Magazine Culture

Notes sur la poésie : Jean Paulhan

Par Florence Trocmé

CE QU'EN DIT LE PREMIER VENUIl est probable, puisque tout le monde le répète, qu'il y a un mystère dans la poésie. Il est sûr en tout cas que nous nous conduisons à son égard comme s'il y avait un mystère. Tu ouvres un livre de poèmes, et tu es dès l'abord saisi. Avant même d'avoir rien lu. Tu attends. Quoi ? Peu importe, tu attends. Déjà tout séparé, retranché, détaché. De quoi ? Mais par exemple — que tu sois homme, ou poète — de toute jalousie, de tout amour-propre, de tout souci de comparaison. Parfaitement débarrassé de toi-même (ce qui ne va pas toujours sans quelque anxiété). Pourtant, tu n'es pas humilié pour autant. Pas molesté le moins du onde. C'est au contraire : tu te rassembles, tu es tout entier redressé — comme si tu entrais dans un beau monument, comme si tu te mêlais à quelque cérémonie. Tout réconcilié, tu penses à toi sans mauvaise humeur. Ta voix intérieure même se transforme.
Ensuite vient le poème, laissons cela. Et quand il est passé ? Non, tu n'as pas appris grand-chose. Que le temps passe vite. Si l'on veut. (Pourtant il est toujours là.) Qu'il faut profiter de la vie pendant que tu la tiens. Bien sûr. Peut-être que tes cheveux ressemblent à des feuilles, et tes dents à des rochers. (D'ailleurs, pas tant que ça.) Tu t'en doutais. Cependant, tu te sens vaguement changé, il t'est resté quelque trace de l'évènement : c'est comme s'il était soudain devenu bizarre que les cheveux ressemblent plus ou moins à des feuilles, et que ta vie soit courte. Dans quelle stupeur es-tu plongé, où le plus banal te paraît singulier, et le singulier banal ? Or il arrive que l'état se prolonge et t'étrange quelques moments. (Comme si le mystère de la poésie, c'était de rendre mystérieux tout ce qui n'est pas elle.) Il dépasse de ta manche un fil qui t'agace parce que tu le vois trembloter sur le papier de ton livre. Tu le brûles à la base, du bout de ta cigarette. Alors tu le vois soudain qui se tord en grelottant, puis se penche et s'abat comme un arbre coupé à la hache, tu crois l'entendre gémir. Tu demeures consterné. Un peu plus tard, tout rentre dans l'ordre. Mais entre l'attente et la retombée, que s'est-il passé ? Eh bien, c'est proprement là le mystère. Et si l'on accorde qu'il est précisément mystérieux que reste-t-il à en dire ? Rien.
Jean Paulhan, À demain, la poésie, Introduction à une anthologie [1947], dans Œuvres complètes, tome II, Le Cercle du Livre précieux, 1966, p. 312.

Contribution de Tristan Hordé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jean PAULHAN André PIEYRE DE MANDIARGUES

    Jean PAULHAN André PIEYRE MANDIARGUES

    Jean Paulhan / André Pieyre de Mandiargues,Correspondance 1947 - 1968« Je viens d'aller voir Alfonso Reyes, un écrivain qui, je crois, vous plairait beaucoup. Lire la suite

    Par  Bruno Leclercq
    CULTURE, LIVRES
  • Notes panoptiques, 2005 V

    Notes panoptiques, 2005

    On a déjà parlé de scandale à propos du nouveau roman d’Amélie Nothomb, mais je ne vois pas, pour ma part, qu’il y ait de quoi s’indigner du fait qu’elle situe... Lire la suite

    Par  Jlk
    CULTURE, LIVRES
  • Jean-Louis Kuffer, Riches Heures (Blog-Notes 2005-2008)

    Jean-Louis Kuffer, Riches Heures (Blog-Notes 2005-2008)

    Jean-Louis Kuffer est un des écrivains qui se sont saisis vite d'internet comme support nouveau, qui l'ont interrogé et pratiqué, ont introduit la littérature... Lire la suite

    Par  Alain Bagnoud
    CULTURE, LIVRES
  • AllMyNotes – Un organisateur de notes

    AllMyNotes organisateur notes

    Vous avez des notes qui traînent un peu partout sur votre bureau, sur le coin de la table, sur le frigidaire ou des post-it collés sur votre écran... Lire la suite

    Par  Pierreh66
    CULTURE, LIVRES
  • 300 notes… et vous !

    En un an, un mois et une semaine tout pile, c’est énorme. Mais ce qui est encore plus énorme, ce sont les 18 250 visites enregistrées sur cette période, dont 8... Lire la suite

    Par  Sophielit
    CULTURE, LIVRES
  • D'harmonieuses Fausses notes

    D'harmonieuses Fausses notes

    Le genre de l’aphorisme est délicat, qui requiert un art de la pointe assez rare. Or, il y a de cette finesse pénétrante chez François Debluë, prosateur et poèt... Lire la suite

    Par  Jlk
    CULTURE, LIVRES
  • Notes diverses et variées.

    [Dans le soucis de faire un paratexte convenable: Je donne une fois pour toutes mes outils de travail; La Bible; trad. De Lemaître de Sacy Le Gant de Crin, P. Lire la suite

    Par  Egoscriptor
    CULTURE, JOURNAL INTIME, LIVRES, TALENTS

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18343 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines