Magazine Culture

The Precious Prize Of Gravity de Bellini, First Class, and Forever de Poison Arrows et The Animal de Richard Walters

Publié le 02 janvier 2010 par Mathieugandin

En ce début d’année 2010, la cohorte de nouveautés à chroniquer s’annoncent déjà énorme et pourtant quelques disques de 2009 avaient été oubliés dans ce flux musical incessant. Quelques disques trônaient encore, là sur mon étagère, et je devais encore en écrire quelques mots. Et comme c’est la reprise, je démarre en douceur en vous proposant quelques avances rapides …

The Precious Prize Of Gravity de Bellini, First Class, and Forever de Poison Arrows et The Animal de Richard Walters

La noirceur et la violence de la musique des groupes de hardcore formés par Steve Albini (Big Black, Rapeman, Shellac) ont su marquer tout une ribambelle de musiciens résoluement indé cherchant à composer quelques titres exsudant une certaine virilité exarcerbée. Bellini est de cela, mais comporte quelques différences notoires permettant aux groupes de se distinguer du tout-venant hardcore, à commencer par le chant de de Giovanna Cacciola qui apporte une touche féminine particulièrement intéressante, faisant chavirer ce punk vers une sorte de féminisme somme toute très riot-grrrl. Pour le reste on retrouve des éléments sonores plutôt classiques dans ce type de musique : basse rouleau compresseur à la Fugazi, jouée par Matthew Taylor qui a collaboré avec Don Caballero ; batterie martiale joué par Alexis Fleisig, qui tapait déjà derrière les fûts de Girls Against Boys ; et enfin les guitares du sicilien Agostino Tilotta, abrasives et agressives à souhait. L’ensemble s’écoute sans déplaisir et a de quoi plaire aux fans de rock indé qui joue fort avec une chanteuse impressionnante.

( ♫ ) Bellini – Wake Up Under A Truck

The Precious Prize Of Gravity de Bellini, First Class, and Forever de Poison Arrows et The Animal de Richard Walters

Dans un registre assez proche, mais un brin plus mélodique, Poison Arrows s’impose assez rapidement avec un « First Class, and Forever » qui rappelle – et c’est plutôt une bonne chose – le superbe « Argument » de Fugazi. Naviguant entre post-rock pour ces guitares ou ces claviers aux ambiances éthérées et lointaines et math-rock pour ces rythmiques martiales et sa basse mélodique et agressive ; Poison Arrows réussi là un premier album qui sonne comme une belle réussite, un joli crossover entre krautrock et hardcore. A noter que le chanteur et guitariste Justin Sinkovich, qui a fondé Epitonic, et collaboré pour Touch & Go, a une voix assez proche de celle Thurston Moore. C’est assez surprenant, mais l’ensemble sonne comme un joli mélange d’ingrédients issus du rock indépendant américain des années 80 et du début des années 90.

( ♫ ) Poison Arrows – Twenty Percent Brighter

The Precious Prize Of Gravity de Bellini, First Class, and Forever de Poison Arrows et The Animal de Richard Walters
Pour changer de ces ambiances qui peuvent parfois prendre à la gorge sans la lâcher avant un bon moment, il est souvent conseillé de se plonger dans quelques ambiances acoustiques toujours promptes à détendre nos oreilles, enfin surtout les miennes, en particulier si c’est tard le soir. Richard Walters compose une musique tout indiqué et fait donc partie de ces chanteurs à la jolie voix cristalline qui aime composer de belles chansons sur une vieille guitare folk, comme on peut l’entendre sur l’ensemble de son album « the Animal », et un peu au piano comme sur le titre All At Sea, sauf que là c’est gnan-gnan. Mais à la guitare folk ça reste relativement dépouillé et ça s’écoute plutôt bien. A noter que Richard Walters reprend même Daniel Johnston et son True Love Will Find You In The End, que l’on peut entendre à la base sur le superbe “1990″. La reprise est jolie, un peu trop sûre dans ses arrangements, tellement moins touchante que l’original, mais elle n’en demeure pas moins courageuse. Voilà un joli disque pas original pour un sou, touchant mais diablement éphémère, un album vite écouté, qui risque d’être vite oublié, mais que l’on se ressortira de temps en temps lors de certains soirs difficiles.

( ♫ ) Richard Walters – True Love Will Find You In The End (Daniel Johnston Cover)

Par Mathieu

Posted in Chroniques musicales Tagged: Bellini, Poison Arrows, Richard Walters

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mathieugandin 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines