Magazine Culture

Golden Boy

Publié le 23 février 2010 par Clarabel

All that existed was Jace ; all she felt, hoped, breathed, wanted, and saw was Jace. Nothing else mattered.

Ooooooooooohhhhhh ! Lente agonie de la lectrice qui s'est arrachée avec peine de ses 490 pages et qui, maintenant, se trouve seule, vide. Sensation de vague à l'âme.  C'est la misère.

city_of_glass

Avec ce 3ème livre, nous quittons New York pour Idris, le berceau des Shadowhunters. L'ambiance est totalement différente, outre le cadre dépaysant et plutôt charmant, la ville d'Alicante est aussi sous pression, les habitants craignent une prochaine attaque de Valentine et s'abritent derrière leurs tours magiques en discourant de longues heures au sujet de la signature des prochains Accords.

Clary a réussi à s'introduire dans la cité, contre l'avis de Jace. Elle se cache chez la soeur de Luke et espère trouver le plus vite possible la trace du warlock Ragnor Fell qui détient l'antidote pour guérir sa mère. Hélas, les retrouvailles entre Jace et Clary sont d'une violence inouie. Assez pour écoeurer la jeune fille, rendue seule dans sa mission, pense-t-elle, car elle trouve un soutien inopiné auprès du cousin des amis des Lightwood, Sebastian, "dark, romantic, shadowy prince".

Très vite, le chaos va s'abattre sur Alicante. Des démons, des assassinats sauvages, des anciennes alliances qui refont surface... tout ça occulte un peu la quête de Clary, en même temps sa relation avec Jace s'enfonce plus lourdement dans l'amertume et le désespoir. Des découvertes sur leurs origines vont définitivement éloigner le couple, Jace va se convaincre d'être ce qu'il est et agir en fonction de ses croyances. Je suis évasive, mais c'est tellement ... woow, berk, pfiou à la fois.

Mea culpa, my sweet golden boy. J'avoue avoir été un peu ennuyée par tes complaintes et ton esprit torturé. A la longue, hmm... le garçon au charme flamboyant me manquait, celui-là qui avait su ravir mon coeur, le sarcasme à la bouche, le sourire enjôleur, la confiance en poche et la colère en seconde peau. C'était comme si tu lâchais prise, comme si tu ne croyais plus en rien. Le masque est certes tombé, derrière ta superbe se cache ce garçon au coeur de nounours, qui souffre de sa situation familiale et de son amour impossible. Mouaip. Trop, trop de jérémiades (à mon goût).

J'attendais un tome 3 explosif et je l'ai eu ! LA GUERRE est aux portes de la ville, pensez donc. La première partie est donc bouillante, palpitante, pleine de rebondissements et d'imprévus. On ne voit pas le temps passer. Et puis, c'est la fin qui m'embrouille les idées. Je ne sais pas... j'ai aimé, oh oui. J'ai juste l'impression d'en avoir eu BEAUCOUP. Des passages trop longs, des dialogues qui n'en finissent pas, des discours redondants, des explications interminables, et trop d'indices donnés, à la fin plus rien ne nous surprend ! ... Hé hé hé.

Et pourtant, si. L'auteur est pour cela extraordinaire, avec une faculté étonnante de nous servir sous cloche des petits plats qui savent encore nous délecter !!! Malgré mes pointes de frustration et mon regret d'avoir un Jace pas toujours à la hauteur de mes fantasmes, sans compter que Clary et lui sont rarement ensemble dans ce tome 3, j'ai beaucoup, beaucoup aimé lire ce livre ! Cela répond à une attente, c'est conforme à ce que j'espérais, l'univers créé par Cassandra Clare est inventif, drôle et fascinant. Les personnages sont tous très attachants, ils ne cessent d'évoluer et de nous surprendre (je pense à Alec et Simon). Il me suffit de repenser à telles ou telles scènes marquantes et j'ai aussitôt un sourire banane. Je n'ai donc pas été déçue. Pas du tout, du tout.

Et la bonne nouvelle - enfin il faudra attendre mars 2011, ce qui me semble le bout du monde - est la sortie d'un quatrième livre : City of Fallen Angels. Contrairement à ce que j'imaginais, ce n'est pas seulement l'histoire de Simon. L'auteur a dévoilé les titres des chapitres sur son LiveJournal : ça donne envie ! 

Aaaarrrgggghhh ... maintenant c'est fini !

And then when he turned out to be ****, it seemed like a last-minute reprieve - and I was glad. I was even glad to see how much he seemed to be suffering, until that night in the Seelie Court when you kissed him, I could see...
- See what ?
- The way he looked at you. I got it then. He was never using you. He loved you, and it was killing him.

  ***********

DISPONIBLE EN FRANCAIS COURANT MAI 2010 POCKET JEUNESSE

challenge Lire en VO - 11

LireEnVo

the Dark Side challenge - 5   

the_dark_side_challenge


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Clarabel 3993 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines