Magazine

Spécialistes en mauvaise foi révolutionnaire

Publié le 08 février 2010 par Mtislav
  
Spécialistes en mauvaise foi révolutionnaireNous avions de part le passé proposé un quizz à nos lecteurs dont personne à ce jour n'a trouvé la solution intégrale. Merci aux lecteurs qui ont aujourd'hui déployé une certaine ardeur dans le domaine de la la mauvaise foi révolutionnaire. 
Le vainqueur est le Coucou : il a trouvé la n°4 (Shéhérazade). Tout le monde attendait Ségolène Royal mais parfois une réponse fausse est plus appropriée lorsqu'il est question de mauvaise foi. Il a pensé à Louise Michel pour la n°6. Et c'était bien elle. La mauvaise foi émanait de la rédaction qui a réussi à exhumer la seule photo existante de la militante anarchiste en cheveux. Le Coucou a aussi trouvé la n°8, Jean Seberg, à la foi Sainte Jeanne d'Otto Preminger et actrice de "Pierrot le fou" du révolutionnaire hélvète Jean-Luc Godard.
Lucia Mel n'a rien trouvé mais elle a le mérite d'avoir pensé à Alexandra David-Néel qui s'est promenée sur la terre entière en exhibant une collection de chapeaux allant de la toque d'astrakan au turban tamang, sans parler du topi népalais, de celui doublé en laine de kurtha bio (équitable), de cet autre avec des oreilles de lapin ou du chapeau chinois en paille d'ananas. Comme elle a vécu plus de 100 ans, on peut dire qu'elle a accompli une révolution.
Nicolas (du blog Partageons Mon Avis, un blog politique dont la réputation dans la blogosphère était reconnue avant que l'on ne se mette à douter de la probité d'Euclide, de la pertinence de la table de trois et du classement Miko) a trouvé les soeurs Williams. C'est une mauvaise réponse mais nous aurions dû y penser. Les joueuses de tennis adorent se voiler d'une serviette éponge jetée sur la tête entre deux jeux éprouvants, gémissant des prières à l'adresse des dieux du stade, insupportable atteinte à la laïcité dans l'espace public. Les soeurs Williams sont révolutionnaires à leur manière, ce sont les premières soeurs à avoir été numéro 1, ce qui touche particulièrement Nicolas.
Dorham (du blog Extra-Ball, un blog qui prouve que la résurrection est un phénomène observable par n'importe quel laïc ayant appris à jouer au billard électrique) aurait pu trouver la n°1, Margaretha Geertruida Zelle. Cette fille d'un marchand de casquettes et d'une Javanaise qui adorait les aigrettes et les plumes. Elle fut la première strip-teaseuse internationaliste.
Audine a fait un billet sur son blog au titre délicieux ("Doux enlacements des jours heureux"). Elle y reproduit la photo d'un petit mitron interviewé par une nuée de journalistes qui souhaitent connaître sa recette prétendument révolutionnaire du croissant au beurre. Audine se trompe de bonne foi. Elle aurait pu reconnaître Rosa Luxembourg (n°2) et Clara Zetkin (n°3). En épilogue, Rosa aurait pu écrire à son petit Olivier Besancenot que "si la domination de classe de la bourgeoisie n'avait pas besoin d'une éducation politique des masses populaires, (...) pour la dictature prolétarienne, au contraire, elle est l'élément vital, l'air sans lequel elle ne peut vivre." Délaissant la dialectique, elle se serait gardée de rajouter que "la liberté, c'est toujours la liberté de celui qui pense autrement." Cela dit, même Trosky se réfutait lui-même (citations extraites de R. L., "La Révolution russe ").  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :