Magazine Culture

BD : Cixi de Troy, tome 1.

Par Corwin @LR_Corwin

Après avoir évoqué ici même il y a peu de temps, ma relative déception quant à la parution du nouveau “Lanfeust Odissey“, voici un autre épisode dans l’univers de Troy : “Le secret de Cixi”, tome 1. Arleston continue de parcourir les terres et les mers de Troy et, pour narrer les aventures de la sulfureuse Cixi, il s’est attaché les services d’un talentueux dessinateur : Olivier Vatine (Aquablue). Et c’est une vraie réussite !

couverture de cixy de troy

Autant Lanfeust Odissey n’apporte pas grand chose au cycle ni à l’univers de Troy, autant ce cycle autour de la belle Cixi est une excellente chose.
D’un point de vue scénaristique, Arleston évite ici les défauts principaux d’Odissey : on ne représente pas les singularités des personnages ou du monde, ils sont considérés connus… ou l’histoire en elle-même suffit à les dévoiler. On suit Cixi (dans ce qui est décrit comme un tome 5bis du cycle Lanfeust de Troy) entre l’épisode du palais de Xingdu où elle quitte Lanfeust par jalousie (le rouquin est toujours collé par C’ian) et le moment où on la retrouve aux côtés de Thanos, régnant sur Eckmül (tout en jouant les justicières la nuit).

Que s’est-il passé dans l’intervalle ? C’est la réponse à cette question que l’on trouvera dans ce dyptique.

Page 1 Cixi de troy (source Askell.com)

C’est un vrai bonheur de retrouver les dessins de Vatine ! Il met son talent au service d’un Cixi qui va se transformer petit à petit en guerrière redoutable. Cela va se passer au contact d’une bande de pirates, bande exclusivement composée….. de femmes ! Sexy en diable, ensorceleuse mais avant tout voleuses, courageuses et résolues. Elles ont toutes eu à souffrir de mauvais traitements des hommes et ont appris à se passer d’eux.

Entre Darshan et Eckmül, les bateaux lourdement chargés de riches cargaisons pullulent et les filles, à bord d’un magnifique sampang, exploitent le filon.
Olivier Vatine (dessin et colorisation) nous régale, Arleston s’est fendu d’une première partie bien ficelée, prenante. La déception “Odissey” est loin, très loin.
S’il fallait trouver un reproche ? Bon, okay, ce côté “gang de nénettes”, dévêtue et aguicheuses, aux mœurs libérées… ça sent un peu la nervosité “adolescente”. Un peu facile quoi… Mais en fait, cela colle tellement bien à l’idée que l’on a pu se faire de Cixi : farouchement indépendante, passionnée, impulsive, maîtresse de son sort.

Non. C’est très bon ! J’espère que le second tome sera du même souffle !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Corwin 69 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines