Magazine Culture

Qu'est-ce que l'ignorance ?

Publié le 23 février 2010 par Anargala
Qu'est-ce que l'ignorance ?
La Vache cosmique : Horreur ! Dharma-le-chien broute les livres de son maître. Heureusement, je n'existe pas, je ne vois rien... Je suis le vide conscient d'une illusion... peut-être une illusion de conscience ?
Dharma-le-chien : Et comment crois-tu que je suis devenu si savant ? Quand mes maîtres ne sont pas là, je grignote du Schopenhauer, j'écharpe la Bible et je mâchonne quelques feuillets sur la non-dualité. Je restitue l'ensemble dans le jardin (c'est beau l'écologie !) après en avoir extrait le parfum soigneusement conservé dans le trésor de ma mémoire infaillible.
Carotte-le-lapin (bélier-petit-tout gris) : Les vapeurs te montent à la tête. Un labrador intello... Encore un coup de la CIA !
Dharma : A ce propos, je suis tombé sur un petit livre intéressant. Écrit par Dennis Waite sur la culture satsang et la non dualité telle qu'elle est enseignée aujourd'hui. La thèse de Waite est simple :
Les Eveillés se réclament de la non dualité de l'Orient, mais ne comprennent rien à sa principale tradition, le Vedânta. Il distingue deux niveaux de foirage : le néovedânta (Papaji, Gangaji, Puppetji, Carotte-le-lapin, etc.) et le pseudovedânta (Tony, Jeff, Nathan, la Vache (?), etc.). Selon les néos, il faut méditer après l'Eveil pour atteindre l'Eveil complet, être vigilant pour ne pas se laisser reprendre par la dualité. Selon les pseudos, il n'y a absolument rien à faire une fois compris qu'il n'y a avait rien à faire. Mais Waite oublie de mentionner une chose.
Carotte : Laquelle ?
Dharma : Il n'y a pas un seul Vedânta "traditionnel". En fait, les deux courants non dualistes occidentaux distingués par Waite correspondent à deux grands courants du Vedânta traditionnel.
Carotte : Pfff... mouais. Et cette "distinction", elle vient de la tête ou du cœur ?
Dharma : Et cette distinction entre la tête et le cœur, elle vient de la tête ou du cœur ?
Carotte : Et cette distinction entre une distinction tête/cœur qui vient de la tête, et une autre qui vient du cœur, elle vient de la tête ou du...
[Dharma bouffe Carotte. Non seulement c'est un labrador intello, mais en plus, il adore les carottes. Encore un coup de Monsanto ?]
Dharma : Avant de te briser la nuque pour de bon, je vais te décrire ces deux courants, car ma compassion est sans limites, comme l'espace (ah, l'espace !).
Le premier est le courant radical de Shankara et Sureshvara : Les rituels ne servent à rien, la méditation non plus, vouloir arrêter le mental est comme de vouloir pisser dans l'océan pour le faire déborder, seul le "Tu es cela" nous fait connaître le Soi. L'Éveil, c'est corriger l'erreur qui consiste à confondre le Soi (la pure conscience-Témoin) et le non soi (tout le reste). Mais il ne s'agit pas de supprimer l'Illusion, c'est-à-dire le mental et le monde. Il faut juste discriminer le Soi et le non-soi, comprendre que le non soi n'est jamais né, que le Soi est évident. Il faut donc distinguer ignorance et illusion.
Carotte : Je ne suis qu'un lapin, j'y comprend rien.
Dharma : C'est simple. Prend l'exemple de ce beau ciel bleu : même si tu corriges l'erreur qui consiste à attribuer au ciel la couleur bleu, l'illusion que le ciel est bleu continuera d'apparaître. L'Ignorance, c'est l'erreur, pas l'illusion. La Connaissance, c'est cesser de les confondre. Je continue de voir que le ciel est bleu, mais je sais que c'est une illusion. La Connaissance annule l'Ignorance, pas l'Illusion.
Carotte : Soit. Mais alors, tout continue comme avant. Ton truc, c'est purement cérébral, superficiel, de la ratiocination de rat de jardin. A quoi bon cette montagne de mots pour accoucher de... rien ?
Dharma : Effectivement, l'Illusion ne cesse pas. Mais en réalité, non. Car une illusion, ce n'est pas quelque chose qui se produit, et qu'on pourrait ensuite faire cesser. Ceux qui veulent faire taire l'illusion montrent simplement qu'ils n'ont pas compris que c'était une illusion. Si l'illusion était une chose réelle, elle pourrait réellement cesser. Mais l'illusion, c'est ce qui apparaît sans exister. Ce qui n'a jamais existé ne peut pas cesser d'exister.
Carotte : Ah oui, c'est comme un arc-en-ciel : on ne peut pas l'attraper pour le casser ou passer dessus.
Dharma : Ne me dis pas que tu a courus après des arcs-en-ciels ?! De même, l'espace est partout. Ce qui n'est pas partout n'est nulle part. Ce qui n'existe pas toujours n'existe jamais ! C'est comme si tu creusais des terriers pour trouver l'espace.
Carotte : Pourquoi crois-tu que je creuse ?
Dharma : Quelle pitié ! comme eut dit le Sage bangladeshi (Gaudapâda pour les érudits). En vérité - et il n'y a que la vérité - même la théorie de l'ignorance relève de l'ignorance. Même la distinction entre réel et irréel présuppose la confusion entre le Soi et le non soi. En fait, toutes les activités, profanes ou spirituelles, depuis le sommeil jusqu'à l'Éveil, ne sont possibles que sur la base de l'ignorance.
Carotte : Mais d'où vient cette ignorance ?
Dharma : Non seulement t'es lapin, mais en plus, t'es crétin ! S'il te plaît, arrête de te conduire comme ces gens qui assistent à un satsang sublime pour demander à la fin, en toute innocence : "Mais alors, comment on fait pour appliquer ça dans la vie de tous les jours ?"...
Carotte : Je ne suis qu'un lapin.
Dharma : T'es maudit oui !
Carotte : Fasciste! réac! raciste !
Dharma : Juste chien, ça suffira.
Carotte : Et raconte le deuxième courant. Je sent que j'en fait partie.
Dharma : C'est le courant de la non dualité modérée représentée par Mandana et tous les shankariens d'après Shankara.
Carotte : Tu suggères que la tradition du Vedânta, qui se réclame du grand Shankara, a trahi Shankara ?
Dharma : Exactement. Quand Waite dit que les "méchants Occidentaux" ont dénaturé le "Vedânta traditionnel", ça me fait rire. Aujourd'hui, la presque totalité du Vedânta se réclame de Shankara-le-radical, mais dérive en fait d'un de ses ennemis, Mandana.
Mandana était marié. Il pense que le "Tu es cela" permet seulement d'obtenir une connaissance indirecte, intellectuelle, de l'absolu, connaissance qu'il faut ensuite transformer en connaissance directe, intuitive, grâce à une méditation répétée. Plus les rituels. Le "Tu es cela" ne procure pas une connaissance directe de notre vraie nature. C'est seulement une invitation à la pratique, une sorte de publicité alléchante et un peu exagérée.
En plus, selon Prakâshâtman - un autre grand "non dualiste" -, l'ignorance est la même chose que l'illusion. Or, on constate que l'illusion continue même après l'Éveil. L'ignorance, conclut-il, n'est donc pas une simple erreur que la connaissance du "Tu es cela" pourrait corriger, mais une sorte de Puissance mystérieuse... Une sorte d'étoffe, de matière, de substance inconsciente. Ses effets sont le monde. Et ils ne peuvent cesser qu'après la mort. Donc, même l'Éveillé continue d'être "victime de l'ignorance".
Carotte : Mais alors, qu'en est-il de la non dualité ?
Dharma : Ô merveille ! Tout n'est donc pas perdu pour toi ! En effet, dire que l'ignorance n'est pas une simple confusion mais une substance réelle, c'est anéantir la non dualité et la possibilité d'un salut par la connaissance. Il est donc crucial de bien comprendre ce qu'est l'ignorance pour Shankara : une simple confusion entre le réel et l'irréel. Le mental et le monde, étant irréels, ne sont rien. Il n'y a pas à les prendre en considération.
Carotte : Mais tout de même ! Je sens que je suis réel !
Dharma : C'est le Soi. Mais l'erreur consiste à projeter la conscience sur des objets, et les qualités des objets sur le Soi, comme dans l'exemple du ciel bleu. Ou alors, prend l'exemple du Vide-au-dessus-des-épaules, ce sera encore plus clair : l'ignorance, c'est croire que je suis ici ce que je parais être là-bas (dans le miroir, dans le regard des autres, etc.).
Carotte : Oh !
Dharma : Ah !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anargala 10656 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine