Magazine Cinéma

Une semaine sur deux …

Par Gicquel

« Une semaine sur deux (et la moitié des vacances scolaires) » de Ivan Calbérac ( TF 1 Video )

Date de sortie cinéma : 22 juillet 2009
Film disponible en DVD le : 6 janvier 2010

Moi je vois Mathilde Seigner et Bernard Campan au générique, je n’hésite pas. Dans des registres différents, marqués par une filmographie tout aussi variée, ces deux supers comédiens ne m’ont jamais déçu.

Et ce n’est pas avec ce film que je vais réviser mon jugement, surtout qu’il leur faut bien du talent pour tenir à bout de bras une histoire qui une fois l’heure passée, s’essouffle, et accumule les scènes téléphonées. A fil du temps , c’est alors un film  de plus en plus convenu , et surtout très prévisible.

Une semaine sur deux …

Martille Chabert et Jean Baptiste Fonck, les deux jeunes comédiens très à l'aise dans cette comédie dramatique qui l'est beaucoup moins

Ces remarques pour évacuer le désagréable. Après quoi on peut saluer ce qui reste d’un bon film sur le sujet délicat des parents divorcés. Avec ce petit plus, original et casse-gueule, du regard porté principalement par les enfants. Chapeau au réalisateur , Ivan Calbérac qui les dirige sans manichéisme .  Egocentriques au possible, les adultes ne sortent bien évidemment pas grandis de ce salmigondis sentimental.

Cliquer ici pour voir la vidéo.

Une opposition dés lors systématique ( père-mère/enfants-adultes) relayée par  des approches éducatives et des styles de vie , qui là aussi diffèrent du tout au tout . La mère est speed et plus à l’aise dans son confort bourgeois, le père plutôt cool et sans le sou.

C’est un brin caricatural  et pourtant paradoxalement on évite les situations convenues pour mieux comprendre ce qui se passe dans la tête et le cœur de Léa ,13 ans,et de son petit frère , un écolo de la première heure. Ses remarques illuminées par une bouille ad-hoc font mouches . Du haut de ses sept ans , Jean-Baptiste Fonck est tout à fait admirable .

Les parents divorcent, les enfants trinquent , au milieu de leur petite vie qui malgré tout continue. Et quand le premier amour vient à vous tromper , c’est un autre monde qui s’écroule ,celui que s’apprête à affronter Léa , qui étrangement ressemble de plus en plus à celui que lui offre ses parents. Bertille Chabert parfaite dans son rôle, est d’un beau naturel .

Une semaine sur deux …

Le réalisateur force vraiment le trait, quand il  portraiture sans ménagement les instits d’hier et d’aujourd’hui . Et si tous les profs de géo ou de musique ne ressemblent pas à ceux qui les singent derrière la caméra, force est de constater que l’on a toujours rencontré un prof à l’haleine fétide et aux dents jaunes ….

LES BONUS

Dans un making off plutôt décontracté, les remarques de Campan et Seigner confirment les enjeux de la réalisation . Dont la première rencontre entre Bernard l’intello et Mathilde l’intuitive. On la voit sur le plateau super décontractée, s’amusant avec le maquilleur ou l’accessoiriste avant de se figer derrière un masque de comédie au moment du clap  « Ca je ne sais pas faire » s’amuse Bernard Campan «  je dois étudier mon personnage, m’en imprégner ». Jusqu’au moment d’une scène critique ( et pas très bien réussi, d’ailleurs )  autour de plusieurs verres de cognac, semble-t-il. Mais en réalité , entre deux prises Campan s’envoie quelques rasades de vodka-orange . Il ne s’en cache pas un instant, et c’est légèrement pompette qu’il termine la scène . «  Je crois que c’est la première fois que cela m’arrive sur un tournage » . Mais comme c’est pour la bonne cause, on lui pardonnera …

Une semaine sur deux …

19.99 €


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines