Magazine Beaux Arts

Le rêve d'Olivier Masmonteil.

Publié le 12 février 2010 par Anne Malherbe
Le rêve d'Olivier Masmonteil.
L'acte de contempler (et je dis bien, "l'acte de contempler" et non "l'état de contemplation") tel que nous l'a légué la tradition occidentale implique que l'on se tienne devant l'image, devant le tableau plat, accroché ou peint sur le mur, distant du spectateur.
Ce fait trouve son écho dans la manière dont se construit, depuis la Renaissance, l'espace pictural, c'est-à-dire la perspective: des lignes de fuite creusent le tableau en profondeur et viennent se jeter à un point précis situé sur la ligne d'horizon. L'horizon est lui-même la démarcation optique (et non réelle) signalant la limite de l'espace perceptible par l'oeil.
La manière dont nous avons l'habitude de contempler un paysage (et dont nous le photographions, par exemple) n'est pas différente. Et l'on pourrait dire aussi que la scène de théâtre traditionnelle, "à l'italienne", relève du même modèle.
Quand nous contemplons, l'espace s'ouvre devant nous tout en étant contenu par les limites du regard. C'est comme si c'était le regard qui le soutenait, voire qui en était l'auteur.
On sait cependant que cet espace est potentiellement ouvert, voire infini. Si l'on se déplace dans un paysage, la ligne d'horizon bouge. Et la manière dont les peintres représentent la ligne d'horizon (par exemple, la fameuse "perspective atmosphérique") suggère justement cet infini qui se cache derrière le point ultime de la vision.
Finalement, c'est très étrange et très paradoxal, cette manière que nous avons de nous tenir devant l'espace.
L'espace serait quelque chose dans lequel nous ne sommes pas vraiment acceptés, quelque chose dont on ne perçoit qu'une partie et qui nous dépasse infiniment. Et en même temps quelque chose dont notre vision est l'auteur. Comme si notre vision relayait l'acte d'un Dieu créateur.
Le rêve d'Olivier Masmonteil.
Ce petit préambule est destiné à servir d'introduction à l'exposition d'Olivier Masmonteil, qui se tient actuellement à la chapelle de la Visitation à Thonon-les-Bains.
L'artiste y a rassemblé 750 tableaux de petit format sous le titre "Quelle que soit la minute du jour". Ces paysages, issus de différentes parties du monde, proviennent tous de l'expérience directe de l'artiste qui, sur place, a vécu, perçu et photographié ce qu'il a ensuite peint, qu'il s'agisse des Iles Marquises, des glaciers argentins ou de la banlieue parisienne.
Ce qui me frappe toujours, dans les paysages d'Olivier Masmonteil, c'est que, s'ils résultent à chaque fois d'une véritable plongée sensible dans la nature (et ceux qui connaissent un peu l'artiste savent à quel point le lien entre la nature et lui, leur osmose, est ancré depuis longtemps), l'artiste n'a pas cherché ensuite, dans la construction de ses peintures, à sortir de la tradition de l'oeil placé devant le paysage.
Certes, la facture elle-même de ses peintures, extrêmement nuancée, veloutée, gorgée de lumière, suggère bien l'infinité des sensations éprouvées. Mais je me suis souvent demandé pourquoi l'artiste ne souhaitait pas plus rendre-compte de sa plongée même dans la nature et s'en tenait à la fameuse perspective.
Or, c'est justement le rassemblement de ces centaines de paysages qui nous apprend quelque chose à ce sujet: ces centaines de lignes d'horizon et de points de fuite juxtaposés donnent au spectateur la sensation de la fuite en avant, dans la quête infinie d'un paysage idéal, DU paysage, qui exprimerait en un seul coup la totalité de ce que l'on peut éprouver au sein de la nature — paysage définitivement inaccessible au pinceau, évanescent pour l'artiste qui voudrait le fixer.
Le rêve d'Olivier Masmonteil. Si, à la Renaissance, la représentation de l'espace en perspective passait pour une représentation objective du monde, ici, c'est plutôt comme si l'artiste passait du paysage réellement vécu au paysage rêvé. Malgré le désir de possession éprouvé par l'artiste, désir que son voyage autour du monde a tenté d'assouvir, le paysage finit par lui échapper quand il veut l'arrêter dans la couleur.
Aucun de ces paysages n'est en effet strictement identifiable, leur choix et leur rangement ne répond à aucune nomenclature. On est devant des zones géographiques à l'identité incertaine, face à une pure démultiplication du paysage. Un peu comme si l'on était pris dans une lanterne magique ou dans un diorama — un leurre, une boîte à illusions. Ces peintures, c'est le rêve qui émane du paysage réel et qu'on ne retient pas totalement au réveil.
Je profite de l'occasion pour vous recommander cette monographie sur Olivier Masmonteil,(excellemment) écrite par Emmanuel Lurin et publiée par les (très bonnes) éditions Ides & Calendes, dans le cadre de la (judicieuse!) collection "Jeunes artistes" que je dirige:
Le rêve d'Olivier Masmonteil.
(Images: courtesy Olivier Masmonteil, crédits photographiques Hugo Miserey)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anne Malherbe 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines