Magazine Culture

Eiffel, Sous ton aile

Publié le 02 janvier 2010 par Petistspavs

Moi, je suis un peu conservateur. Exemple : pour adopter un nouveau groupe de rock il me faut attendre un déclic, souvent dû au hasard, à un moment privilégié qui fait coïncider mon désir du moment avec un son, un mot parfois. Pour Eiffel, c'était il y a 15 jours sous la douche. Je n'avais pas reconnu le groupe que passait Inter, d'ailleurs je ne connaissais pas bien, mais il y avait dans ce titre une sorte de montée vers une tension extrême qui me rappelait des émotions dans le ventre nées de certaines envolées de Noir Désir. Pas de chance, sur le site de l'émission, aucune info sur l'illustration sonore. Gros nazes.
Cet après midi, sous la douche à nouveau (oui, je me douche souvent et pas forcément très tôt le dimanche), avec France inter, le même morceau. Là, le site n'étant pas tenu par des gros nazes, j'ai eu la confirmation (en fait, je m'en doutais bien un peu, ayant entendu A tout moment la rue ces dernières semaines, pas mal d'ailleurs -- "à tout moment la rue peut aussi dire non"-- genre : les gros nazes qui prétendent nous gouverner, planquez vos Rolexes et vos blondes patinées, si on se fâche, vous êtes morts (de peur).
Pour moi, Eiffel, c'était la maternelle de la chanson, Bleu Désir, si on veut. Mais, pour donner un exemple, Radio Head est longtemps resté pour le même moi un groupe de petits branleurs chico-prétentieux (funeste souvenir d'un Nulle part ailleurs en forme de Grand nulle part dans lequel le groupe invité, Radio Head, se comportait comme une entreprise vachement supérieure à ces connards, alors que le groupe était en fait, artistiquement à des années lumière de ces minus qui les invitaient, mais sur le coup, je ne l'avais pas perçu). Donc si on me parlait d'Eiffel, je répondais apprentis Nwardez besogneux, trop à apprendre, cassez-vous, on vous écrira.
Et sous ma douche, aujourd'hui, le choc électrique. La tension, à nouveau. C'est dangereux, la tension électrique sous la douche, mais justement le rock n'est pas fait pour rassurer mais pour interpeller et faire muter les certitudes en questions. Enfin, moi, il me semble.
Donc, après avoir entendu deux fois, sur France Inter, la radio où on entend des trucs, Sous ton aile, par Eiffel, j'adopte le groupe, à l'heure qu'il est, je télécharge l'album pour en savoir plus (merci e-mule) et je vous passe le titre, juste pour le plaisir.

Même sous influence évidente de Noir Désir et Gaétan Roussel, Eiffel est doté d'une véritable personnalité et ça fait des lustres que le rock français ne m'avait pas bousculé à ce point. Puissant.

Le site de Eiffel :CLIQUER ICI.
Sur MySpace, CLIQUER ICI.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Petistspavs 492 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines