Magazine Beaux Arts

Une nouvelle acquisition pour le Louvre

Publié le 01 janvier 2010 par Louvre-Passion

Permettez moi d’abord de vous souhaiter une bonne année 2010.

Depuis décembre 2009 le Louvre possède un nouveau tableau d’Ingres, il s’agit du portrait du comte Mathieu-Louis Molé, peint en 1834. Cette œuvre était la propriété de particuliers qui, à la suite d’une tentative de cambriolage, ont décidé de la vendre. Selon la presse, tout d’abord estimée à 30 millions d’euros, elle a finalement été cédée 19 millions par les vendeurs qui souhaitaient qu’elle reste en France. Le Louvre a quand même fait appel au Amis du Louvre, au mécénat d’Eiffage, de la Banque de France et de Mazars pour réunir la somme.

Mathieu-Louis Molé

Au moment d’écrire cet article je me suis souvenu de l’exposition « Ingres » qui avait eu lieu entre février et mai 2006, en relisant le catalogue j’ai retrouvé ce tableau.

Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), est une figure du courant néoclassique opposé au courant romantique mené par Eugène Delacroix et Théodore Géricault. En 1834 c’est artiste reconnu qui reçoit de nombreuses commandes et cette année là le comte Mathieu-Louis Molé lui commande son portrait. Molé est un homme politique important, il sera d’ailleurs président du Conseil, c'est-à-dire chef du gouvernement, entre 1836 et 1839. Le catalogue de l’exposition m’a appris que la réalisation de ce portrait fut longue (entre mars et octobre 1834). Confronté à de nombreuses commandes Ingres avait fait appel à des collaborateurs mais son souci de la perfection le fit revenir à de nombreuses reprises sur cette toile. Finalement le tableau achevé fit « l’admiration du roi et de la famille royale » selon le Journal des artistes du 30 novembre 1834. Le portrait Mathieu-Louis Molé se caractérise par sa sobriété, du décor on ne voit qu’un fauteuil sur lequel s’appuie le modèle, un livre et une plume sur une commode. Les effets de lumière éclairent son visage grave et un brin mélancolique ainsi que ses mains dont l’une tient des lorgnons.

Avec cette œuvre le Louvre possède désormais un « triptyques » de gens de pouvoir peints par Ingres. Elle s’ajoute au célèbre portrait de Monsieur Bertin, grand patron de presse de l’époque et à celui du duc d’Orléans, fils du roi Louis-Philippe.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Louvre-Passion 308 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte