines