Magazine Conso

Charity Business (Monkey Business ?)

Publié le 23 décembre 2009 par La Bienveillante @Ema_Dellorto

J'enfile mon habit de redresseuses de torts.

"Les créateurs de mode et les maisons de luxe se soucient des plus démunis. Pour les fêtes, le partage est à l'honneur. Plaisir d'offrir se conjugue avec charité et éthique. "

"Les bénéfices de cette vente exceptionnelle (de foulard Maje) iront à Mécénat Chirurgie Cardiaque, une association qui depuis 1996 met en oeuvre des opérations pour sauver des enfants du monde entier. Alors pour vous offrir une pièce signée Vanessa Paradis et faire une bonne action, vous savez ce qu'il vous reste à faire ! "

"La célèbre 5e Avenue de New York a réuni un parterre de stars et de VIPs mercredi soir, à l’occasion du lancement mondial de la campagne Gucci en faveur de l’Unicef avec Rihanna…"

"Inès de la Fressange, Emma de Caunes, Julie Gayet et Cathy Guetta ont accepté la « mission » de prendre des photos des défilés de mode de la Fashion Week de Paris, suivies par Aure Atika, Marisa Berenson, Astrid Munoz et Olivia Bonamy afin de couvrir la semaine de la Haute Couture. Tous ces clichés ont été vendus aux enchères silencieuses... Les bénéfices des ventes seront reversés aux associations caritatives choisies par ces 8 personnalités."

"Frimousses de créateurs est une opération organisée par l’Unicefen collaboration avec de prestigieux créateurs de mode. C'est Laeticia Hallyday qui est la marraine de cette opération. Ces créateurs mettent leur imagination et leur talent au service des enfants en réalisant de superbes poupées griffées, uniques et originales, destinées à être vendues aux enchères. Les fonds collectés sont intégralement reversés à l’Unicef pour financer des programmes de vaccination au Darfour."

"Depuis 2003, le BHV apporte son soutien à l’association « Dessine l’Espoir » en faveur des femmes séropositives africaines. 22 produits de grands créateurs Jean-Charles de Castelbajac, Paul Smith, Lolita Lempicka, Xuly Bët, Viktor&Rolf ou encore Alber Elbaz… autant de grands noms de la mode qui ont accepté de s’engager aux côtés de l’association."

"En offrant le bracelet Love Charity, célèbre petit cordon de couleur relié à un anneau, vous permettez de collecter des fonds pour une cause juste.  Après avoir soutenu, en 2006, La Voix de l’Enfant, Cartier France a choisi d’aider ELA, (Association Européenne contre les Leucodystrophies)."

"Céline organisait ainsi la troisième édition du projet "Poulbot Charity", invitant les enfants de Madonna, d'Isabelle Adjani ou de Roman P.ki à exprimer leur créativité sur le célèbre sac Pulbot de la maison. Résultats : la collection a permis de récolter plus de 38 000 euros pour l'association Rêves, qui a vocation à réaliser les rêves d'enfants gravement malades. "Même tendance chez Goyard. En novembre dernier, la célèbre bagagerie de luxe a demandé à 17 célébrités de customiser ses modèles emblématiques. La vente a permis de recueillir 80 000 euros au profit de la recherche contre le cancer de l'ovaire."

"Certaines marques s'engagent de façon significative pour la bonne cause: c'est le cas de la légendaire enseigne Hermes , qui réédite son célèbre modèle de carré de soie "Perspective" au profit de la Fédération internationale des ligues des Droits de l'Homme (FIDH). Ce carré incarne " Une façon d'ouvrir de nouvelles "perspectives" aux femmes victimes de discrimination", d'après la maison Hermes."

Est-ce que je vais me foutre de la gueule de ces initiatives ?

Pas trop. Le cas Celine est quand même immanquable. Faire dessiner de la maroquinerie de luxe aux enfants de people, à vous de juger...

Charity Business (Monkey Business ?)

Charity Business (Monkey Business ?)

Charity Business (Monkey Business ?)

 

Charity Business (Monkey Business ?)

Un grand classique lorsqu'une marque se lance dans la charité : les produits ne sont pas "normaux".

Sauf dans le cas Hermes qui reprend un classique  :

Charity Business (Monkey Business ?)

Mais cela ne fait pas recette.

Hermes + FIDH : 8 500 google-choses (langues anglais et français).

Gucci + Unicef : 259 000 google-trucs.

La créatrice de Gucci crée une collection spéciale pour l'évènement. En 2008 cela donne :

Charity Business (Monkey Business ?)

Spéciale signifie en général "pas terrible" tout du moins "discutable"en charity business.

Pour 2009 : le snowman.

Charity Business (Monkey Business ?)

C'est le souci : aide-toi et le ciel t'aidera. Puisqu'il s'agit en général de financer les petits enfants, ils sont mis à contribution.

Par exemple :

Charity Business (Monkey Business ?)

Charity Business (Monkey Business ?)

Charity Business (Monkey Business ?)

Marni (My Own and Dreams of Growing Up, pour des écoles en Amérique du sud et au Tibet, si je ne confonds pas).

On peut préférer quand c'est un créateur qui confectionne la chose...

Kitsuné, pour l'opération Maje.

Charity Business (Monkey Business ?)

By Malene Birger pour l'Unicef :

Charity Business (Monkey Business ?)

Sans se fouler, tout doux, parfois :

Charity Business (Monkey Business ?)

Stella McCartney pour Gap.

Notez, dans ce cas, 50% seulement des bénéfices sont reversés au projet RED.

Maje, au contraire, reverse 100% des bénéfices à l'association choisie. "L'objectif serait de pouvoir opérer 5 enfants avec les fonds récoltés". C'est précis.

Hermes a l'air de reverser LE CHIFFRE D'AFFAIRES : le chèque pour l'acquisition du foulard doit être libellé à l'ordre de la FIDH.

Gucci, eux, ne reversent que 25% des bénéfices. Ce qui nous fait cependant 7 millions de dollars réunis en cinq ans. Un peu moins de 5 si on compte en euros. 1 million d'euros par an. Honorable: le Gucci Group a un chiffre d'affaires qui tourne autour de 800 millions d'euros par an.

Oui mais. 1/3 de cet argent a été apporté en un seul soir. Un gala. A NY. Aux nations-Unies. Organisé par Gucci d'accord. Tiens, le jour même où ils ouvraient un magasin sur la 5ème Avenue. Le plus grand du monde. L'argent récolté ? Des enchères loufoques. "Une invitée a absolument tenu à débourser 600 000 dollars pour une heure de yoga avec Madonna et Gwyneth Paltrow".

Et le sac. Le prix du snowman pour l'Unicef est de 1650 euros. Quelle est la marge ? Le classique (un joy de taille moyenne) non dessiné par un dessinateur de génie, est à 710 en cuir. En toile à 430. Notre snowman est en toile avec du patchwork de cuir.

Charity Business (Monkey Business ?)

La marge a l'air sympa. Plus importante que sur un sac non charitable (75% des bénéfices du coeur dans la poche de Gucci ?).

(notons qu'un autre unicef-bag tout en toile est à 475 euros, donc seulement 45 euros plus cher que la version égoïste, soyons juste)

Céline fait un peu pitié avec une somme récoltée de 38 000 euros.

Quand Jane Birkin offre son sac Birkin perso pour qu'il soit vendu aux enchères au profit de la FIDH elle en rapporte 74 000 ! Qui aurait pensé qu'elle valait plus de 3 fois Naomi Campbell (le sien est parti pour 21 000 euros).

Naomi ne se décourage pas et se tourne vers... Louis Vuitton pour créer un sac en compagnie de Marc Jacobs qui sera vendu au profit... (who cares ? children, probably)

Comme dirait une journaliste de mode : "Pour un journaliste de mode, les soirées caritatives s'enchaînent désormais aussi vite que les défilés".

Charity Business (Monkey Business ?)

Charity Business (Monkey Business ?)

Charity Business (Monkey Business ?)

Joyeux...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


La Bienveillante 718 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte