Magazine Culture

Anthologie permanente : Charles Reznikoff

Par Florence Trocmé

LES ANGLAIS EN VIRGINIE, AVRIL 1607 *
  
Ils débarquèrent et ne virent
  rien d’autre que
  des prairies et de grands
  arbres —
des cyprès, d’environ trois
  brasses à l’entour des
  racines,
s’élevant droit de
  soixante à quatre-vingt pieds
  sans une branche.
Dans les bois se trouvaient
  cèdres, chênes et
  noyers,
du hêtre, de l’orme,
  du noyer noir, du frêne,
  et des sassafras ; des ar-
  bres à mûres en
  bosquets ;
du chèvre-feuille et
  autres vignes pendant
  en grappes de
  maints arbres.
Ils cheminèrent sur des
  violettes et autres
  gentes fleurs,
maintes espèces et de maintes
  couleurs ; baies de
  fraisier et baies de
  framboisier y avait là
  sur le sol.
Merles noirs à rouges
  flancs étaient
  alentour à voler
et maints oiseaux petits,
  des rouges, et des bleus ;
les bois abondaient en cerf ;
et partout
  s’écoulant
  de l’eau douce —
  rus et ruisselets
  sources, ruisseaux.
Dans la pénombre,
  au travers des halliers
  et de l’herbe haute,
rampant à quatre
  pattes — les
  sauvages, l’arc
  tenu dans la
  bouche.
  
Charles Reznikoff, Poems 1918-1975: The Complete Poems of Charles Reznikoff, (Black Sparrow Press, 1977), traduction inédite d’Auxeméry
  
*D’après les Œuvres du Captain’ John Smith.
  
Contribution d’Auxeméry

  
Version originale en cliquant sur lire la suite de….
  
Charles Reznikoff dans Poezibao :
bio-bibliographie, Holocauste (parution), extrait 1, Holocauste (note de lecture de P. Boisnard), extrait 2
  
Index de Poezibao
Une de Poezibao
Centre de ressources poésie de Poezibao
Les favoris de Poezibao
  
Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com :
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule″

 

THE ENGLISH IN VIRGINIA, APRIL 1607*

They landed and could
   see nothing but
   meadows and tall
   trees—
cypress, nearly three
   fathoms about at the
   roots,
rising straight for
   sixty or eighty feet
   without a branch.
In the woods were
   cedars, oaks, and
   walnut trees;
some beech, some elm,
   black walnut, ash,
   and sassafras; mul-
   berry trees in
   groves;
honey-suckle and
   other vines hanging  
   in clusters on
   many trees.
They stepped on
   violets and other
   sweet flowers,
many kinds in many
   colors; straw-
   berries and rasp-
   berries were on
   the ground.
Blackbirds with red
   shoulders were
   flying about
and many small birds,
   some red, some blue;
the woods were full of deer;
and running
   everywhere
   fresh water—
   brooks, rundles,
   springs and creeks.
In the twilight,
   through the thickets
   and tall grass,
creeping upon all
   fours—the
   savages, their
   bows in their
   mouths.
  
*Based upon the Works of Captain John Smith, edited by Edward Arber.
  
Charles Reznikoff, Poems 1918-1975: The Complete Poems of Charles Reznikoff, Black Sparrow Press, 1977


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines