Magazine Séries

Big Love [4x 06]

Publié le 16 février 2010 par Lulla

dnes_season4_biglove_bill_m

Under One Roof //

44030378


vlcsnap_125652
vlcsnap_119134

   Je ne sais pas exactement ce que les scénaristes de Big Love cherchent à prouver mais ils réussissent. Je comprends maintenant pourquoi cette saison 4 ne compte que 9 épisodes. C'est avant tout une question de budget bien-sûr, la série rapporte sans doute peu mais coûte cher en casting (un nombre impressionnant de personnages dont certains sont interprétés par de grands noms), mais c'est aussi et surtout une façon de se rajouter des challenges ! On n'aura pas 12 épisodes pour raconter tout ce qu'on veut raconter ? Pas de problème. On va caser ça en 9 épisodes et même que ça sera pas bâclé ! Parce que de toutes les mérites de la série, celui qui est le plus impressionnant c'est de réussir à jongler avec autant d'intrigues et autant de personnages avec une telle dextérité, sans jamais passer à coté d'une émotion. Les scènes fortes se sont encore accumulées dans cet épisode...

   Je préfère d'abord parler de ce qui m'a le moins passionné : le casino ! L'arrivée de Marylin à la direction est un soulagement puisque c'est ce qui se tramait depuis plusieurs épisodes et qu'il était temps d'en arriver au fait, mais c'est aussi une grande crainte. On sent bien qu'elle cache quelque chose, qu'elle en sait plus qu'elle ne veut bien le faire croire, mais impossible de dire pour le moment ce que c'est. Je ne peux pas m'empêcher de penser que quelque soit cette chose elle sera de trop. On atteint de tels sommets dramatiques de tous les cotés qu'il va bien falloir calmer le jeu quelque part et le casino me semble être l'élément le moins intéressant. Mais je ne me fais pas d'illusions. Les scénaristes ont l'air d'y tenir et ils iront jusqu'au bout. Je suis content en tous cas que Sissy Spacek reste de ce fait dans les parages. Elle est géniale ! Chez les Henrickson, Ana refait surface. C'est au moment où l'on s'y attend le moins qu'elle revient et avec en bonus un polichinelle dans le tiroir (j'affectionne beaucoup cette expression). Il ne manquait plus que ça ! Autant à une époque je militais pour qu'elle devienne vraiment une sister-wife, autant je suis content aujourd'hui qu'elle n'en soit pas une. Elle n'est pas à la hauteur des trois autres. Elle est fade, elle manque de personnalité. Elle reste néanmoins touchante et on ne peut que comprendre son envie de rester éloignée des Henrickson et de tout le drama qu'ils déversent sur qui les approche. On n'est même pas sûr que cet enfant soit de Bill en plus. Un retournement de situation ne m'étonnerait pas, d'autant que son nouveau copain n'a pas l'air fin. Il lui aurait soufflé cette bien mauvaise idée que ça ne m'étonnerait pas. Cerise sur le gâteau : Barb découvre que Bill lui a encore une fois menti. Eh oui, on avait oublié que Bill avait chevauché Ana avant le mariage et ça, c'est très mal chez les Mormons...

   Pendant que Ben et ses grands-parents sont de passage à Mexico pour un road-trip qui va tourner au drame avec le retour de Josée Dayan (si vous voyez de qui je parle), Adaleen est sur le point de se marier avec JJ ! Nicky est évidemment furax et quand elle découvre que JJ a l'intention de marier aussi Cara-Lynn, elle débarque à Juniper Creek habillée comme une traînée et nous offre une scène intense à base de cris, de rires et de larmes. La scène suivante, celle où Adaleen s'offre pour la première fois à JJ, est très choquante en toute simplicité. De la même façon, l'intrigue d'Alby et de Dale nous a fait vivre de belles émotions jusqu'ici mais pas autant que dans cet épisode où tout s'achève cruellement. Dale avoue contraint et forcé son secret à Bill puis se pend. Terrible. Autant dire que la haine de Alby vis à vis de Bill ne va pas s'amoindrir. Si en plus il apprend que Lura a tout révélé à la femme de Dale, je ne donne pas cher de sa peau. J'ai dû oublier d'évoquer d'autres intrigues mais il y a tant à dire...         

vlcsnap_109418
vlcsnap_133732


// Bilan // Big Love frose l'overdose d'intrigues. Tout se termine toujours dans les larmes, dans les cris, dans le drame. C'est fascinant, c'est un objet télévisuel unique et incroyable, mais c'est aussi un jeu dangereux que jouent les scénaristes. S'ils se calment, on va le leur reprocher. S'ils en rajoutent, on risque aussi de le leur reprocher. Il va falloir garder ce rythme et cette intensité jusqu'au bout. Un défi qu'ils sont capables de relever !   


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines