Magazine Culture

Albert Camus

Par Chatperlipopette
Albert Camus
Il y a cinquante ans, le 4 janvier  1960, une voiture et un arbre s'enlaçaient dans une mortelle étreinte pour le conducteur: les Parques en avaient décidé du destin d'un célèbre écrivain, il s'appelait Albert Camus.
Pour commémorer la mémoire de cet écrivain hors du commun, j'ai choisi de relire "L'étranger". En attendant de lire mon billet de demain, je vous propose un passage du roman qui m'a fait frémir comme lorsque j'étais lycéenne
"Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J'ai reçu un télégramme de l'asile: "Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués." Cela ne veut rien dire. C'était peut-être hier.
L'asile de vieillards est à Marengo, à quatre-vingts kilomètres d'Alger. Je prendrai l'autobus à deux heures et j'arriverai dans l'après-midi. Ainsi, je pourrai veiller et rentrerai demain soir. J'ai demandé deux jours de congé à mon patron et il ne pouvait pas me les refuser avec une excuse pareille. Mais il n'avait pas l'air content. je lui ai même dit: "Ce n'est pas ma faute." Il n'a pas répondu. J'ai pensé alors que je n'aurais pas dû lui dire cela. En somme, je n'avais pas à m'excuser. C'était plutôt à lui de me présenter ses condoléances. Mais il le fera sans doute après-demain, quand il me verra en deuil. Pour le moment, c'est un peu comme si maman n'était pas morte. Après l'enterrement, au contraire, ce sera une affaire classée et tout aura revêtu une allure plus officielle.
J'ai pris l'autobus à deux heures. Il faisait très chaud. J'ai mangé au restaurant, chez Céleste, comme d'habitude. Ils avaient tous beaucoup de peine pour moi et Céleste m'a dit: "On n'a qu'une mère." Quand je suis parti, ils m'ont accompagné à la porte. J'étais un peu étourdi parce qu'il a fallu que je monte chez Emmanuel pour lui emprunter une cravate noire et un brassard. Il a perdu son oncle, il y a quelques mois.
J'ai couru pour ne pas manquer le départ. Cette hâte, cette course, c'est à cause de tout cela sans doute, ajoutés aux cahots, à l'odeur d'essence, à la réverbération de la route et du ciel, que je me suis assoupi. J'ai dormi pendant presque tout le trajet. Et quand je me suis réveillé, j'étais tassé contre un militaire qui m'a souri et qui m'a demandé si je venais de loin. J'ai dit "oui" pour n'avoir plus à parler."
Ce passage est la scène d'ouverture du roman, où Meursault apparaît tel qu'il est...indifférent, prêt à prendre conscience de l'absurde... un incipit qui m'étreint toujours autant la gorge, après toutes ces années.
Merci à Denis pour cette journée d'hommage.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Dictionnaire Albert Camus

    Ce livre de la collection "Bouquins" chez Robert Laffont tombe bien à l'heure où est posé la question de l'entrée d'Albert Camus au Pantheon. Lire la suite

    Par  Jpryf1
    CULTURE, LIVRES
  • Albert Camus, l'absent du Panthéon : Sarkozy, pas touche

    Albert Camus, l'absent Panthéon Sarkozy, touche

    Ce matin, sur France Inter, François Bayrou eut l'occasion de renouveler ses critiques à l'endroit du président de la République, estimant qu'avec la... Lire la suite

    Par  Actualitté
    CULTURE, LIVRES
  • Hommage à Albert Camus

    Hommage Albert Camus

    Vous êtes certainement tombé, au gré de vos pérégrinations bloguesques, sur le blog de Denis et Fabienne. Ces derniers proposent de rendre hommage en Janvier... Lire la suite

    Par  Chatperlipopette
    CULTURE, LIVRES
  • Michel Onfray : CAMUS... Panthéon ?

    Michel Onfray CAMUS... Panthéon

    A propos du projet de "délocalisation" des cendres d'Albert Camus, du cimetière de Lourmarin au Panthéon, le philosophe Michel Onfray vient d'adresser au... Lire la suite

    Par  Laporteplume
    BD & DESSINS, CULTURE, LIVRES, NOUVELLES, TALENTS
  • Albert Camus rappelé par un condamné à mort

    Albert Camus rappelé condamné mort

    Condamné pour un triple meurtre, Matthew Eric Wrinkles vient d'être exécuté à l’âge de 49 ans, dans la prison de l’Indiana, à Michigan City. Sa condamnation... Lire la suite

    Par  Actualitté
    CULTURE, LIVRES
  • Albert Camus : hommage ou détournement ?

    Albert Camus hommage détournement

    Alors que l'on célèbre les cinquante ans de la disparition d'Albert Camus, La Brèche revient sur l'œuvre du Nobel 1957 et sur les hommages unanimes dont il... Lire la suite

    Par  Labreche
    CULTURE, LIVRES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Albert Camus, Le premier homme

    Albert Camus, premier homme

    Mort dans un accident de voiture il y a tout juste 50 ans, le 4 janvier, Camus est resté longtemps oublié, ou presque. Les intellos ont suivi Sartre et sa... Lire la suite

    Par  Argoul
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Chatperlipopette 38 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines