Magazine Beaux Arts

Où souffle donc le tiers esprit ?

Publié le 14 novembre 2007 par Marc Lenot

Alors que plusieurs des récentes expositions majeures au Palais de Tokyo me semblaient couler de source, suivre un déroulement naturel au fil des salles, The Third Mind (jusqu’au 3 Janvier), pourtant visitée une première fois avec le maître des lieux, m’a d’abord paru confuse, peu cohérente. Ce n’est que lors d’une deuxième visite, bénéficiant du regard plus sensible de ma compagne ce jour là, que j’ai peu à peu aperçu des relations, perçu du sens, de l’harmonie.

Il faut dire que Ugo Rondinone, commissaire invité avec carte blanche, nous a déniché des artistes, souvent Suisses, certainement importants pour lui, mais pour beaucoup inconnus. Franchement, qui d’entre vous connaissait il y a un mois le travail de Hans Josephsohn ou de Emma Kunz? Beaucoup de découvertes donc. Et des confrontations intéressantes.

Si le lien avec the Third Mind, le livre de Burroughs et Gysin, n’est qu’un prétexte ténu et peu convaincant, la première salle est éblouissante : une vingtaine de postes de télévision avec des visages plus ou moins connus (ci-dessus, Marcel Duchamp peu avant sa mort). Andy Warhol évoque ici tous ces fantômes, cet esprit des lieux.

Ensuite, l’immense araignée de néons lumineux (Martin Boyce) et les croix massives de Valentin Carron donnent une dimension ecclésiale à la salle suivante, une de celles qui relient le mieux les pièces entre elles. Ce n’est pas le cas de la suivante, où les nus informes du fameux Josephsohn et les collages porno de Hugo Markl n’attirent pas l’oeil, qui préfère plonger dans le trou béant de la sculpture murale de Lee Bontecou.

Les tableaux de salles d’attente de Jean-Frédéric Schnyder ne sont guère attractives alors que trône au milieu de la salle le splendide atelier d’Urs Fischer, donné par son épouse. Est-il donc mort, se demande-t-on ? A-t-il désormais atteint le statut de “Grand artiste” ? Dessins géométriques de la guérisseuse Emma Kunz, obtenus mathématiquement à l’aide d’un pendule, et sculptures de Paul Thek, où un morceau de viande (réelle?) est serti dans du plastique jaune forment un duo des plus déconcertants.

C’est la grande salle qui me réconcilie avec cette exposition. Y voisinent trois échelles, trois modes : les sculptures cathédrales géantes, imposantes, menaçantes de Ronald Bladen, les sérigraphies violentes et indéchiffrables de Candy Noland, inspirée par Patty Hearst, et les petites têtes de Nancy Grossman, enfermées dans du cuir, autistes, masochistes et primitives (détail ci-dessous). Tout ou presque ici est noir et blanc, tout parle du monde, de sa violence, et de la désespérance. L’harmonie que Rondinone atteint dans cette salle justifierait toute l’exposition, toute cette recherche du troisième esprit naissant de la rencontre de deux autres.

Ensuite, les grandes sculptures d’aluminium de Bruno Gironceli aux excroissances obscènes écrasent les petits dessins porno-précieux de Sue Williams; les tableaux des planètes éponymes des jours de la semaine de Verne Dawson paraissent bien anecdotiques à côté des plantureuses femmes de Rebecca Warren, statues où les traces mêmes de la sculptrice témoignent d’un passionné corps à corps avec la matière (ci-contre; vue ici). Il y a enfin une jolie installation colorée de Karen Kilimnik qui ne résonne guère avec l’ascétique et sombre Vija Celmins accroché en face. Ah oui, la voiture cassée de Sarah Lucas en sortant, et ses photos de parking vides, pour finir dans l’angoisse.

J’en ai sûrement oublié quelques-uns, mais c’est inévitable : je n’ai vraiment été saisi, convaincu du propos de Rondinone, de cette émergence d’un entre-choc de deux oeuvres que dans une ou deux salles, d’où mes oublis, ailleurs. Mais vous pourrez lire des critiques plus enthousiastes ici, ici et là.

Photos de l’auteur. Andy Warhol et Martin Boyce copyright ADAGP. La photo de l’installation d’Andy Warhol sera retirée du blog à la fin de l’exposition, conformément aux exigences de l’ADAGP.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marc Lenot 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte