Magazine Cinéma

Max et les maximonstres

Publié le 23 décembre 2009 par Olivier Walmacq

23 décembre 2009

Max et les maximonstres

Warner Bros.

Genre: loin d'être un film pour enfants.

Durée: 1h40.

Année :2009.

L'histoire: Max est un petit garçon de 9 ans, très solitaire et un peu fou fou. Suite à une altercation violente avec sa mère, il s'enfuit de la maison et prend un bateau. Ce dernier va l'amener sur une île où résident les maximonstres. Il va devenir leur roi...

La critique de Borat

Adapté d'un conte qu'il me semble avoir lu, Max et les maximonstres est le nouveau film de Spike Jonze, réalisateur de Dans la peau de John Malkovitch et Adaptation.
On peut s'attendre forcément à un film calibré pour les enfants. Il n'en est rien .D'ailleurs avant sa sortie, des projections testq avaient fait pleurer beaucoup d'enfants. Ce fut d'ailleurs pour cela que la Warner l'a beaucoup repoussé.

Là ou d'autres seraient tombés dans le patho, ce film montre clairement la maturité d'un petit garçon. Chacun des maximonstres sont une de ses personnalités: le bourrin, le solitaire,...
Les créatures sont d'ailleurs magnifiques, bien faites et fidèles aux originaux. Ces dernières ont été confectionnées en compagnie de la Jim Henson Company (le Muppet Show ou encore Dark Cristal).

Farfelu, triste ou drôle, le film est différent selon l'humeur de Max. Si les enfants ne comprendront pas tout, l'adulte retrouvera son âme d'enfant.
On voit l'enfant qui sommeille en nous tous ou qui s'est perdu. Une chose souvent rare. Mais Spike Jonze n'est pas n'importe qui.
Les paysages sont très beaux, dont une très belle forêt. En résulte un très beau film qui fait revenir en enfance.

Note:17/20

la critique de Eelsoliver:

Forcément, on attendait beaucoup du dernier film de Spike Jonze, un réalisateur à l'univers surprenant et fascinant, qui avait déjà montré l'étendu de son talent dans l'inclassable Dans la peau de John Malkovich. Ici, Spike Jonze s'attaque à une adaptation difficile, celle de Max et les Maximonstres.
Le film nous raconte alors l'histoire d'un enfant perturbé, Max, en conflit avec sa famille, en particulier sa mère et sa grande soeur.
Même si le film ne le souligne jamais, on sent également l'absence du père.

Perdu, troublé par une dispute avec sa mère qui n'arrive pas à lui faire entendre raison, Max prendra la fuite: ce qui l'aménera sur une terre étrange peuplée de monstres géants.
C'est là qu'il fait la connaissance de créatures étranges qui s'amusent à détruire leurs habitations. Alors qu'il est menacé par les monstres en question (ces derniers ont envie de le dévorer), Max leur fait croire qu'il est leur nouveau roi.

Crédules, les créatures se laissent séduire par cet enfant qui leur fait oublier quelques temps leur solitude et qui leur promet de leur apporter le bien-être et une certaine perrinité.
Car avant tout, Max et les Maximonstres est un film fantastique triste. L'enfant révèle toute son animalité, son immaturité et sa colère alors que les créatures démontrent toute leur humanité, leur désanchantement et leur condition condamnée à la mélancolie.
C'est indéniablement la grande force de ce film définitivement inclassable.

Bien sûr, bon nombre des thèmes abordés par ce film échapperont peut-être au plus jeune public, mais ça reste une oeuvre brillante, poétique, animale mais finalement humaine.
L'ensemble est servi par une musique triste qui vient opacifer le message du réalisateur et le voyage initiatique de Max, qui ressortira de cette expérience grandi.
Un très beau film et une véritable réussite.

Note: 17/20 (comme Borat)

Posté par borat8 à 15:35 -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines