Magazine Culture

Anthologie permanente : Auxeméry

Par Florence Trocmé

jusqu’à l’exténuation de toute parole…

jusqu’à l’exténuation de toute parole     parler

           jusqu’à l’épuisement     lire dans la lumière

                              :

                 hommes, nous aurions dû être vivants
                 sous les espèces de l’arbre & de la pierre

                              :

& vois donc ces visages    ces traits   –   tout ici s’efface
                     tout se met à flotter
                                                         dans l’indécis

                              :

seule certitude – le loquet de la glotte
           se prolonge & se perd
                                                sans fin

& dans le bol de lumière noire où les constellations font signe

vivre tête renversée    lire    lire    lire      &      parler

         jusqu’à ce que la lumière vire

         & que les pierres crient

         & les arbres

Auxeméry, Les Animaux Industrieux, Flammarion, 2007, p. 92.

Note bio-bibliographique

voir aussi ici et , à propos de la traduction d’Holocauste de Charles Reznikoff, par Auxeméry.

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines