Magazine Sport

Sidney Crosby, the Golden boy

Publié le 01 mars 2010 par Reydecali

Sur la glace de Vancouver, le Canada a remporté hier soir son huitième titre olympique, en venant à bout de son voisin américain, au terme d’un match épique (3-2 a.p.). Et c’est l’idole locale, Sidney Crosby, qui a offert le médaille d’or à son pays en inscrivant le but décisif en mort subite. A 22 ans, le prodige canadien continue d’écrire une histoire déjà bien remplie, qui devrait le conduire au panthéon du hockey sur glace.

Sidney Crosby, la tête dans les étoiles

Paul Henderson n‘est désormais plus seul au rang des sauveurs de la nation. Celui qui avait inscrit le but le plus important de l’histoire du hockey canadien, lors de la série du siècle en 1972, a trouvé hier soir son digne héritier. En trompant le portier américain Ryan Miller après 7’40 en prolongations, Sydney Crosby a sorti son équipe d’une drôle de situation, et transporté le pays dans une frénésie indescriptible. Rejoints au score à 24 secondes du terme, les joueurs au maillot frappé de la feuille d’érable s’étaient mis en grand danger, en s’engageant dans une mort subite des plus indécises, face à des Américains revigorés par cette égalisation miraculeuse. Il aura fallu un éclair de « Sid the kid » pour sortir le Canada de ce mauvais pas. Une récupération le long de la bande, un échange avec Jarome Iginla, suivi d’un tir en or entre les jambières de Miller. Discret jusque là, le meilleur joueur du Team Canada est sorti de sa boîte au meilleur moment. Humble, il confesse : « Ca aurait pu être n’importe qui d’autre. Je suis heureux d’avoir eu la chance de marquer ce but. » N’importe qui d’autre ? Surement pas. Car ce genre d’action est la marque des très grands. Et Sidney, du haut de ses 22 ans, est déjà un géant.

Attendu comme le messie

Sidney Crosby est ce que l’on peut appeler un talent précoce. Dès son plus jeune âge, ses prédispositions naturelles interpellent : à l’âge de 11 ans, l’émission « Hockey night in Canada » consacre un reportage au petit génie. Durant ses années universitaires, le virtuose continue d’impressionner, et hérite du surnom de « the next one » : il devient le joueur le plus attendu en NHL depuis « the chosen one » (l’élu), un certain Wayne Gretzky.

A 18 ans, il est repêché en première position de la draft 2005 par une formation des Pittsburgh Penguins à la dérive. En quelques coups de patins, il va redonner un nouveau souffle à la franchise. Lors de son année de rookie, il devient le plus jeune hockeyeur de l’histoire à dépasser la barre des 100 points sur une saison. Un an plus tard, il remporte le trophée Hart, récompensant le meilleur joueur de la Ligue. Malgré une pression constante, sa progression est fulgurante, et il répond à toutes les attentes placées en lui.

Le temps des titres

Emmenés par leur jeune étoile, les Pittsburgh Penguins passent du statut de vilain petit canard de la NHL à celui de candidat sérieux au titre. En 2008, les Pennsylvaniens atteignent les finales, mais ils doivent céder face aux Detroit Red Wings. Ce n’est que partie remise : au printemps dernier, Pittsburgh retrouve Detroit en finale, et l’emporte cette fois, au terme d’un passionnant thriller en sept actes. A 21 ans, Sidney Crosby est le plus jeune capitaine de l’histoire à soulever la mythique coupe Stanley.

Loin d’être rassasié, il aborde la saison nouvelle avec en point de mire les Jeux olympiques. La pression populaire est stupéfiante, et tout le pays attend de Crosby qu’il soit leur guide dans cette ruée vers l’or. Un poids difficile à supporter, même pour les épaules d’un hockeyeur de presque cent kilos. Mais Sidney a les nerfs solides, et un talent unique, bien au-dessus de la moyenne. Un talent qui a ressurgi hier soir au plus crucial des instants, comme dans un rêve : « C’est un sentiment incroyable. Je ne me rappelle plus ce qui se passe sur l’action. C’est vraiment spécial d’avoir gagné au Canada et d’avoir pu partager cette victoire avec tous les Canadiens. C’était fort, et même plus que je ne pouvais l’imaginer. »

Sidney Crosby, héros d’une nuit, a une nouvelle fois prouvé hier, qu’il était un joueur hors du commun, voué à une destinée exceptionnelle. Cette consécration olympique est une pierre de plus ajoutée au palmarès de cette étoile filante. Une étoile qui, rappelons-le, n’a que 22 ans…

Vidéos

Le but en or

Le reportage de « Hockey Night in Canada » sur le jeune Crosby


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Reydecali 266 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine