Magazine Culture

Anthologie permanente : Jacques Demarcq

Par Florence Trocmé

Trois extraits du grand œuvre (à paraître) de Jacques Demarcq : Zozios. Le premier est extrait de la section du livre baptisée Cummings, occasion de rappeler que Jacques Demarcq est un fin connaisseur et traducteur du poète américain (ce premier choix est une traduction d'un poème de 73 Poems) ; le second est issu de la partie intitulée 'Crivent, hommages à une théorie d'écrivains-oiseaux. J'ai choisi un extrait de "l'heidsieck". Et enfin un autoportrait tiré de la section Exquis disent ?

O the sun comes up-up-up in the opening

Oh le soleil ap-ap-ap paraît dans l'ouverture

du ciel(le tous les
chacun joyeux d'aucuns jolis chaque

oisel chantent oiseaux chante
gai-sois-gai car aujourd'hui est aujourd'hui)moi
jappe l'espiègle et le me nous

ronronne et fait-dit
meuh-heu le gentil qui à cornes
(le fringant avec les
trois blanches ses cataclops)

le grignegrogne tirebouchonné
mâchouillechillechonne qu'oui
le paradeur à crête se met à scretch et
scratch-scrotch

et scritch(pendant que
l'elle-non-lui-si froufroute en papotis
et patatas qu'elle-fait-lui-plus)& le

roh coh rih roh
rauq lance

autour des pelouses il y a des friches
il y a l'Ortie & l'Chien dent
des Goélands sur l'eau dl'étang
des Rossignols en ribambole
dans les ormaies, les aulnaies-peupleraies, palperai, charmeraies
tour à tour qui valsent
bougent des Pipistrelles au mois d'avril
des Crapauds pour que tu les caresses
des Musaraignes musettes dans les pelotes des Chouettes
qui habitent les combles avec nous
il y a une Grive d'Oise
qui essaie sa voix dans le cloître
4 h du mat'
autour de ta couche

[...]

(Note de Poezibao : je conseille de lire ce que Bernard Heidsieck dit lui-même de la composition de pour mieux goûter ce poème.)

tchakhatchak khatchak

Jacques Demarcq
quoi qu'ça cache ? ta tchatche

ton simulacre en syllablablague
qui plaque d'inaptes charabias
sur chaque aria d'piaf

ce débhabillage maniaque
des ramages d'parcs ou pacages
en affreux dits d'Jacques
vague viagra d'phrases hors d'Jacques

tout ça parce que ! pas cap
tu cales alors tu calques
volage qui dégoises des craques
parade calvalcade arnaque
lieu d'passage à l'acte
[...]

Jacques Demarcq, Zozios, extraits inédits.

Bio-bibliographie de Jacques Demarcq, extrait 1

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Philippe Jaccottet

    Lettre du Vingt-Six Juin Que les oiseaux vous parlent désormais de notre vie. Un homme en ferait trop d'histoires et vous ne verriez plus à travers ses paroles... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Nicole Brossard

    on appelle bruit de beauté la mer soudée au sel dans l’infiniment nuit au-delà de tous les récits on appelle aussi bruit de beauté le silence sa signature... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alain Suied

    L’enfant qui appelle au fond de chacun reste tapi dans l’obscurité de l’abandon. Il faudrait le prendre dans les bras et lui murmurer la berceuse du retour. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jacques Dupin

    Grand vent Nous n’appartenons qu’au sentier de montagne Qui serpente au soleil entre la sauge et le lichen Et s’élance à la nuit, chemin de crête, À la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Guy Viarre

    Comme – Non pas comme Comme non pas – créature se halant se cherchant par halage Guy Viarre, Pire, Fissile, 2005, sans pagination *** cela qui cogne dans la têt... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Maryse Hache

    il fait juillet à n’y pas croire elle tombe la petite pluie fine et tendre sur le noisetier le pin les lauriers-palme les rhododendrons les orangers du mexique... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Ludovic Janvier

    Ramuz écrit que la pensée remonte les fleuves. Qui les descend, c’est la rêverie. Sans doute quelque part un gourmand de rivière et de langue aura-t-il déjà... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines