Magazine Cinéma

Des restes de 2009

Par Helen
DES RESTES DE 2009 Première trouvaille de 2010: le blogue Independent Eye, plein de tout ce qu'il faut pour rendre heureux et qu'on trouve sur le site de l'Independent Film Channel. Parmi leurs fulgurances, ce billet titré "7 leçons à retenir de 2009". Certes, c'est encore une liste, mais ça change des tops...
En 2009, on aura donc appris que:
-les stars comptent. En quelque sorte: surtout pour aider la carrière des films indépendants. "It gives the impression your film's something special enough to encourage someone famous to take a pay cut."
-la 3D est ici pour toujours
-les gens ont vraiment, vraiment aimé Mulholland Dr. "I have to admit I never though I'd be living in a time where one of Lynch's more inscrutable exercises is a consensus pick. We live in a beautiful world, etc, etc."
-le mouvement mumblecore (films indie à mini-mini budget et tout ce que ça implique) est là depuis si longtemps qu'il a eu le temps de décliner, mourir et renaître
-les temps sont bénis pour les seconds rôles comiques
-moins de films, c'est une bonne chose pour tout le monde
-la Chine est plus importante que toi
Ceci étant dit et très bien par l'équipe du blogue en question que je vous invite à décortiquer dans vos temps libres, on se permettra d'y ajouter quelques leçons tirées de notre 2009 à nous:
-la créativité n'est pas une question de budget: n'est-ce-pas Robert Morin? Parce qu'honnêtement, entre un simple vidéo-blogue pour son Journal d'un coopérant et un 500 millions de budget, notre coeur ne balance pas une seule seconde
-l'amour du cinéma est-il un sujet épuisable?: entre Tarantino, Almodovar, Coppola, les grands seront tous passés par la case "mon film aime le cinéma". Souvent jouissifs, certes, mais on attend la suite maintenant.
-la distribution au Québec a visiblement ses raisons que le coeur ne connaît pas: Loach, Resnais, Bellochio, Noé, Giannoli, To et tant d'autres n'ont pour l'instant pas leur place sur nos écrans. Audiard, Haneke et Arnold arriveront bientôt, mais les blancs restent béants.
-confondre le cinéma et les info-pubs, ça ne trompe personne: n'est-ce-pas Sylvain Archambault?
-le cinéma d'animation se diversifie, et c'est très bien comme ça: oui, Pixar et Dreamworks ont fait le travail pour légitimer l'animation. Mais surtout, ils ont ouvert la voie à du cinéma peut-être marginal, mais tout aussi passionnant (Panique au Village, Mary and Max, 9.99, Fantastic Mr Fox, Coraline...)
Sur ce, le temps est venu de vous souhaiter à tous, réguliers ou occasionnels, cinéphiles ou cinéphages, une magnifique année 2010, et surtout, surtout, un bon cinéma.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Helen Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte