Magazine Autres musiques

Magnifiques cantates de Nicolaus Bruhns

Publié le 26 février 2010 par Philippe Delaide

Les disques enregistrés par le Ricercar Consort en 1988 et 1990 et consacrés à l'intégrale des cantates de Nicolaus Bruhns et à une cantate de Lovies Busbetzky viennent d'être réédités par le label Ricercar sous forme d'un coffret. Ces enregistrements réalisés par le Ricercar Consort sont de pures merveilles, nous permettant de pénétrer l'univers fascinant des pièces sacrées d'un des principaux disciples de Dietrich Buxtehude.

Nicolaus Bruhns, excellent organiste, a composé des cantates qui préfigurent, tout comme un certain nombre d'autres pièces liturgiques composées par des maîtres de la musique luthérienne allemande du XVIIème siècle, les cantates chorales de Jean-Sébastien Bach, même si on notera, dans toutes ces cantates de Nicolaus Bruhns l'absence d'un élément clé de la liturgie luthérienne, à savoir justement... le choral.

J'avais déjà évoqué le travail admirable du Ricercar Consort comme de celui de la Fenice ou de la Chapelle Rhénane sur ce répertoire dans les notes des 6 janvier, 16 juillet, 29 septembre 2007, 28 février, 23 septembre21 décembre 2008 et 1er décembre 2009.

Cantates bruhns ricercar
Le Ricercar Consort, dirigé par Philippe Pierlot, avec François Fernandez comme premier violon, confirme son rôle éminent dans la lecture de ce corpus de pièces sacrées qui sont pour certaines de véritables chefs d'oeuvres. Qu'il s'agisse de ces cantates, ou des concerts sacrés de Dietrich Buxtehude comme de Heinrich Schütz, ou bien des Symphonia Sacrae de ce même compositeur, toutes ces oeuvres opèrent une fusion subtile entre le style polychoral, le mode concertant d'origine italienne, plus exactement vénitienne, et la tradition protestante d'Europe du Nord.

Parmi les plus belle cantates de cette intégrale, on retiendra particulièrement la courte cantate Whol dem, der den Herren fürchtet, pour deux sopranos et une basse, d'une belle densité mais surtout Ich liege und schlafe pour soprano, alto, ténor et basse, sublime modèle d'équilibre et de raffinement et dont l'architecture et la richesse harmonique n'ont rien à envier aux futures cantates écrites par JS Bach.

Le coffret de deux disques permet de découvrir un cantate de Lovies Busbetzky, autre disciple de Dietrich Buxtehude, Erbarm dich mein, pour soprano, alto, ténor et basse, assez austère, encore plus marqué par l'ostinato des violons et violes, et moins inventive que les pièces de Bruhns.

Cet enregisterment, d'ailleurs d'excellente qualité sonore, est servi par une distribution vocale exceptionnelle (Greta De Reyghere, soprano, Jill Feldmann, soprano, Guy de Mey, ténor, Ian Honeyman, ténor, mais surtout, James Bowman, contre-ténor et Max Van Egmond, basse).

Intégrale des cantates de Nicolaus Bruhns - Cantate de Lovies Busbetzky - Ricercar Consort - Direction Philippe Pierlot - Greta De Reyghere, Jill Feldmann, sopranos, Guy de Mey, Ian Honeyman, ténors, James Bowman, contre-ténor, Max Van Egmond, basse - Label Ricercar.

Logo Coup de coeur Poisson Reveur 4
 Coup de coeur du poisson rêveur.

Extrait (introduction de la cantate Ich liege und schlafe) :

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Delaide 1912 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte