Magazine Culture

Asteraï de ...

Par Sylvie

OMRI TEG'AMLAK AVERA
Actes Sud, 2009
Asteraï de ...
1er livre écrit en hébreu par un éthiopien "falasha"
Ce roman original est intéressant à plus d'un titre ; il traite d'un thème peu exploré par la littérature hébraïque, le retour des Juifs d'Ethiopie dans l'Etat d'Israël dans les années 80. Le récit oscille toujours entre conte initiatique africain, récit biblique et docu fiction sur le peuple méconnu des falashas, ces juifs africains qui après deux millénaires d'exil souhaitèrent réintégrer la Terre Sainte.
L'Ethiopie est un royaume à l'histoire fabuleuse : c'est le pays de la Reine de Saba qui eut un enfant du Roi Salomon prénommé Ménélik; C'est à lui que l'on doit dans la Bible d'avoir préservé l'Arche de l'Alliance après les invasions babyloniennes de Nabuchodonosor. Ainsi, l'arche mythique serait cachée dans une grotte d'Ethiopie. Et après l'invasion babylonienne, une partie du peuple juif, avec le prophète Jérémie, aurait  trouvé refuge en Ethiopie.
L'Ethiopie, royaume copte, est aussi le premier pays chrétien d'Afrique.
Ces falashas ("exilés" en langue guèze) furent sous le feu des projecteurs lorsque la guerre civile et la famine poussèrent des milliers de felashas à émigrer vers Israël, en traversant le désert soudanais. C'est le sujet du merveilleux film Va, vis et deviens.

Ce roman est l'histoire du jeune Petgu, enfant des montagnes d'Ethiopie, berger gardant ses chèvres sur les pâturages verdoyants de son pays. Sa grand-mère l'initie à "la langue du silence de Dieu" ; il doit tuer son orgueil pour arriver à s'unir avec l'univers, à comprendre le langage des arbres et des animaux. C'est ainsi qu'il verra l'Asteraï, l'oiseau mythique des falashas, l'oiseau noir au bec orange qui guida les juifs vers l'Ethiopie et qui est appelé à refaire le chemin inverse pour assurer le retour à la Terre promise...
Le petit Petgu apprend, se purifie dans la rivière, jusqu'au jour, où effectivement, il entend la voix du silence.
Il est alors temps de prendre le chemin, en famille, d'Israël. Mais c'est une marche de la faim et de la mort qui les attend dans le désert soudanais. Puis, à l'arrivée à Jérusalem, le rejet de la communauté blanche qui refuse leur judéité.
Petgu sombrera alors dans l'amertume et la violence au point de ne plus entendre la voix du silence...Jusqu'au jour où il retrouvera au fond d'une boite le sac de grain qu'il avait recueilli en Ethiopie...
Ce récit initiatique est vraiment à mi-chemin entre deux cultures : on retrouve le conte africain où on lutte contre les esprits, où les ancêtres jouent un rôle prépondérant. Puis il y a aussi toute une influence biblique, la quête de la terre promise, avec en conclusion, le récit des origines de ce peuple.
Mais ce récit spirituel est au dessus de toute religion : c'est d'abord et surtout la défense de toute la culture d'un peuple méconnu, de ses particularités au sein d'une communauté religieuse mondialisée. A travers le conte métaphorique du lion sans crinière et sans croc, l'auteur défend la survie de toute culture qui soit, quelque soit l'importance de la communauté.
Instructif, original et envoûtant.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sylvie 700 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines