Magazine

POORISM (Poverty Tourism). Vie et sommeil d’un film documentaire

Publié le 05 janvier 2010 par A360

femme-township

Une productrice avec laquelle je travaille vient de m’apprendre que France 5 refusait notre proposition de film documentaire Township Tour. L’ambition de ce projet était de parler d’un type de tourisme que les chercheurs en sciences sociales nomment le Poverty Tourism ou “Poorism”.

J’ai découvert ce phénomène en 2004, lors d’un tournage dans le township de Khayelitsha, proche du Cap, en Afrique du Sud. En fin de journée, une femme formidable, membre de l’association de femmes séropositives Monkey biz, m’a demandé de la suivre. Après quelques minutes de marche, nous sommes retrouvés sur un promontoire dominant tout le township.

Avec fierté, elle m’a présenté la réalisation de sa communauté: ” tu vois, certains touristes qui ont peur d’entrer dans les townships peuvent ainsi les voir de loin, de haut; on fait payer l’accès à notre plateforme et cela génère des revenus pour les ONG”.

Je découvrais que des touristes rémunéraient des agences pour photographier des pauvres.

J’avais entendu parler des ces dingues qui circulaient en minibus dans le Tiers monde pour découvrir des lieux de sinistres naturels ou économiques. J’étais révolté par cela. Mais là, face au sourire épanoui de cette femme, fière de son entreprise, j’étais décontenancé.

Depuis, je me disais que viendrais l’occasion de parler de cela, que ce soit en photo, en film ou en radio. Malheureusement, pour parler d’un tel sujet, il faut toujours une actu…
L’annonce de la coupe du Monde de football, qui se déroulera à l’été 2010 en Afrique du Sud, l’écoute d’une société de production “très bien installée” dans le paysage médiatique parisien, ont été autant d’éléments qui s’annonçaient favorables à ce partage. Cette société a réellement travaillé sur ce film, a respecté le traitement documentaire que j’ai proposé, un regard calme et qui conduit le spectateur à se poser des questions sur le Poorism, l’antithèse d’un envoyé spécial ou d’un sujet pour M6 qui impose ses réponses. L’enquête en ligne a été fructueuse.  La rédaction du synopsis en collaboration avec la productrice a confirmé que nous étions face à un phénomène mondialisé. Pour la première fois de ma vie, j’ai adopté dans un dossier le ton rédactionnel “classique et sympa” qui serait celui que les chaînes hertziennes attendent, éloigné de mon écriture.

Il aurait été facile de prendre un angle à la Michael Moore, de dénoncer cette “affreuse industrie et ces méchants voyeurs”. Mais j’aurais trahi le sourire de cette femme, sa satisfaction de pouvoir présenter sa communauté, son village, à des gens qui en ignorent d’habitude l’existence. Je n’aurais présenté qu’un point de vue des habitants du township, de ceux qui sont contre le “poorism”. Ils existent, mais d’autres ont une vision différente.

Seules des chaînes étrangères et francophones ont accepté le dossier du film, mais cela ne suffit pas à obtenir le budget nécessaire pour s’offrir du “temps honnête”, de réalisation d’un film, de son montage, la “rémunération normale” de tous les techniciens.

Il faut être honnête. Nous avons présenté le dossier trop tard par rapport à l’actu Coupe du Monde. Mais, ce n’est absolument pas la réponse que nous avons reçu ! Le refus des grandes chaînes à été motivé par des arguments qui peuvent s’appliquer à n’importe quel film, lettres-type photocopiées avec changement de destinataire. Seule une chaîne hertzienne a indiqué que les films qu’elle produirait cette année sur l’Afrique du Sud, seraient uniquement au travers d’un prisme sportif.

L’écriture et la production de films documentaires se solde très souvent par des échecs. En allant vers une société de production “très bien installée”, je pensais augmenter mes chances de voir un projet prendre vie. Mais je découvre qu’ils comptent eux aussi de nombreux échecs, beaucoup, sauf sur le sujets “people”. L’énorme différence par rapport aux petites structures de productions telles À 360 Productions ou Alternatives Nomades, c’est que nous, indépendants, ne nous arrêtons pas à des lettres types des chaînes de télévision, des institutions et aux budgets serrés. Sinon, je n’aurais jamais produit Ithemba, Manif de Droite, White Riot, Notes Géorgiennes, Sahara Fragile et tant d’autres projets et expositions. Sinon, mon ami Xavier de Lauzanne n’aurait jamais réalisé son film actuellement en salle, d’Une Seule Voix. Sinon, Dennis Hopper n’aurait jamais réalisé Easy Rider.

Pour tenter de réaliser ce film je me suis engagé dans la filière “classique”. Ce projet s’arrêtera donc pour l’instant de manière “classique”.

Enfin pas tout à fait.

Je reste fidèle aux “Pourquoi Pas?” du commandant Charcot.

Plutôt que d’atterrir dans une cave, je préfère que ce dossier sur lequel nous avons bien travaillé soit diffusé en ligne, ci-dessous et ait ainsi une autre vie, d’autres vies peut-être, que vous découvriez le POORISM,

et le sourire de cette femme.

township-barb

Township Tour

Par Arnaud Contreras

À l’occasion de la coupe du monde de football qui aura lieu en Afrique du Sud à l’été 2010, les offices du tourisme mettent en avant de nouveaux types d’activités, notamment, les township tours.

Des touristes, venus en autocars, peuvent traverser les bidonvilles, les admirer du haut d’une plate-forme panoramique, acheter des souvenirs dans des boutiques spécialisées et, éventuellement, rencontrer de vrais habitants des bidonvilles. Le tout sans prendre de risques et en quelques heures.

Ce film propose de présenter et de questionner cette nouvelle forme de tourisme dans les bidonvilles hérités de l’Apartheid.

Est-ce une forme de voyeurisme de la part des voyageurs ? Souhaitent-ils découvrir le vrai visage d’un pays ? Que voient-ils vraiment ? Qu’en est-il de la redistribution des revenus auprès des populations locales ? Qu’en pensent ces dernières ? Quelles sont les initiatives locales qui traduisent le dynamisme des bidonvilles ? Est-ce un modèle économique viable pour les zones les plus démunies ?

Par un angle original, ce documentaire pousse la porte des zones réputées les plus dangereuses et les plus inaccessibles aux étrangers d’Afrique du Sud, et montre un autre visage du pays qui accueillera le Mondial l’an prochain.

L’histoire

Embarquement immédiat pour un tour à destination de Khayelitsha ! Le départ est fixé au centre de Cape Town. La visite peut durer, au choix, trois heures ou deux jours. Avec, selon la formule choisie, une simple visite de Lookout Hill, la terrasse aménagée pour “une vue spectaculaire sur le deuxième plus grand bidonville d’Afrique du Sud”, suivie de la rencontre de quelques authentiques habitants des bidonvilles.

Les touristes ayant opté pour la version longue pourront en sus visiter le marché d’artisanat de Khayelitsha Township où ils pourront acheter des poteries, du linge de maison, de la vannerie et des tableaux, tous bien sûr fabriqués à la main par les membres de la communauté. Ils pourront ensuite dîner au restaurant Gugu l’Africain, qui leur servira des spécialités xhosa (près de 90% des habitants du bidonville appartiennent à l’ethnie Xhosa), puis dormir dans un véritable cabanon de bidonville –les dépliants vantent Vicky’s V&B, “definitely the place to be for a night over in the township“.

À Cape Town, de nombreuses petites agences se sont créées pour faire découvrir les townships à  des visiteurs désireux de connaître le « vrai visage » du pays. Ces entreprises sont non seulement soutenues, mais encouragées par les instances officielles, qui assument le passé d’Apartheid de leur pays. Cape Town Magazine présente ainsi avec un ton décomplexé et enthousiaste la ville de Khayelitsha : “This is the area where many coloured and black townships were created during South Africa’s Apartheid era (…). One of the must do’s in Cape Town is to do a good township tour of Cape Town’s townships”.

Ce phénomène des Township Tours fait partie d’un type d’activité plus large que les chercheurs en sciences sociales nomment Poverty Tourism, ou « Poorism». Des voyageurs consacrent ainsi une partie de leurs vacances à observer des populations en situation de précarité ou de pauvreté extrême. Outre en Afrique du Sud,  les « Poorism Travel Tours » sont très populaires en Inde, en Ethiopie, au Brésil et plus récemment dans des lieux dévastés par des désastres naturels, ouragans et tsunamis.

Le film

La présentation de cette activité, et, à travers elle, d’un pays en mutation, reposera sur trois angles de vue qui correspondent aux trois acteurs du Townships Tourism : les habitants des bidonvilles ; les organisateurs des tours et les instances de tourisme ; les touristes. Le passage d’un point de vue à l’autre donnera un rythme au film, permettra de s’attacher à des personnages et de brosser un tableau d’ensemble vivant et pertinent.

Les habitants des townships sont très partagés sur l’afflux de ces nouveaux venus –et sur l’accueil qu’il convient de leur apporter. Certains, comme Mathefelo, y voient un moyen de sensibiliser le monde à leurs conditions d’existence. Avec fierté, elle accompagne les voyageurs sur Lookout Hill, un point culminant qui offre une vue d’ensemble sur les bidonvilles de Cape Town. Puis elle leur fait découvrir de petits musées, les accompagne dans les écoles et maisons communautaires. Elle peut ainsi montrer un autre visage des bidonvilles : à l’image de la violence et de la pauvreté se superpose celle d’un lieu où la débrouillardise, la créativité et l’énergie laissent entrevoir un grand espoir.

Vuyo Marubelela est allé plus loin dans sa démarche et a décidé d’ouvrir une auberge de jeunesse au cœur de son quartier. Le Vuyo Jazz Café est même devenu un centre culturel où se produisent de nombreux musiciens issus des townships. Pendant sa jeunesse, ce père de famille costaud s’était battu contre les pass law, ces lois parquant les noirs sud-africains dans les townships ou dans les zones reculées et attribuées aux populations sur des critères ethniques. Ouvrir aujourd’hui ces ghettos sur l’extérieur relève donc pour lui d’une suite logique, et même nécessaire, à la fin de l’Apartheid : “Vous savez, le tourisme c’est nouveau pour nous. Ici, il y a peu, les seuls Blancs qui venaient, c’était la police !’

En vue de l’afflux de visiteurs étrangers pour la coupe du monde 2010, le bidonville de Khayelitsha s’organise pour ouvrir des B&B. L’obtention d’un label d’agrément est basée sur des critères de confort et de sécurité –prochainement, ces offres devraient être disponibles à la réservation sur Internet. Et le ministère du tourisme a ouvert des cours gratuits pour les créateurs de microprojets dans les townships.

A six mois de la coupe du monde, certains habitants de Khayelitsha commencent donc à tenter de transformer un inconvénient majeur –le fait d’être né dans un bidonville, d’y habiter sans grand espoir d’en sortir- en un axe de développement. Le documentaire suivra ces personnages exemplaires qui ont su tirer parti de leur situation. En immersion dans le monde des townships aux côtés de ceux qui ont décidé de faire bouger les choses –ou simplement d’améliorer leur existence-, il montrera donc un aspect vivant et dynamique des bidonvilles. Pour cela, le film s’appuiera sur des personnages forts, charismatiques et porteurs d’espoir.

Il conviendra aussi de donner la parole, dans les communautés, à ceux qui sont hostiles au développement de cette forme de tourisme. Certains en effet supportent mal l’afflux des touristes. D’autres ont tout simplement décidé d’en tirer un parti très direct, en rackettant les groupes de touristes ou les tour-operators qui ne sont pas issus du bidonville.

Cette activité touristique est essentiellement destinée aux étrangers : 15% des 1,5 millions de touristes venus en Afrique du Sud passeraient ainsi quelques moments dans les quartiers périphériques des grandes villes. Plus de 200 000 visiteurs, mus par une certaine volonté d’aller vers l’autre, cela représente un marché important, qui va en croissant. Simon Kumanya, qui tient un petit stand d’artisanat dans une ruelle de Khayelitsha, rappelle que grâce aux Township Tours, il peut produire et vendre des souvenirs ; ce commerce emploie en définitive une vingtaine d’artisans locaux.

Cependant, les cas de Mathefelo, de Simon et de Vuyo, habitants des bidonvilles qui ont pris en main cette activité pourtant lucrative, demeurent isolés. 90 % des agences qui organisent ces visites sont étrangères aux quartiers. De fait, la visite des townships ressemble dangereusement à un safari-photos… En résultent un faible retour des revenus générés vers les populations et des tensions croissantes entre les organisateurs et les habitants.

Des études de ce nouveau type de tourisme ont été menées. L’une d’elle, émanant Centre for Community Change aux Etats Unis, questionne les 35 euros demandés en moyenne au touriste pour une visite de deux heures, alors que près de la moitié de la population mondiale –et la quasi totalité des habitants de Khayelitsha- vit avec moins de deux euros par jour… Vue sous cette perspective, l’activité ressemble bien à de l’exploitation pure et simple.

A travers des rencontres avec des organisateurs de Township Tours, mais aussi les responsables du tourisme à l’échelle nationale, notre film expliquera les rouages d’un circuit économique nouveau. Il tentera aussi de comprendre, avec un regard critique, pourquoi les initiatives locales demeurent marginales, si bien que les grandes agences extérieures ont réussi à mettre la main sur ce territoire pourtant apparemment difficile d’accès.

Et les touristes dans tout ça ? Leur motivation, dans l’ensemble, paraît plutôt ingénue : « Moi j’ai envie de savoir comment fonctionne un bidonville, rencontrer des habitants, voilà! », explique une voyageuse sur un forum, en réponse à des attaques un peu sarcastiques d’autres internautes (« c’est un peu curieux non ? » ; un autre s’insurge carrément : « c’est vraiment nul de visiter des bidonvilles comme touristes ! Pourquoi tu ne participes pas a aider l’ONG pour aider, au lieu d’humilier des personnes comme des animaux en cages ? »).

Les touristes eux-mêmes ne sont pas toujours très à l’aise avec cette forme d’activité. Beaucoup questionnent le sens de leur démarche : voyeurisme de la pauvreté, ou désir de comprendre comment fonctionne cet autre monde ? Même si cette activité suscite un grand engouement, les touristes qui la pratiquent doivent donc se forger des arguments de défense : « En ce qui me concerne il ne s’agit pas d’y aller en tant que voyeur. 
La plupart des gens aujourd’hui sont capables de parler de tout sans ne jamais avoir été confrontés à ce dont ils parlent. 
Ce n’est pas ma conception des choses, je suis curieux et j’ai envie d’aller voir par moi-même. 
Je vais y aller avec mes 2 enfants pour qu’ils se fassent également leur opinion, subjective bien sûr, mais basée sur une vraie expérience. » Un autre : « Une chose est sûre, je ne me sentirai pas comme dans un zoo, je ne suis pas un être supérieur. Je veux voir et comprendre. »

Le principe n’est-il pas indécent ? “Bien sûr. Mais mon but est de faire que les touristes et les pauvres puissent se rencontrer et dialoguer”, se défend un guide. D’ailleurs, selon Shelley Ruth Butler, anthropologue qui étudie les township tours, les guides offrent un discours qui vise à les rassurer, les mettre à l’aise. Ils n’hésitent pas à valoriser les touristes en leur disant qu’ils sont des témoins concernés et parfois même, des « sauveurs ».

Après la visite, les avis sont partagés : certains touristes ont le sentiment d’avoir senti et compris la vie des townships : « Ça m’a ouvert les yeux : avant je paranoïais en pensant à ce que j’avais lu dans les médias chez moi », affirme une touriste autrichienne à son retour d’une journée de visite de bidonville. Au cours de la visite, le guide lui avait expliqué l’histoire des townships, la perception que leurs habitants avaient d’eux-mêmes et du reste du monde ; il lui avait montré les changements des dix dernières années. « D’un côté, c’était déprimant, mais d’un autre côté incroyablement réjouissant de voir ces gens pleins d’espoir, et prêts à s’impliquer pour améliorer les choses dans leur pays ».

D’autres visiteurs se plaignent du décalage entre les brochures disponibles à l’office du tourisme de Cape Town et la réalité de ce qu’on leur propose. Ils se plaignent du peu d’interaction avec les habitants, les communautés.

De fait, sur 1000 touristes qui visitent chaque jour Soweto, seulement 15 vont visiter les 5600 shebeens, les maisons communautaires, réels poumons sociaux des townships. Le township tourism ne toucherait pas les vrais lieux importants des bidonvilles. Tandis que les touristes se pressent à Johannesburg pour apercevoir la maison où Nelson Mandela est né, celle de Winnie Mandela ou de Desmond Tutu, ou des monuments commémorant la lutte contre l’apartheid, ils passent peut-être à côté de la vie réelle des bidonvilles.

Le point de vue du touriste, c’est le vrai fil directeur de ce documentaire. En pointillés à travers tout le film, la visite de Khayelitsha avec un groupe, en simple touriste, en caméra subjective, tellement évidente qu’elle devient invisible. C’est cette posture qui permet d’observer les interactions avec les deux autres grands acteurs de cette histoire : les habitants des bidonvilles et les spécialistes du tourisme.

Par la suite, le point de vue du touriste sera étayé par des rencontres avec des voyageurs qui ont choisi de participer, ou de ne pas participer, aux Township tours. Un sociologue du tourisme, nourri des images tournées à Khayelitsha, viendra apporter un éclairage scientifique sur cette pratique nouvelle et en dévoiler les fils invisibles.

Traitement

Le phénomène des Townships Tours concernerait 200 000 touristes par an en Afrique du Sud. Il ne s’agit pas d’une activité marginale tant dans sa forme que dans son économie.

Afin de rendre lisible la réalité de ce phénomène, nous nous embarquerons aux côtés des touristes, dans les mini-bus qui parcourent les townships du Cap. La caméra légère n’est pas cachée. Au contraire, elle est encouragée pour « témoigner », selon les propres mots des guides. Se mettre à la place des touristes, c’est aussi les écouter. Ce film ne souhaite pas stigmatiser les uns ou les autres, mais montrer, interroger les limites de ces nouveaux exotismes.

Ayant déjà réalisé deux films dans les townships d’Afrique du Sud et du Swaziland, le réalisateur connaît bien les populations locales et leur rapport à l’image. Une caméra, c’est une fenêtre de liberté d’expression pour de nombreux Xhosas.

Sous une forme de réalisation plus classique, nous irons également à la rencontre de tous les protagonistes de cette activité : guides, agents de voyages, instances officielles, locaux « réceptifs », chercheurs. Et puisqu’il s’agit bien de voyage dont on parle, nous partirons avec eux vers les townships.

Note d’intention

Le film s’attachera à faire découvrir cette nouvelle activité, le « Poverty Tourism », qui s’est développé depuis quelques années au point d’avoir à présent sa page sur Wikipedia.

La difficulté principale tient à la volonté de ne pas céder à la tentation de la dénonciation univoque d’une pratique qui, à première vue, dérange. Il serait facile de démonter la confrontation entre des touristes aisés et les plus pauvres des pays les plus pauvres. De stigmatiser le dégoût de certains touristes devant le dénuement de ceux qu’ils sont venus photographier, observer, côtoyer… mais pas de trop près.

Tel n’est pas notre choix cependant. Nous proposons au contraire de mener ce film en ayant conscience des questions qu’il pose ; de progresser dans notre découverte des townships en ayant en tête les préjugés. Pourquoi est-on choqué ? Pour cela, l’attitude du réalisateur sera celle de la candeur, lorsqu’il se fait passer pour un touriste tout comme lorsqu’il interroge naïvement les responsables d’agences de tourisme.

Chaque question induira son contrepoint. Les initiatives locales sont admirables ; mais pourquoi sont-elles si peu nombreuses ? Est-ce la faute aux grosses agences qui occupent le terrain ? Ou aux habitants des townships qui devraient se prendre en main ? La réflexion à mener est subtile. Le premier but du film est de faire découvrir une tendance et d’apporter des éléments d’information sur cette tendance; il ne s’agit pas, à la fin, de porter un jugement définitif sur le poorism.

Un deuxième objectif est de proposer une vision différente du pays qui accueille le Mondial ; mais aussi de montrer la vie dans les bidonvilles sous un angle inhabituel. La force du propos viendra particulièrement de l’énergie de personnages qui ont décidé de prendre leur vie et leur environnement en main pour les changer.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


A360 2356 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte