Magazine Bien-être

L'éveil et les odeurs

Publié le 01 février 2010 par Joseleroy

La vision et l'écoute sont des portes grandes ouvertes vers l'éveil à notre vraie nature.Toute couleur pointe vers l'Observateur , et tout son pointe vers Celui qui écoute : c'est-à-dire vers l'espace vide de la conscience.

Mais les parfums peuvent également nous éveiller à notre véritable nature. Ainsi nous ne sentons pas les odeurs à partir d'un nez mais à partir de l'espace sans limite de la conscience. Les parfums apparaissent dans le vide et disparaissent dans le vide.

Voici une petite anecdote du zen qui l'illustre:

“Un jour Shan-Gu demandé à l'Abbé Hui-Tang :
-“Quel est le profond mystère du Chan?”
L'Abbé Hui-Tang répondit : - Ne connais tu pas ces mots des Entretiens de Confucius qui disent :”Je ne vous ai rien caché” Dans le Chan rien ne t'est caché.”
L'homme reconnu qu'il ne comprenait toujours pas.
Alors l'Abbé Hui-Tang l'emmena dans la forêt. Le maitre demanda : “-Est-ce que tu sens l'odeur des fleurs de l'osmanthus ? Quand l'homme répondit “Oui”, le maitre s'exclama : “Ainsi, tu vois, je ne t'ai rien caché”

Source : Ngai-ying Wong, The gradual and sudden paths of Tibetan and Chan Buddhism, Journal of thought, 1998,

osmanthus_suavis

Ainsi, le secret de la liberté se trouve dans chaque parfum pour celui qui sait sentir à partir de l'ouverture .

Tous les parfums nous reconduisent au centre, celui de la rose ou celui de l'œuf pourri, celui du jasmin ou celui du gaz-oil.

José le roy


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joseleroy 216084 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines